• La maison qui saigne de Saint Quentin - Des faits et une rumeur persistante

     

    La maison qui saigne de Saint Quentin - Des faits et une rumeur persistante

     

     

     2 vidéos à voir au bas de l'article

    Parmi les récits qui ont défrayé la chronique de l'étrange en France, le mystère de la maison qui saigne est l'une des histoires les plus effrayantes des années 80.

    L'affaire débute en septembre 1986, Jean-Marc et Lucie Belmer, à peine mariés, viennent d'acquérir une maison du quartier de Remicourt, en centre-ville de Saint Quentin, dans le département de l'Aisne. Quelques mois après leur emménagement, Lucie découvre des taches de sang sur la table de la cuisine. À ses yeux, Jean-Marc a renversé quelque chose ou s'est légèrement blessé... Rien finalement de très inquiétant !  C'est sans compter sur les facéties de la maison qui saigne.

    De nouvelles taches font leur apparition : sur les murs, sur les vêtements rangés dans la commode, sur les draps... L'inquiétude grandit chez Lucy, mais son mari se veut rassurant et attribue ce phénomène à une réapparition d'anciennes couches de peinture.

    Toutefois, plus les jours passent, plus ces étonnantes taches se multiplient.

    D'autres évènements, tous, plus inquiétants les uns que les autres, ne tardent pas à se produire.  Des bruits étranges (bruits de casseroles, de craie sur un tableau...), des gémissements se font entendre aux quatre coins de la maison.  Un jour, Lucie trouve la porte de sa cave ouverte, elle descend... Le sol est maculé de sang.

    Le couple qui commence à suspecter d'éventuels voisins malveillants se décide à contacter la gendarmerie. Les enquêteurs dépêchés sur les lieux sont persuadés de trouver une explication rationnelle, mais le surnaturel a parfois des raisons que la raison n'a pas.

    Des taches, des bruits, une force invisible...

    Des faits mais aucun indice

    Les échantillons de sang prélevés par les gendarmes révèlent qu'il s'agit bien de sang humain. Afin de déterminer une éventuelle supercherie, les enquêteurs se montrent ingénieux et font appels au système D. Pour preuve, ils vont jusqu'à répandre de la farine sur le sol avant de mettre la maison sous scellés pendant une nuit. Malheureusement le lendemain, le piège n'a pas fonctionné. Aucune trace de pas n'est révélées, mais les murs sont bien maculés de sang.

    Comme souvent dans de pareils cas, les Belmer font appel à un médium. Celui-ci inspecte les pièces, une à une et c'est dans la cave qu'il affirme ressentir la source des perturbations. Un des gendarmes présent sur les lieux perçoit alors un phénomène étrange, quelque chose ou quelqu'un d'invisible lui saisit le bras...

    Terrorisé, le couple décide de quitter précipitamment les lieux et emménage dans un appartement. Les propriétaires sont partis, mais l'enquête se poursuit... Sans résultat.

    Ces évènements finissent par faire le tour de la ville. Les curieux se donnent rendez-vous devant la propriété des Belmer. Les médias s'emparent de l'affaire. FR3 Picardie est la première chaîne à consacrer l'un de ses reportages à la maison qui saigne. TF1 prend le relais dans l'émission Mystères où l'on apprend que les anciens propriétaires de la maison des Belmer furent, eux aussi les victimes de ces terrifiantes manifestations.

    La rumeur gagne du terrain

    Une rumeur persistante affirme que la maison qui saigne aurait été rasée suite au départ du couple. Une opération de promotion immobilière aurait ensuite engendré des travaux de construction sur le terrain. Et c'est précisément lors des dits travaux que l'on aurait retrouvé les squelettes d'anciens officiers nazis.

    Encore une fois, cette version relève de la rumeur. La maison de Saint Quentin n'a jamais été détruite.

    Plusieurs propriétaires se sont succédés. Aucun d'entre-eux ne sera le témoin des phénomènes dont furent victimes leurs prédécesseurs.

    Quelle que soit la nature exacte du phénomène qui s'est déroulé à Saint Quentin, le mystère reste entier et continue de nourrir l'imaginaire collectif.

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :