• Les militaires entrent en contact avec les Aliens

     

     

    Les militaires entrent en contact avec les Aliens

     

     

     

     

    Dan Sherman, ex-officier, nous livre les secrets de la NSA; les discussions avec les extraterrestres
    Publié par AlienComing 
    Dan Sherman, officier de l'us air force, a travaillé sur une opération secrète de communication avec les extraterrestres. Cet initié dévoile le projet «Préservation Destinée».

     
    Signe des temps, on a vu, ces dernières décennies, un nombre croissant d'officiers de l'armée américaine rompre le serment de silence qu'ils firent en s'engageant à travailler pour l'US Army. Conspués pour avoir mis en péril la sûreté de l'État ou, au contraire, admirés pour avoir informé le public en sacrifiant leur avenir professionnel, ces hommes n'hésitèrent pas à révéler les informations qu'ils détenaient sur les programmes de relation avec les extraterrestres.Ce fut par exemple le cas du colonel américain Robert Dean soutenant qu'il y avait des extraterrestres dans la zone 51 ou celui du colonel Philip Corso soupçonnant l'armée américaine d'avoir volontairement gardé secrètes les découvertes en ingénierie extra-terrestre. Les déclarations les plus étonnantes à ce jours ont certainement celles de Dan Sherman. Loin d'être un obscur soldat en mal de reconnaissance,Sherman, à l'issue d'une carrière de douze ans dans l'armée de l'air, s'est vu épingler au revers de son uniforme les médailles de l'éloge, de la prouesse et de la Outstanding Unit Award pour services rendus pendant la guerre du Golfe.
     
     
    Sa vie changea lorsqu'il fut muté à l'Agence de sécurité nationale (NSA) poursuivre un programme de formation ultra-secret ayant pour objectif de lui fournir des aptitudes à communiquer avec une intelligence extraterrestre. Il devint alors pendant plus de deux ans ce que la NSA a baptisé un «communicateur intuitif». Là, Sherman est effectivement passé d'un simple contact à des révélations concernant les enlèvements extraterrestres.
     
     
     
    PROGRAMME SECRET
     

    En 1997, trois ans après avoir démissionné de l'armée de l'air américaine, Sherman a décidé de révéler publiquement sa remarquable histoire. Il l'a racontée pour la première fois à Glenn Campbell, l'ufologue américain spécialiste de la zone 51. Un an plus tard, après s'être assuré d'avoir protégé juridiquement son texte, Sherman publia son livre Above Black. Cet ouvrage, actuellement en cours de traduction en français, révèle l'étonnant projet secret mené par la NSA pour développer toutes les capacités humaines paranormales susceptibles de faciliter le contact avec les intelligences extraterrestres.
    L'incroyable expérience de Sherman commença en 1992, alors qu'il était en fonction en tant qu'analyste de l'intelligence électronique (ELINT). Un jour, il fut envoyé dans les quartiers généraux de la NSA à Fort Meade (Maryland) pour «participer à une formation complémentaire sur l'intelligence électronique ».

    À sa grande surprise, ses supérieurs l'informèrent à son arrivée qu'il avait été également inscrit à un cours supplémentaire qu'il devrait suivre le soir et dont il ne devait absolument pas parler à sa femme ni à personne d'autre. «Ce cours, se souvient Sherman, faisait partie d'un programme secret appelé «projet préservation destinée».
    Il apprit que le Project Preserve Destiny (PPD) était un programme de recherches qui avait débuté en 1960 par le choix scrupuleux de quelques humains disposant de qualités particulières. Il fut stupéfait d'apprendre de la bouche de ses formateurs que ces humains avaient été génétiquement manipulés pour être capables de pratiquer l'Intuitive Communication (IC), soit une communication intuitive avec les extraterrestres...
    Sherman n'était pas encore au bout de ses surprises: il apprit que les personnes choisies par «contrôle génétique» pour travailler sur ce programme étaient des enfants dont les mères enceintes avaient été endormies et enlevées pour opérer des modifications génétiques sur les fœtus.

    Ses informateurs n'eurent pas besoin d'en dire plus; dans le silence qui suivit, Sherman comprit qu'il était l'un de ces enfants génétiquement modifiés et que le cours de formation qu'il était sur le point de commencer intensifierait à coup sûr les aptitudes communicatives qu'il possédait déjà sous forme latente.
     
     
    GÈNES EXTRATERRESTRES ?
     

    Pendant dix semaines, après son cours classique de la journée, Sherman était conduit chaque soir dans un endroit en sous-sol et installé devant un ordinateur où il suivait un entraînement de «communicateur intuitif». Cet entraînement consistait initialement à porter un casque et à écouter la tonalité d'un son spécifique. Il devait ensuite copier cette tonalité en «vrombissement mental» tout en essayant de modifier la forme de l'onde sinusoïdale sur l'écran qui se trouvait devant lui. «Après deux jours d'efforts, j'ai soudain pu aplanir l'onde sinusoïdale. » D'après Sherman, seule une technologie avancée pouvant répondre aux procédés de la pensée mentale lui a permis d'aplanir l'onde sinusoïdale puisqu'il a pu le faire sans contact physique avec l'ordinateur.À l'issue de cet entraînement, Sherman, habilité à se mettre au travail, fut mis en poste dans l'unité baptisée PPD Base 1. Là, avec deux autres officiers, il menait des opérations d'intelligence électronique à l'intérieur d'une «fourgonnette de communication». Un jour enfin, pendant son service, Sherman déclara avoir vécu sa première communication extraterrestre.
     
     
    UN AUTRE LANGAGE
     

    «Je venais juste d'allumer mon ordinateur lorsque j'ai intuitivement reçu le message: «Se préparer pour la chaîne d'informations. » Sherman explique qu'à ce moment, son entraînement préalable s'est véritablement avéré utile. Suivant la procédure qu'il avait apprise, après quelques minutes, la communication commença. Elle consistait en une chaîne numérique qu'il tapait sur l'ordinateur.
     
    Sherman a expliqué qu'il était certain d'avoir communiqué avec une intelligence extraterrestre plutôt que d'avoir eu un contact humain parapsychologue car les moyens de communication étaient totalement différents de tout moyen de communication humain : « Ce n'était pas comme une communication parapsychologique souvent abstraite. C'était au contraire extrêmement clair.Les humains communiquent de manière linéaire avec un début et une fin alors que la méthode extraterrestre est instantanée, l'information est la tout à coup, complète. Mon travail consistait à interpréter cette information. »

    Sherman déclara que les communication savaient toujours été entamées par son «contact extraterrestre » et qu'elles consistaient habituelle-ment en séries de nombres. Occasionnellement,il répondait en disant «répéter dernière phrase»,mais ses communications initiales étaient essentiellement à sens unique, émettant une information numérique. L'ensemble de ces informations étaient ensuite envoyées à la NSA pour analyse.
     
     
     
    AUCUNE ÉMOTION
     

    Après trois mois, Sherman avait atteint un haut niveau de communication mentale avec l'entité: «J'étais alors à même de lui poser des questions. Ce qui m'avait le plus impressionné au cours de nos contacts, c'était son apparente absence d'émotions. Alors, je me suis risqué à lui demander s'il avait des sentiments tout comme nous en avons. Il a répondu que bien qu'il ait une constitution émotionnelle, son entourage avait beaucoup moins d'impact sur elle qu'il n'en avait sur nous. »
    À partir de cette séance, Sherman a senti qu'il était inutile de poser d'autres questions directes à l'extraterrestre; il avait le sentiment qu'à être trop curieux, il avait faussé le lien de communication. D'ailleurs, sans explication, Sherman fut soudain transféré dans un nouveau laboratoire de communication baptisé PPD Base 2.

    Là, son travail était le même et il continuait à recevoir des chaînes numériques mais il sentit que l'être extraterrestre était différent. Rapidement, les communications de Sherman à la base PPD 2 commencèrent à changer de forme: les chaînes numériques contenaient des coordonnées semblant correspondre à des emplacements terrestres.
    D'après Sherman, «quelques communications évoquaient même des lancements ratés de fusées américaines» et c'est durant un de ces contacts qu'il reçut des «images mentales» des sites où il y avait des dysfonctionnements technologiques.
     
     
     
    FICHIER D'ENLÈVEMENTS
     

    Après environ neuf mois d'enregistrements informatiques sur la base PPD 2, Sherman pensa recevoir des informations qu'il soupçonnait d'avoir un rapport avec l'enlèvement d'humains: «Les don- nées de communication étaient radicalement différentes et laissaient apparaître des notions de «possibilité de rappel», «niveau de douleur restante», «réponse du nerf», «normalisation du corps» et d'autres termes plus ambigus encore. La première communication qui, à mon sens, concernait des enlèvements, avait des coordonnées, d'après les quelques recherches que j'ai discrètement menées, semblant correspondre à un endroit en Floride »...
     
    Fatigué par de longues heures sur écran informatique et par l'immense concentration que demandait le contact mental avec les extraterrestres, Sherman commença à se sentir mal à l'aise. Il quitta donc la base
    PPD en décembre 1994 et, après avoir démissionné, fixa son départ de l'armée en avril 1995. «J'étais aussi fatigué par le discours sur mes soi-disant aptitudes exceptionnelles autorisant une pression maximum alors qu'en même temps, on me traitait comme un sous-fifre qui n'avait aucunement besoin de savoir le contenu précis et la finalité de ces communications. »

    Depuis la révélation au public des activités secrètes de la NSA et du projet «Préservation Destinée» dans son ouvrage Above Black (Au-delà du noir), Sherman multiplie les conférences sur les extraterrestres aux États-Unis. Pourtant, d'un naturel méfiant, les ufologues américains n'ont pas spontanément adhéré à son histoire en raison de l'absence de documents écrits et parce qu'aucun autre témoignage de la fameuse base PPD n'a été recueilli. Sherman détient néanmoins des certificats prouvant sa formation en renseignements électroniques par la NSA. De plus, le chercheur Bob Huff a récemment réussi à fournir une preuve soutenant le fantastique compte rendu de Sherman.
     
    Huff est diplômé de West Point, l'école militaire la plus huppée des États-Unis. Après une carrière dans l'armée américaine,il s'est spécialisé dans les technologies d'information pour le compte de sociétés travaillant notamment pour le gouvernement fédéral et les offices de renseignement. Il a également rechercher pendant des décennies le lien entre le
    phénomène extraterrestre et les militaires.

    Huff a pu prouver qu'il existe à San Vito, en Italie, une base de l'armée de l'air américaine qui s'appelle PPD Base 1 et que PPD Base 2 est le nom d'une autre base de l'armée de l'air américaine, située à Buckley dans l'État du Colorado.De manière plus significative, il a aussi trouve confirmation de l'existence des programmesPPD. Huff rapporte: «L'une de mes sources est une femme dont le père, un cadre supérieur au marketing pour le géant de la communication AT&T, avait travaillé sur des programmes classés secrets pour les Renseignements. Il a confirme avoir appris l'existence des bases PPD lors d'un briefing auquel il avait assisté par hasard. »
     

    Huff déclare aussi que plusieurs de ses sources ont confirmé que PPD était un projet mis en place par Majestic 12 (MJ-12), l'organisation qui avait géré et maintenu le secret autour du sujet des extraterrestres suite à l'incident de Roswell. Toujours selon Huff: «D'après ce que l'on m'a dit, vous ne pouvez contacter ni intégrer un groupe tel que MJ-12, ils ne recrutent jamais. Ils opèrent par le contrôle des carrières au départ et si vous vous coulez dans le moule en correspondant à leurs critères, ils vous incluent dans le pro- gramme. C'est sûrement ce qui s'est passé pour Sherman. Je suis persuadé qu'une main invisible a guidé sa carrière jusqu'à ce qu'il dise stop ! »
     

    Analysant l'étrange méthode de communication de Sherman, Huff commente : «Pour moi, le domaine d'intervention du programme de PPD se rapporte au visionnage à distance. Tous deux sont des canaux paranormaux qui opèrent au-delà des contraintes normales d'espace et de temps. Sherman est apparemment capable de moduler une sorte de "continuum paranormal" que les extraterrestres détectent.» Même si l'histoire de Sherman paraît être de la pure science-fiction, Huff estime avoir accumulé aujourd'hui suffisamment de preuves démontrant que Sherman dit certainement la vérité.
     
     
     
    IMPLICATIONS ACCABLANTES
     

    Mais nous faut-il plus que la parole de Sherman pour croire à la véracité de son histoire? Son récit est la confirmation de ce que beaucoup de chercheurs ont longuement suspecté, à savoir la complicité militaire dans le phénomène des enlèvements extraterrestres qui devient, aujourd'hui, de plus en plus incontestable. Hélas, le manque de preuves confirmant les allégations de l'ex-militaire nous laisse un goût d'amertume. Espérons qu'une exploration dans les dossiers secrets américains nous permettra un jour de lever le voile sur cette tenace énigme.
     
     
     
     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :