• LE PHYSICIEN RÉGIS DUTHEIL SONDE LES MYSTÈRES DE LA CONSCIENCE HUMAINE

    LE PHYSICIEN RÉGIS DUTHEIL SONDE
    LES MYSTÈRES DE LA CONSCIENCE HUMAINE



     

    iopm




    Grâce aux nouveaux accélérateurs de particules, les physiciens arrivent à propulser des particules à une vitesse proche de celle de la lumière.
    A ces vitesses extrêmes, les lois qui régissent notre univers n'ont plus cours. Ces travaux en physique fondamentale ont conduit le Pr Régis Dutheil à construire un modèle rendant compte de la complexité de notre monde. L'hypothèse ? Il existe un second univers complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, notre notion de temps n'existe plus puisqu'on peut se déplacer de manière instantanée dans le passé, le présent ou le futur.
    Cet univers, qu'il a baptisé " espace-temps superlumineux ", n'est constitué que d'informations et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l'humanité. Une hypothèse qui rejoint les intuitions de certains philosophes de l'Antiquité et bouleverse les notions même de naissance et de mort.



    L’existence d’un univers superlumineux, parallèle au nôtre, expliquerait les phénomènes irrationnels.

    Une jeune femme, morte cliniquement à trois reprises à la suite d’un accident grave, a perçu toute la conversation entre son médecin et le chirurgien, alors qu’elle était en arrêt cardiaque sur la table d’opération.
    Elle a entendu distinctement les commentaires que faisait le chirurgien et une fois rétablie a pu les répéter mot pour mot. Les publications du Dr Moody présentant des témoignages de personnes ramenées à la vie après s’être trouvées en état de mort clinique mettent en évidence des expériences corroborées par de nombreuses études réalisées postérieurement .

    La plupart des témoins affirment être sortis de leur corps, avoir vu et entendu très distinctement leurs proches ou l’équipe médicale s’affairant autour de leur dépouille. "Mon être avait une certaine densité". "Pas une densité physique, je dirai plutôt des ondes ou quelque chose comme ça". "Je ne sais pas, rien de vraiment matériel, mettons une décharge électrique si vous voulez".

    Fascinants par leur ressemblance, ces récits aujourd’hui bien connus se poursuivre par un voyage vers l’au-delà, vers "la lumière blanche rayonnante, faite de compréhension et d’amour".
    Comment expliquer que des sujets cliniquement morts, donc hors d’état de percevoir des informations par le canal de leurs organes sensoriels habituels, puissent voir et entendre ? Que leur conscience se sépare de leur corps et rejoigne un univers ou toute notion de temps et de distance est abolie ?


    Les états de conscience au moment de la mort, les prémonitions, la télépathie…. Les phénomènes inexplicables ne manquent pas. Longtemps méprisés par la science moderne (alors que les civilisations anciennes les avaient intégrés dans leur culture), ils font maintenant l’objet de recherches très sérieuses, suite aux nouvelles perspectives ouvertes par la physique quantique.

    Des anti électrons qui remontent le cours du temps, des effets qui précèdent la cause, des particules qui possèdent simultanément un grand nombre d’états possibles : autant de découvertes remettant en question la notion d’espace-temps et le principe de causalité considéré comme immuable par la physique classique.
    Autre constatation qui bouleverse les idées reçues : une particule peut être à la fois onde et corpuscule, et la réalité observée est influencée par la conscience de l’observateur !

     


    " La mort me passionne. Je croyais autrefois qu’elle résolvait tous les problèmes… J’ai été forcé de constater qu’il n’en est rien. La mort n’est qu’un déplacement d’existence !" Déclare Régis Dutheil, professeur à la faculté de médecine de Poitiers et qui se consacre depuis 1973 à la recherche fondamentale.
    Il a élaboré une théorie de la relativité valable "au de-là de la lumière" qui l’a amené par déduction mathématique à la conception d’un temps spatial infini.
    "Après m’être consacré à des recherches purement scientifiques, j’ai lu beaucoup de livres sur les états de conscience. J’ai recherché des explications. L’idée a germé de construire un modèle permettant de comprendre le phénomène de la mort imminente." Le domaine privilégié du physicien, c’est l’autre coté du miroir. Pas seulement l’autre versant de la vie. Mais l’autre versant de l’univers : un univers "superlumineux", complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont supérieures à la lumière, où notre notion du temps n’existe plus car on s’y déplace de manière instantanée dans le passé, le présent ou le futur.
    Cet espace-temps "superlumineux" serait constitué de toutes les informations et de la conscience de l’humanité.



    L’individu est conscience, relié à la conscience collective. Son enveloppe charnelle serait un hologramme* constitué Sur la base d’informations provenant d’un univers superlumineux. Au moment de la mort, l’hologramme disparaît mais la conscience subsiste, à nouveau libre et pleinement reliée à l’espace temps infini.
    Dans son livre "L’Homme Superlumineux" (Ed. Sand, Paris), Régis Dutheil établit un parallèle entre ses hypothèses et les différentes représentations religieuses et philosophiques.

    Nous sommes faits de molécules. L’homme moléculaire est déterminé par un programme génétique, l’ADN codant les informations. Mais d’où proviennent ces informations ?
    Difficile d’imaginer que l’ordinateur biologique se soit auto programmé… Les biologistes n’ont pas vraiment répondu à cette question.
    Nous savons par ailleurs qu’il existe, autour de tout être vivant, un champ électromagnétique entourant le corps, champs dont on peut dresser la cartographie en déplaçant les électrodes autour de l’organisme (et qui permet de constater des correspondances frappantes avec les points d’acuponcture). Ce champ varie au cours du temps, en réponse à un ensemble de facteur internes et externes.

     


    Une expérimentation réalisée sur plus de mille femmes à l’hôpital Bellevue de New York a permis de déceler, en étudiant la modification du champ électrique des patientes, la présence de cancers qui n’étaient décelable par aucun autre examen. Ce champ se modifie donc avant que les symptômes de la maladie ne deviennent cliniques.
    "Il est plausible de penser, ajoute Régis Dutheil, qu’il en soit de même pour tout syndrome pathologique.
    Ce procédé, s’il était appliqué de manière systématique, pourrait devenir un précieux moyen de diagnostic précoce
    ".
    Des expériences réalisées par Harold Saxton Burr et son équipe de biologistes et de physiciens ont prouvé l’influence des champs électriques sur les données chromosomique, c’est à dire sur le programme génétique.

     


    Il existe, écrit le professeur Dutheil, une structure, encore très mal connue, non superposée, mais intriquée à la structure biologique classique. Nous l’appelons le corps électrique. C ‘est ce corps électrique qui servirait d’intermédiaire entre la conscience superlumineuse et les cellules dont nous sommes constitués, transmettant dans les deux sens des informations sous formes d’ondes.
    La médecine actuelle ne considère que le corps biologique, soignant des perturbations moléculaires locales, autrement dit les symptômes de la maladie. La médecine traditionnelle chinoise, elle, considère l’être humain dans sa globalité et s’applique à rétablir l’équilibre entre des énergies défaillantes.
    Dans son ouvrage le plus récent, "La Médecine Superlumineuse" , Régis Dutheil propose une nouvelle voie qui pourrait être celle de la médecine du futur : agissant au niveau du corps électrique d’une part, et de la conscience d’autre part.
    Ce que je souhaite essentiellement, déclare t-il, c’est que les hommes se rendent compte que ce qui les entoure est un reflet. La réalité se trouve en eux. Tout ce qui nous entoure est créé par l’homme, y compris la maladie.

     


    Selon le physicien, le trouble constitué par la maladie est du à un défaut dans l’information de l’hologramme.
    "Les maladies mentales, en particulier, sont toutes des maladies du traitement de l’information. Le malade ne gère plus correctement les informations, ou bien il reçoit des informations perturbées. C’est un peu comme un téléviseur qui diffuserait des images troubles, distordues.
    Il en est de même pour les maladies somatiques, bien que l’aspect informationnel soit moins apparent dans ce cas. Cependant, nous avons vu que le cancer peut se résumer à un problème de désinformation de la cellule au niveau de l’ADN.
    Le dénominateur commun de "l’information" domine la question de la maladie
    ".

    Régis Dutheil propose l’étude des champs électriques à titre préventif, ainsi qu’une thérapeutique fondée sur des méthodes physiques : emploi de champs électriques, de champs magnétiques ou électromagnétiques à déterminer.
    "Nous pensons que la médecine du XXI ème siècle devra, pour exister, concevoir globalement les facultés physiques, mentales et paranormales de l’homme. Un homme total, restauré dans l’unité de son corps et de son esprit".
    Parmi les expériences menées dans ce sens en collaboration avec le professeur Dutheil, citons l’utilisation des structures sonores holophoniques conçues par Jacotte Chollet. Il ne s’agit pas de musicothérapie, qui a pour but le traitement de certaines affections par l’audition de musique classique, mais d’une thérapie fondée sur le principe de la résonance.


     

     

    http://transition888.heavenforum.org

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :