• Le plateau d'Albion une base Extraterrestre ?

    Le plateau d'Albion une base Extraterrestre ?

     

    1) Histoire

    C’est après la crise de Suez en 1956 que la France décide de se doter de l’arme nucléaire. La Force de frappe doctrine influencé par le Général de Gaulle devra reposer sur trois vecteurs : les SNLE, les bombardiers stratégiques (Mirage IV) et les silos à missiles.

    A partir de 1963 des recherches sont menées en Corse, dans les Vosges, dans le Massif central et dans la Drôme. Le plateau d’Albion sera finalement choisi en avril 1965 en raison de sa faible densité humaine et de son sol, capable de permettre un bon ancrage des silos renfermant les missiles mais aussi capable d’amortir l’onde de choc en cas d’agression nucléaire. Début 1966, il est décidé de construire 27 silos de missiles, 3 postes de conduite de tir (PCT) sur un total de 785 hectares et ce qui deviendra la Base aérienne 200 Apt-Saint-Christol sur un total de 406 hectares. Au final seuls 18 silos et 2 PCT seront construits (restriction de budget). Cette base de lancement de missiles sol-sol balistiques stratégique (SSBS) est placée sous le commandement de la Force aérienne stratégique.

    Les travaux débutèrent au printemps 1966 pour se terminer en 1971, les installations opérationnelles représentent 260 000 m³ de dérochage, 540 000 m³ de terrassements et de 150 000 m³ de béton. En même temps tout le réseau routier de la région est modernisé pour permettre le passage des convois militaires.

    En 1967 est créé le 1er Groupement de missiles stratégiques (1er GMS) dépendant de l’armée de l’air française pour occuper les installations d’Albion. De nombreuses autres unités seront créées pour veiller à la sécurité du site dont l’Escadron d’hélicoptères 4/67 Durance en 1975 et l’Escadron de Protection EP 21.200 en 1968 qui regroupe une section de commandement, un cynogroupe et 4 compagnies de parachutistes.

    De 1971 à 1996 la BA200 et les missiles du plateau d’Albion deviendront les endroits les plus secrets et les mieux gardés de France.

    En septembre 1996, le Président Jacques Chirac annonce la fermeture et le démantèlement des installations d’Albion, en raison de l’évolution de la géostratégie européenne (chute du bloc de l’est) et du vieillissement des missiles trop coûteux en entretien et ne valant plus la peine d’être modernisés. Fin 1996, le Ministère de la Défense annonce que plus de 1000 légionnaires prendront le relais du 1er GMS sur la BA200.

    Les travaux de démantèlement durèrent 2 ans et se terminèrent en 1999. Les différents escadrons ont commencé à partir en août 1998, puis ce fut le tour des équipes de l’Aérospatiale. Au total, la restructuration aura impliquée près de 3000 personnels spécialisés. La passation de pouvoir au profit de la Légion étrangère a été réalisée durant l’été 1999.

    2) Le Plateau d’Albion aujourd’hui

    Une fois démantelées, les installations du plateau d’Albion ont été rendues à la nature. Les portes ont été verrouillées et soudées et les zones de lancement recouvertes par un mètre de terre.

    A St Christol, les escadrons ont commencé à partir en août 1998 après les équipes du CEA et suivit en décembre des équipes de l’Aerospatiale. La passation de « pouvoir » avec la légion étrangère a été réalisée dans l’été 1999. Depuis, une centaines d’hommes séjournent plus ou moins en permanence sur la base aérienne. La base aérienne 200 a été rebaptisé caserne Maréchal Koenig. Elle accueille près de 1000 légionnaires. Des installations de l’armée de l’air seules restent la zone vie de la base, les longs bâtiments attenant la piste qui servent maintenant à stocker tout le matériel du génie civil et qualques bâtiments du DAMS (l’atelier de dépôt des munitions et des têtes nucléaires gérée par le CEA et l’Armée). Ces derniers, toujours sous l’autorité de l’armée servent pour des simulations de combat. Les bâtiments de la ZEI ont été détruits et les ZL d’instruction laissé à l’abandon. La base étant devenue une base de l’armée de terre, la longue piste d’atterrissage ne sert plus de même que la tour de contrôle, débarrassée de ses antennes et laissé à l’abandon.

    3) La station d’écoute de la DGSE

    Depuis octobre 2003 la zone Nord de la base accueille aussi une station d’écoute de la D.G.S.E. (Direction Générale de la Sécurité Extérieure), les services secret de l’armée avec ses antennes radio qui emploie 150 personnes sur site, dans le cadre du réseau « Frenchelon », l’équivalent français du réseau de la NSA Echelon qui regroupe les Etats Unis, l’Angleterre, le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande.

    La DGSE possède une trentaine de stations d’écoute et radars en France et dans le monde. 15 sont en France et dans les DOM-TOM. Le réseau Frenchelon est plus particulièrement chargés d’écouter les signaux radioélectriques ou satellitaires tandis que Echelon se contente d’intercepter le trafic Internet et téléphonique du monde entier grâce à une centaine de satellites en orbite autour de la terre.

    La première antenne de la DGSE (qui a l’époque s’appelle Sdece) est implantée en 1974 sur le plateau de Domme, dans le Périgord, à côté de l’aéroport de Sarlat. Mesurant 25 m de diamètre, elle est bientôt rejointe par quelques autres. Devant le développement du trafic des télecoms par satellites, la station devient vite sous équipée. D’autres vont voir le jour ailleurs en France et ailleurs. Ailleurs c’est en Guyane, près des installations du CSG, CNES en 1984. Placée au dessus de l’équateur, elle écoute les satellites géostationnaires qui sont justement au dessus et qui arrose les Amériques. Les années 1990 avec le conflit au Koweit dopera le déploiement des nouvelles stations, Alluets-le-Roi (Yvelines), Mayotte (pour couvrir l’Afrique, le Moyen Orient et l’Asie).

    La station d’écoute de la DGSE est situé à la limite Nord de la base 200, en face de deux Zones de lancement de test de l’armée, dans la zone industrielle

    La base du plateau d’Albion possède 7 paraboles motorisées dans la zone Nord du site couvrant l’ensemble du spectre radio utilisé par les satellites (2 à 20 GHz).

    Trois mats hauts de 25-30 m supportent des antennes du type « log-periodiques large bande » juste derrière les bâtiments administratif. Elles travaillent sur les bandes 1 à 30 MHz, probablement jusqu’à 60 Mhz.

    Sur le site de la DGSE, l’oeil expert remarque un nouveau système d’antenne. Un triangle de terre de 30 m de coté renferme des antennes en forme de pyramide inversées de petite taille espacées régulièrement aux niveau des cote du triangle de terre. Il s’agirait d’un système interférométrique et /ou goniométrique sur le même principe que le radar Grave de la ZL 2.6. Un système similaire existe dans la plaine de Crau à coté de Miramas, bien cache mais accessible sans clôture (sur la D5 entre Entressen et la N113 sur une ancienne piste d’aviation).

    Les antennes de la DGSE ne sont pas destinées a l’émission mais seulement à la réception. Il n’est toutefois pas exclus que certaines parabole puisse émettre vers les satellites utilisés par le ministère de la défense afin de réaliser des contacts avec les différents points « d’action » dans le monde. Il est même certains qu’ils peuvent utiliser le réseau militaire Syracuse. Avec les log-periodique il est possible d’émettre de toute façon même si elles ne sont utilisées que pour l’interception. Une utilisation possible serait d’émettre des ordres chiffrées a des agents infiltrés dans le monde qui écouteraient cela avec une simple récepteur onde courte. Ce serait écoutable par n’importe qui mais évidement incompréhensible sans la signification des codes.

    Que se passe t il sur le plateau d’Albion ?

    On évoque une base secrète d’extra-terrestres, une sorte de Zone 51 française !

    Au début des années 1970, le plateau d’Albion (département 84 en France) n’était qu’un immense chantier taraudé par une vingtaine de fosses profondes destinées à devenir les futurs silos de missiles à têtes nucléaires. Outre ces silos, d’énormes excavations, plus profondes, allaient abriter les installations souterraines et secrètes de cette base, installations répliquant plus ou moins les installations de surface, mais avec un peu plus de mystère …

    Un soir, après l’arrêt des travaux de la journée, un vieux monsieur, instituteur à la retraite, se promenait à travers le chantier lorsqu’il tomba nez à nez avec un être de petite taille, à la tête volumineuse, à la peau grise, qui le fixa brièvement de ses grands yeux obliques avant de disparaître. Médusé, sans cacher la peur qu’il avait éprouvé, le retraité narra son histoire à une personne tout à fait digne de foi.

    (Il faut savoir qu’à cette époque en France personne ne parlait d’E.B.E. ou de Gris.)

    Selon Patrick Gamb (Ufoweb.free.fr) :

    Résultat d’une première source d’information
    * Dans la fin des années 1980 nous apprenons par une source très sûre que des commandos investissent la base en prenant le contrôle total de celle ci malgré les militaires déjà sur place.
    Ces hommes en uniformes noirs prennent leurs repas entre eux, utilisent des boites de rations alimentaires apportées par eux. Sur leur uniforme ils arborent au niveau du cœur un insigne rond figurant, un éclair stylisé et, sur l’épaule gauche, un écusson avec un triangle. Nos divers informateurs (indépendants les uns des autres) n’étaient pas suffisamment près de ces commandos pour avoir une exactitude des détails de ces insignes.
    Résultat d’une deuxième source d’information
    Ces individus aperçus une nuit en réunion avaient tous le teint anormalement clair, blanchâtre, et l’expression quasi figée. D’après nos divers informateurs ces individus ne sortaient que la nuit et personne ne put les apercevoir de jour.
    Ces hommes étranges, rendaient terriblement anxieux les chiens de patrouille dans leur chenil. Quand ils investissaient la base (alors placée en stade d’alerte maximum) ces individus prenaient sous leur contrôle les postes de conduite de tir. L’accès à ces postes était, dans ces cas, prohibé, même à ceux qui, d’ordinaire, y sont librement admis. La salle des ordinateurs, ultra protégée, dans laquelle l’on ne pénètre qu’à l’aide de carte magnétique à code, etait occupée la nuit par ces commandos. Les militaires de la base s’en étonnèrent mais reçurent ordre de ne pas en faire état. Les placards personnels des militaires furent fréquemment fouillés, des appareils photo confisqués. Il ne faisait pas bon non plus, de tenir un journal intime en consignant les incidents bizarres constatés sur le site, surtout lorsque ces commandos qui contrôlaient la base. Certains possesseurs de journal intime se retrouvèrents à l’hôpital, sauvagement tabassés.
    Ces commandos arrivaient dans des camions et des voitures peints tout en noir, la plupart immatriculés dans le 75. Ils repartaient au bout de 48 heures, sans préavis, et l’état major initial de la base reprenait alors les pleins pouvoirs, comme si de rien n’était.
    Voici maintenant la transcription d’une cassette audio que je possède du témoignage d’un ancien maître chien du plateau d’Albion (ce témoin après ce témoignage a complètement disparu. Je tiens également à faire savoir que plusieurs personnes possèdent une copie de cette cassette, au cas ou…).
    Témoignage enregistré le 10 octobre 1990.
    Le témoin :
    « J’ai effectué mon service militaire en tant que maître chien sur le plateau d’Albion.
    J’ai été témoin de faits troublants durant mon séjour sur cette base. Je puis vous affirmer que de temps en temps des commandos totalement étrangers à la base prennent le contrôle de celle-ci pendant plus ou moins 48 heures. Ils arrivent en convoi spécial, camions et voitures de couleur noire, leurs uniformes sont aussi de couleur noire, ils sont très grands avec une peau de couleur très blanche et portent en permanence des lunettes noires. Ces hommes ne se mélangent jamais avec les autres militaires de la base et ils prennent le contrôle total de celle ci, ils reçoivent leur nourriture par camions spéciaux et on ne peut que les apercevoir que la nuit.
    Un soir j’étais de garde avec mon chien et je suis passé à proximité d’une grande salle en sous-sol qui ne possédait que quelques petites fenêtres en hauteur. En passant devant ces petites fenêtres mon chien est devenu très nerveux, j’ai alors regardé par une de ces fenêtres et là j’ai vu ces hommes en réunion. La nuit était totale et personne ne pouvait m’apercevoir. Cependant au bout de quelques instants un de ces hommes s’est retourné en direction de cette fenêtre (comment a t’-il su que j’étais là, je ne le sais pas) à ce moment là une peur incompréhensible s’est emparée de moi et mon chien est devenu complètement fou. J’ai tiré mon chien et je suis parti très vite continuer mon tour de garde.
    Un autre soir étant encore de garde, j’ aperçois par une fenêtre d’un local hautement sécurisé des faisceaux de lampes torches comme si quelqu’un cherchait quelque chose, la base était depuis l’arrivée de ces commandos en stade maximum d’alerte. J’avertis par radio l’officier de garde de cette anomalie mais celui ci me fait comprendre de passer mon chemin et que je n’avais rien vu.
    Je ne sais pas pourquoi mais à la fin de mon tour de garde j’ai consigné cette observation sur un carnet.
    Le lendemain matin un officier me fait appeler pour me dire que ceux que j’avais vu la nuit précédente était certainement une hallucination. Par la suite en rentrant dans ma chambre, mon placard personnel avait été fracturé et mon carnet de note ainsi que mon appareil photo avaient disparu.
    Un ami aussi maître chien avait, lui, pu prendre des photos de certaines choses anormales et il avait aussi dessiné un portrait d’un de ces hommes. On a retrouvé mon ami sauvagement tabassé à l’extérieur de la base et bien sûr son placard avait été vidé complètement. Comment avait-il fait pour sortir de la base, alors que celle ci, en alerte maximum, personne ne pouvait sortir ? Ces blessures étaient tellement graves qu’un hélicoptère est venu le chercher pour le rapatrier à l’hôpital militaire de Laveran à Marseille.
    Quand ces commandos étaient sur la base, on avait interdit aux maîtres chiens certaines zones, l’explication des officiers étaient que  » les chiens sont trop sensibles ».
    Les chiens avaient une peur terrible de ces hommes, quand les commandos étaient sur place tous les soirs ils hurlaient en bavant anormalement et en se tapant la tète contre les grilles de leurs cages et cette situation était invivable. Au lever du jour tout redevenait normal.
    Le vétérinaire (appelé du contingent et faisant des études pour devenir vétérinaire) était très étonné de la réaction incompréhensible des chiens. Il a voulu en savoir plus et a fait des prélèvements de salive et de sang sur quelques chiens, mais un officier lui a ordonné de laisser tomber ces analyses.
    Quelques jours plus tard mon chien est tombé malade et un autre vétérinaire totalement étranger à la base est venu le chercher. J’ai protesté vivement car je pense qu’on aurait pu le soigner sur place. C’est alors qu’un capitaine est venu vers moi en me disant « c’est une affaire top secret ». Par la suite j’ai su que mon chien était mort et qu’il avait subi une autopsie. »
    Ce témoin nous fait savoir qu’un autre maître chien de l’époque a réussi à faire divers croquis des ces hommes et qu’il va nous mettre en rapport avec lui.
    N’ayant plus de nouvelles de ce témoin, j’appris par ces collègues de travail que cela faisait plusieurs semaines qu’il n’était plus venu travailler. Son employeur avait contacté la famille et celle ci était très inquiète car il avait totalement disparu.
    Résultat d’une troisième source d’information
    Témoignage effectué en 1991.
    Cette personne travaille sur la base (mais je n’en dirais pas plus pour raison de sécurité). Elle me confirme qu’effectivement il arrive que des commandos investissent le plateau d’Albion (la description des uniformes et des hommes concorde totalement avec les autres sources d’informations).
    Ces hommes effectivement ne se déplacent que de nuit et prennent leurs repas indépendamment des autres militaires avec des rations qui leurs sont expédiées pour être totalement indépendants.
    Résultat d’une quatrième source d’information
    Témoignage effectué en 1991
    Un officier de réserve du plateau d’Albion m’a affirmé que les pilotes d’hélicoptères de cette base ont à plusieurs reprises vu des ovni sur le site et qu’il existe également un dossier top secret « ovni » avec des photos de ces engins. Il m’affirme également que des engins ont été observés pratiquement au ras du sol. Ce témoin ne m’en dira pas plus.
    Résultat d’une cinquième source d’information (source Jimmy Guieu)
    Des spéléologues amateurs décident d’explorer un gouffre à proximité du plateau d’Albion. Ils progressent dans diverses galeries et puits, et arrivés à un troisième puits ils décident de prendre un peu de repos. Un des spéléologues Mr X décide de poursuivre et descend dans le puits. Arrivé au fond de ce puits il aperçoit une lumière bizarre, il avance et s’aperçoit que cette galerie est en fait une ouverture artificielle donnant dans une immense salle au sol blanc, lisse comme un miroir et éclairé par une lumière orange sans source apparente. Dans cette salle se trouve cinq ou six fauteuils blancs et de formes bizarres.
    Inquiet il décide de remonter vers ses camarades pour leur faire part de sa découverte. Les spéléologues décident donc de refaire surface et de revenir avec appareils photos et caméra vidéo.
    Quelques temps plus tard Mr X décide de revenir explorer ce gouffre, mais arrivé au troisième puits, celui ci avait été totalement obstrué par une dalle de béton.
    Les mutilations animales
    Il y a eu des mutilations sur des animaux, non pas sur le plateau d’Albion (pas à ma connaissance à ce jour) mais dans des départements limitrophes.
    2 séries de mutilations sur des moutons près du camp de Canjuers dans le département 83.
    Un troupeau de moutons totalement décimé dans la région de la Javie dans le département 04.
    Des biches mutilées ont été retrouvées près de l’observatoire de haute Provence en 1989 par des chasseurs
    Des moutons mutilés prés du village de Rians dans le département 83 en 1989.
    Voici maintenant le descriptifs des diverses menaces à l’encontre de mes amis et de moi même.

     

    Quelques temps plus tard et à la suite de ces témoignages, sur le lieu de mon travail, un homme qui je présume travaillait pour les services spéciaux est venu me menacer. Ces paroles étaient très claires « tu possèdes une petite famille et une bonne place et il serait dommage que tu perdes tout ceci ».

    Je n’ai absolument pas tenu compte de cette menace et c’est alors que mes deux amis et moi avons reçu des lettres anonymes, des harcèlements téléphoniques accompagnés de menaces ou d’émissions de vibrations qui vrillent le tympan et autres bruits des plus pénibles, des brouillages de nos de téléphones, des sabotages de nos véhicules, des interceptions et viols de nos correspondances Il y a eu également la disparition pour le moins curieuse, pendant quatre mois, des dossiers de nos plaintes déposées au Parquet. Il nous a même été clairement signifié que l’on n’hésiterait pas à nous compromettre dans divers trafics plus ou moins illicites.

    Certaines de ces révélations ont été publiées par mon ami Jimmy Guieu, et aujourd’hui j’ai décidé de livrer la totalité de ces faits au grand public par l’intermédiaire de l’internet, pour que ces faits soient connus de tous.

    Mon avis

    Au risque de heurter certaines personnes, je pense que, certainement, il doit existé des bases de  » Gris  » en France et sans doute sous le plateau d’Albion. Les diverses mutilations se sont produites entre le plateau d’Albion et le camp militaire de Canjuers et diverses observations d’ovni ont egalement été constatées dans le secteur du plateau d’Albion, de la Javie, de Rians et de Canjuers.

    A vous maintenant lecteurs de vous faire une opinion sur ces faits très étranges et malheureusement véridiques.

    Vous pouvez aussi ne pas croire à tout ceci, mais sachez quand même une chose, le plateau d’Albion est en principe maintenant démantelé, alors pourquoi la légion étrangère avec 1000 hommes va rester sur le plateau en permanence ?

    Y aurait-il dans le sous-sol d’autres choses incroyables au point d’interdire l’accès de certaines zones même aux scientifiques ?

    Certaines personnes vont crier au mensonge, au canular, et même dire « ça y est la rumeur des U.S.A. arrive en France », mais les faits et les témoignages sont là.

    Patrick Gamb

    Une question se pose : Pourquoi alors que le plateau d’Albion est en principe démantelé, alors pourquoi la Légion Etrangère avec 1000 hommes va-t-elle rester sur le plateau en permanence ?

    Que cachent ils dans le sous sol qui justifie l’interdiction de l’accès de certaines zones même aux scientifiques ?

    sources :

    http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/albion/albion_aujourdhui_BA200.html

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Plateau_d’Albion

    http://ufoweb.free.fr/albion.htm


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :