• La déclaration fracassante de John Lear sur les EBE

     

    L'incroyable vérité sur la présence d'EBE (Entités Biologiques Extraterrestres) sur la Terre

     

     

      Commandant de bord dans une importante compagnie aérienne, John Lear a volé sur plus de 160 types d’appareils dans plus de 50 pays. Il détient 17 records mondiaux de vitesse sur le "Lear Jet" et est le seul pilote à avoir jamais détenu chacun des brevets émis par l'Administration Fédérale de l'Aviation. Mr Lear a été pilote lors de missions aux quatre coins du monde pour le compte de la C.I.A. et d'autres agences gouvernementales. Il a eu de très nombreux contacts avec des militaires de l’U.S. Air-Force. Ancien candidat au Sénat du Névada, il est fils de William P. Lear, inventeur de l'avion d'affaires "Lear Jet" et de la stéréo à 8 pistes et fondateur de la compagnie Lear Siegler. Lear se prit d'intérêt pour le problème OVNI après une conversation avec des membres l'U.S. Air Force qui avaient observé, à la base aérienne de Bentwaters, près de Londres, trois petits extraterrestres s'avancer à la rencontre du commandant de la base à la suite de l'atterrissage d'un OVNI.


     

    Voici ci-dessous ces déclarations extraordinaires, après avoir lu les déclarations nous vous conseillons son excellent site sur les anomalies lunaires, des photos de bases sont montrées:

    http://www.thelivingmoon.com

    John Lear est un Homme très bien renseigné !

     

    Ses divulgations très dangeureuses l'ont poussé avec son ami Milton William Cooper à établir et écrire en janvier 1989 un acte d'accusation contre le Gouvernement des Etats-Unis.


     

    john-lear

     

     

    Déclaration de John Lear<o:p></o:p>

     

    <o:p></o:p>

    Proclamée le 29 décembre 1987

     

     

     

    <o:p></o:p>

    Révisée le 25 mars 1988

     

     

    <o:p></o:p>

     

    <o:p></o:p>

    Traduction J.F Gille

     

     

     

    <o:p></o:p>

     

     

     

    <o:p></o:p>

    Avertissement à la presse :

    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le gouvernement des Etats-Unis continue à compter sur votre crédulité, à la fois personnelle et professionnelle, pour étouffer les informations ci-dessous. Durant les quarante dernières années votre coopération a dépassé nos plus folles espérances et nous vous saluons bien bas.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "Le soleil ne tourne pas autour de la Terre ."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "Le gouvernement des Etats-Unis a été en relation d'affaires avec de petits extraterrestres à peau grise depuis une vingtaine d'années."<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Giordano Bruno fut brûlé à vif en l'an de grâce 1600 pour avoir suggéré la validité de la première de ces assertions. Nous ne saurons par contre jamais combien de gens ont été assassinés pour avoir tenté d'exposer publiquement la seconde.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cependant, la vérité doit être dite. Le fait que la terre tourne autour du soleil, et non l'inverse, a été étouffé avec succès par l'Eglise pendant plus de deux siècles. Il s'ensuivit - au XIXe siècle - une tourmente majeure dans l'Eglise et l'Etat et parmi les penseurs. Elle aboutit à une remise en perspective des valeurs sociales traditionnelles.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Or, quatre siècles après que la première des deux vérités citées plus haut fut énoncée pour la première fois, nous avons de nouveau à faire face à un autre ensemble de faits troublants : "L'horrible vérité" que le gouvernement (américain, NdT) nous a cachée depuis plus de 40 ans. Et, malheureusement, "l'horrible vérité" est bien plus horrible encore que le gouvernement lui-même ne se l'était imaginé.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans un effort désespéré pour sauver la démocratie notre gouvernement nous a vendus aux extraterrestres. Nous allons exposer comment cela est arrivé. Mais, avant de commencer, je voudrais dire pour la défense de ceux qui nous ont bradés qu'ils avaient les meilleures intentions du monde.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il se peut que l'Allemagne ait récupéré une épave de soucoupe volante dès 1939. Le général James H. Doolittle vint en Norvège en 1952 pour examiner une soucoupe qui s'était écrasée au Spitzberg. De plus, le 12 octobre 1952, la Suède, la Norvège et l'Allemagne furent survolées par un gros vaisseau escorté de plusieurs disques.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    "L'horrible vérité" ne fut connue que par un nombre restreint de personnes. Oui il existait bien de vilaines petites créatures à la silhouette rappelant les mantes religieuses, et elles étaient, ces créatures, en avance sur nous de millions d'années peut-être ! (Voir les documents de Ted Philips et Leonard Stringfield. Ces griffes sont légèrement palmées)<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Des membres originaux du groupe MJ-12 qui eurent à connaître "l'horrible vérité", plusieurs se suicidèrent. Le plus connu d'entre eux, le Secrétaire à la Défense James V. Forrestal, sauta par la fenêtre du 16 ème étage d'un hôpital le 22 mai 1949. Aujourd'hui encore le dossier médical de Forrestal est tenu secret. Il était au courant depuis 1947 de la réalité du phénomène UFO, sans doute avant la création du MJ-12. En ce qui concerne les Entités Biologiques Extraterrestres, rien ne prouve que le Secrétaire à la Défense ait eu des informations à leur sujet. Les véritables recherches dans ce domaine commencèrent en 1964. James Forrestal fut remplacé le 1er Août 1950 (1 an et 3 mois après sa disparition) par Smith (ingénieur canadien).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le président Truman mit immédiatement un couvercle d'acier sur le secret et serra si fortement les vis que, jusqu'à ce jour, le public s'imagine encore que les soucoupes volantes sont une blague. Eh bien, j'ai une surprise en réserve pour eux.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 1947 Truman, alors Président des USA, établit un groupe de 12 personnes recrutées dans l'élite du personnel scientifique de l'armée. Ce groupe fut baptisé MJ-12. De nombreux ufologues l’identifièrent sous le sigle 54/12. Bien que ce groupe existe encore à l'heure actuelle, aucun de ses membres originaux n'est encore vivant. Le dernier survivant fut Gordon Gray, ancien Ministre de l'Armée de Terre, qui décéda en 1984.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Liste des membres de 1947 : H. Hillenkoetter - Vannevai Bush - James Forrestal - Nathan Twining - H. Vandenberg - D. Bronk (biologiste) - J. Hunsak - S. Souers - Gordon Gray - D. Menzel - R. Montague - L. Berkner.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A la disparition d'un de ses membres, le groupe cooptait un nouveau membre pour le remplacer. Certains spéculent que le groupe connu sous l'appellation MJ-12 fut élargi jusqu'à comprendre plusieurs autres membres. Deux chercheurs assuraient les liaisons entre les groupes d’études et le Président.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il y eu d'autres accidents de soucoupes volantes à la fin des années 40 : à Roswell (le 2 juillet 1947), au Nouveau-Mexique, à Aztec (le 25 mars 1948), au Nouveau-Mexique encore, ainsi que près de Laredo (le 7 juillet 1948), Texas, à quelques 50 km de la frontière du Mexique.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Considérons un instant, voulez-vous, la position des Etats-Unis à l'époque. Ils se voyaient fièrement eux-mêmes comme le plus puissant pays du monde, ayant récemment fabriqué la bombe atomique. Un exploit si prodigieux qu'il faudra 4 ans de plus à la Russie pour le dupliquer, et cela seulement grâce à l'aide fournie par des traîtres à la Démocratie. Les Américains avaient construit un avion à réaction dépassant la vitesse du son et des bombardiers à réaction à rayon d'action intercontinental pourvus d'armes au potentiel de destruction énorme. C'était l’après-guerre et l'avenir semblait radieux. Maintenant imaginez ce que ça a dû être pour ces mêmes dirigeants qui avaient tous été témoins de la panique provoquée par l'émission d'Orson Welles sur la "Guerre des Mondes", en 1938. Des milliers d'Américains furent pris de panique à l'annonce, diffusée avec réalisme, d'un débarquement sur Terre d'êtres venus d'une autre planète. Imaginez alors l'horreur de ces responsables lorsqu'il leur fut donné de voir les corps de ces effrayantes petites créatures, avec leurs yeux énormes et leurs mains griffues. Imaginez leur émoi lorsqu'ils s'efforcèrent de déterminer comment ces étranges "soucoupes" étaient propulsées et qu'ils ne purent mettre la main sur le moindre composant qui aurait pu vaguement être similaire à la technologie connue : ni cylindres, ni pistons, ni tubes à vide, ni turbines, ni compresseurs hydrauliques ... Ce n'est qu'après avoir pris conscience de l'accablante impuissance qui s'abattit sur le gouvernement à la fin des années 40 que l'on peut comprendre le besoin qu'ils ressentirent de faire tomber un rideau de silence total, généralisé et hermétique, au point d'inclure l'usage éventuel de "solutions radicales".<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La chape de silence fut si efficace qu'à une date aussi récente que 1985 un chercheur scientifique de haut niveau au Jet Propulsion Laboratory à Pasadena en Californie, le Dr Al Hibbs, pouvait regarder projeter l'enregistrement vidéo d'une énorme soucoupe volante tout en affirmant : "Il n'est pas question pour moi d'attribuer quelque caractère que ce soit à ce phénomène (OVNI -NdA) sans disposer de bien davantage de données". Le Dr. Hibbs regardait le roi parader tout nu, et de dire : "Il a l'air nu assurément, mais ça ne prouve pas qu'il le soit".<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En avril 1953, un film de 16mm en couleur de 30 minutes fut projeté aux techniciens de l’Air-Force à Norwood (Ohio). Ce document montre un engin de 5 à 6 mètres de diamètre, INTACT. Sa forme est celle d’une soucoupe très simple et trois humanoïdes allongés sur une table, vêtus de combinaisons jaunes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le 19 juillet 1952, c'est un gouvernement affolé qui assiste impuissant à un ballet de "soucoupes volantes" au dessus de Washington D.C. alors qu'escadrilles de soucoupes après escadrilles de soucoupes survolent la Maison Blanche, le Capitole et le Pentagone en rase-mottes. Il fallut toute l'imagination et la volonté d'intimidation dont le gouvernement était capable pour effacer cet incident de la mémoire collective du public.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Des milliers d’observations eurent lieu durant la guerre de Corée et plusieurs autres soucoupes volantes furent récupérées par l’U.S. Air Force. Certaines furent entreposées à la base aérienne de Wright-Patterson, d’autres furent mises en réserve dans des bases aériennes proches du lieu de l’accident. Il est question de Lengley et Mac Dill, en Floride.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Une des soucoupes était si grosse et les problèmes de logistique et de transport tellement énormes qu'il fallut l'enfouir sur le lieu même du crash et qu'elle est demeurée là jusqu'à maintenant. Il y a des histoires fabuleuses de transports d'épaves de soucoupes sur de longues distances, de déplacements effectués uniquement de nuit, d'achats de fermes entières, de forêts pourfendues, d'autoroutes bloquées, de convois de 2 ou 3 remorques en tandem halant un chargement d'outre-monde de près de 30 mètres de diamètre.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Einsenhower, Président des U.S.A., visita le 20 février 1954 la base d'Edwards, où étaient entreposées cinq soucoupes volantes et plusieurs cadavres d'humanoïdes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le 30 avril 1964 eut lieu à Holloman AFB, au nouveau Mexique, le premier entretien officiel entre ces extraterrestres et le gouvernement américain. Trois soucoupes se posèrent sur une aire arrangée à l'avance et une rencontre se tint entre les extraterrestres et des officiers de renseignement du gouvernement américain. Ce jour là eurent également lieu des atterrissages à Baker en Californie, et à Canyon Ferry dans le Montana. Des traces furent analysées<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le 22 juillet 1968 à Nellis, base militaire du Névada, un grand OVNI surveille trois jours durant le sol. Le 25, il éjecte 3 petites S.V, l'une atterrit dans l'enceinte de la base.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le colonel est averti, il se rend à l'endroit avec un détachement militaire. Un petit humanoïde descend, dirige un rayon lumineux qui paralyse le militaire. Son adjoint donne ordre de tirer, mais aucune arme n'est opérante. L'engin repartit, réintégra le vaisseau mère... Le colonel fut hospitalisé pour choc nerveux.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le même jour à Olavarria (Argentine) sur l'aéroport, un OVNI se pose sur trois pieds. Il émet une forte luminosité. Trois êtres de 2 mètres de hauteur sortent avec des armes lumineuses à la main. Un caporal et trois hommes sortent, tirent une rafale de mitrailleuse (qui s'enraye). Tous sont paralysés lorsque les êtres lèvent la main.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Aux environs de 1969-1971 le MJ-12, en tant que représentant du gouvernement américain, conclut un marché avec ces créatures désignées par le sigle E.B.E (pour Entités Biologiques Extraterrestres, expression forgée par Detlev Bronk, membre dès l'origine du MJ-12 et sixième président de l'Université John Hopkins). Le "marché" consistait en cela qu'en échange de "technologie" qu'ils nous octroieraient, nous acceptions de fermer les yeux sur les enlèvements que déjà, ils pratiquaient et que nous étoufferions toute information sur les mutilations de bétail. Les EBE assurèrent le MJ-12 que les enlèvements (d'une durée habituelle de deux heures) n'avaient pour but que la surveillance standard de mise à l'encontre de civilisations en voie de développement.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il est indéniable que des données technologiques aient été communiquée aux U.S.A. A titre d'exemple, un scientifique, Jack Parson qui rencontra un OVNI dans une région désertique des U.S.A, en 1956, reçut des informations des EBE. Quelques indications lui permirent de créer le centre de propulsion de fusées de Pasadena : "Jet Laboratory Propulsion".<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En réalités les buts de ces rapts se révèlent être les suivants :<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    1- Insertion d'un objet de 3 mm de diamètre, acheminé par les voies nasales, dans le cerveau de la victime d'un rapt. Cet objet a pour but d'assurer le contrôle biologique, la filature et la prise en main de la personne enlevée ;<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2- Suggestion posthypnotique destinée à faire accomplir à la victime certaines actions spécifiques dans une tranche de temps donnée. L'accomplissement de ces actes devant se produire dans un délai de 2 à 5 ans après l'enlèvement ;<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    3- Assassinat de certaines personnes afin que leur corps, maintenu en état de vie végétative, serve de réserve d'organes et de composés biologiques ;<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    4- Liquidation d'individus qui représentent un risque pour la continuation des activités des EBE ;<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    5- Pratique d'expériences d'engineering génétique ;<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    6- Fécondation de femmes enlevées et interruption prématurée de grossesse afin de récupérer l'enfant hybride.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A l'origine, le gouvernement des Etats-Unis n'était pas conscient des conséquences à long terme du "marché". Ils furent amenés à croire que les enlèvements avaient un caractère essentiellement bénin. Ils pensèrent, d'autre part, que les enlèvements se poursuivraient de toute façon, qu'ils les autorisent ou non, aussi ne maintinrent-ils qu'une seule exigence : qu'une liste des personnes enlevées soit communiquée, à intervalles réguliers, à la fois au MJ-12 et au National Security Council. (ceci expliquerait la rapidité d'exécution des hommes en Noir, dont la mission est d'intimider les témoins).<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Incroyable? Une liste nominative des victimes des rapts soumise au National Security Council ? ... Patience, il y a mieux.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les EBE ont une déficience génétique qui fait que leur système digestif est atrophié et non fonctionnel. Certains spéculent qu'ils ont écopé dans un accident global ou lors de quelque guerre nucléaire, ou bien encore qu'ils sont en train de dégringoler la partie descendante d'une courbe d'évolution génétique. Afin de se sustenter, ils utilisent un enzyme ou une sécrétion hormonale extraite des tissus prélevés sur les animaux ou les humains.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les sécrétions obtenues sont alors mélangées à de l'eau oxygénée et badigeonnées sur la peau - à moins qu'ils ne plongent certaines parties de leur corps dans la solution obtenue. Leur corps absorbe la solution par osmose puis la peau excrète les résidus par le processus inverse.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C’est une curieuse similitude avec le miracle de Zeitoun, une apparition mariale.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les mutilations de bétail, un fait massif de la décennie 1973-1983, vinrent à la connaissance du public par des articles de journaux et des revues ainsi que par un documentaire produit par Linda Howe pour la station de télé de Denver KMGH, affiliée à CBS. Leur but était la collecte de tissus organiques effectuée par les extraterrestres. Ces mutilations comprenaient l'ablation des organes génitaux, la résection du rectum jusqu'au colon, l'excision des yeux, de la langue et de la gorge - le tout prélevé chirurgicalement avec une précision extrême. Dans certains cas les incisions étaient pratiquées le long des membranes cellulaires - un exploit que nous ne sommes pas encore en mesure d'accomplir dans un théâtre chirurgical de campagne. Dans beaucoup de ces mutilations, il ne restait plus une goutte de sang dans la carcasse et cependant on n'observait pas de collapsus vasculaire des organes internes. Ce point a été noté également dans le cas des mutilations d'humains dont l'une des premières fut celle du caporal-chef Jonathan P. Louette au champ de tir de fusées de White Sands en 1956. Le caporal-chef fut retrouvé trois jours après qu'un commandant de l'Armée de l'Air ait été témoin de son enlèvement à 3 heures du matin par un objet "en forme de disque" alors que tous deux recherchaient des débris de fusée dans la zone cible. L'ablation de ses organes sexuels avait été pratiquée, le rectum avait été réséqué jusqu'au gros colon et extirpé sous forme d'un "bouchon" cylindrique géométriquement parfait, les yeux avaient été énucléés et tout son sang avait disparu sans qu'il y ait, là encore, de collapsus vasculaire. Certains signes cliniques donnent à penser que cette chirurgie mutilante est pratiquée, dans la plupart des cas, alors que la victime, animale ou humaine, est encore vivante. Les 17, 19, 20 novembre 1981, plusieurs hommes furent projetés au sol par des rayons en provenance d’un OVNI et retrouvés saignés à blanc, à Parnamara au Brésil.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les diverses parties corporelles sont ensuite expédiées dans plusieurs laboratoires souterrains. L'un d'entre eux est censé se trouver près de la petite ville de Dulce, au Nouveau-Mexique. Cet établissement cogéré (CIA-Extraterrestres) a été qualifié d'immense, avec des murs recouverts de carreaux de faïence qui s'étendent "à perte de vue". Des témoins ont signalé d'énormes cuves où des débris humains tournaient au sein d'un liquide ambré.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Après l'accord initial, Groom Lake , l'un des centres d'essais les plus secrets de ce pays, fut fermé durant près d'un an, aux alentours de 1972-1974, et une énorme usine souterraine fut construite pour et avec l'aide des EBE. La technologie, contrepartie du "marchandage", fut mise en place, mais seuls les EBE pouvaient la faire fonctionner. Il va sans dire que la technologie de pointe en question ne pouvait être utilisée contre les EBE même au cas où la nécessité s'en serait fait sentir.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pendant la période 1979-1983, il devint de plus en plus évident pour le MJ-12 que les choses n'allaient pas comme prévu. Il vint à leur connaissance qu'un bien plus grand nombre de gens (des milliers) avaient été enlevés qu'il en n’était répertorié sur les listes officielles d'enlèvements. De plus, il devint évident que certains -pas tous, mais certains -- des enfants kidnappés dans ce pays l'avaient été par les extraterrestres afin d'utiliser leurs organes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il y eut, en 1979, une sorte d'échauffourée au laboratoire de Dulce. Une unité des forces spéciales fut appelée à la rescousse pour délivrer un certain nombre de nos hommes retenus de force dans le complexe souterrain : ils s'étaient aperçus de ce qui s'y passait réellement. D'après une de mes sources, 66 de nos soldats furent tués et nos gens ne furent pas libérés.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dès 1984, ce sont les affres de l'épouvante qui ont dû s'emparer du MJ-12 à la pensée de la faute commise en magouillant avec les EBE. Bien subtilement, ils avaient aidé le lancement de "Rencontres du Troisième Type" et de "E.T" et cela afin d'habituer le public à des extraterrestres à l'aspect "bizarre" mais qui se montreraient compatissants et bienveillants, de vrais "frères de l'espace" en quelque sorte. Entre temps Hyneck est mort et Jacques Vallée qui avait participé avec celui-ci au film, semble avoir rejoint le MJ-12, il renie tout ce qu’il a écrit! Le MJ-12 avait "marketé" les EBE auprès du public, et, maintenant, ils se trouvaient confrontés au fait que c'était la malveillance des EBE qui était vrai!<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Un plan, d'autre part, avait été établi en 1968 dans le dessein d'éveiller la population à la présence d'extraterrestres sur Terre au cours d'une période de 20 ans qui aurait dû s'achever vers 1985-87 par la sortie de plusieurs documentaires. Ces documents auraient expliqué l'histoire et les intentions des EBE. La découverte du "Mensonge" vit la disparition des plans, des espoirs et des rêves caressés par le MJ-12 qui vinrent s'abîmer dans une situation d'extrême confusion et de panique.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Une lutte fractionnelle sur la conduite à tenir désormais se déroula au "Country Club", une propriété bien isolée pourvue d'un terrain de golf, de chambres et d'espaces de travail confortables ainsi que d'une piste d'atterrissage privée, le tout bâti à l'intention des membres du MJ-12 et exclusivement réservé à leur usage. Les uns voulaient confesser au public toute la combine, et le spectacle de désolation qui en était résulté, lui demander pardon et solliciter son soutien. L'autre faction (majoritaire) du MJ-12 démontra qu'il était impossible de procéder ainsi, que la situation était intenable, qu'il ne servirait à rien d'exciter la population avec "l'horrible vérité" et que la meilleure stratégie à adopter était de continuer le développement d'une arme susceptible d'être utilisée contre les EBE. Le développement de cette arme se poursuivrait sous le couvert de la "Guerre des Etoiles", alias SDI ou Strategic Defense Initiative, une "Strategic Defense Initiative" qui n'a rien à voir avec une protection basée sur la destruction en haute altitude de missiles stratégiques soviétiques. Alors que j'écris ces lignes, le Dr Edouard Teller, "père" de la bombe "H", se trouve en personne dans les tunnels du Centre d'Essais du Nevada, flagellant les chercheurs et ses propres coéquipiers "comme un homme possédé du feu de Dieu", pour reprendre l'expression de l'un d'eux. Et non sans raison, car le Dr Teller est membre du MJ-12, ainsi d'ailleurs que le Dr. Kissinger, l'Amiral "Bobby" Inman et vraisemblablement l'Amiral Poindexter, pour ne nommer que quelques-uns des membres actuels du MJ-12.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans la période qui a précédé la découverte du "mensonge" plusieurs documentaires et films vidéo furent préparés en fonction d'un plan méticuleux de déniaisage du public au goutte-à-goutte. William Moore, un chercheur résidant à Burbank, en Californie, auteur de "Incident à Roswell" - un livre publié en 1980 qui dissèque le crash et la récupération d'un OVNI (dans lequel fut trouvé les corps de 4 occupants), ainsi que l'étouffement de toute l'affaire, possède une bande vidéo qui montre deux journalistes en train d'interviewer un officier associé au MJ-12. Cet officier répond aux questions relatives aux points suivants : histoire du MJ-12 et des manoeuvres pour étouffer la question (le "cover-up) : récupération d'un certain nombre de soucoupes ; existence d'un extraterrestre maintenu vivant en captivité (l'un des 3 extraterrestres capturés et maintenus en vie qu'on a désignés, ou plutôt baptisés, respectivement EBE-1, EBE-2, EBE-3. Tous les trois étant détenus dans un complexe codé YY-II à Los Alamos, au Nouveau-Mexique. Le seul autre complexe de ce type qui soit aussi à l'épreuve des radiations électromagnétiques se trouve à Edwards AFB, dans le désert de Mohave, en Californie). Cet officier donne les noms cités plus haut ainsi qu'un certain nombre d'autres : Harold Brown, Richard Helms, le général Vernon Walters, le Dr. Lew Allen du Jet Propulsion Laboratory, le Dr. Theodor von Karman... pour ne citer que quelques-uns des noms des membres actuels ou passés du MJ-12.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'officier en question relate aussi le fait que les EBE prétendent avoir fabriqué le Christ. Les EBE ont un certain type d'appareil enregistreur grâce auquel ils auraient archivé toute l'histoire de la Terre et ils peuvent diffuser ces enregistrements sous forme d'hologrammes. Il est possible de filmer à leur tour ces hologrammes, mais du fait des limites optiques inhérentes aux hologrammes, le résultat est un peu flou que ce soit sur film de cinéma ou en bande vidéo. La crucifixion du Christ sur le Mont des Oliviers a prétendument été répliquée sur film de cette façon en vue d'une projection publique. La prétention avancée par les EBE, d'avoir "fabriqué le Christ" peut être vue, dans la perspective du "Mensonge", comme une tentative de pourrissement des valeurs traditionnelles pour des motifs qui restent à déterminer.<o:p></o:p>

     


  • Commentaires

    1
    lacsap40
    Jeudi 2 Mai 2013 à 13:31
    Ceci conforte mes convictions sur la réalité OVNI mais me laisse perplexe et pour tout dire ,plutôt inquiet ! Quand à la possibilité d'une désinformation à l'echelle mondiale, elle est trés crédible .
      • Lilith 1681 Profil de Lilith 1681
        Mercredi 15 Mai 2013 à 14:17
        Il se peut effectivement qu'il s'agisse d'informations contenant des faits réels et des passages visant à la désinformation. La date de la déclaration de John Lear : 1987. A l'époque les Ovnis n'intéressaient plus personne ou presque alors on peut se demander pourquoi il aurait fait ces déclarations ? Nous sommes constamment manipulés à notre insu et ne pouvons faire confiance à 100 % à tous les témoignages en rapport avec les Ovnis. Mais n'est-ce pas là le but recherché par les autorités ? Lilith 168
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :