•  

    -Ces fameux Banquiers financiers -Maîtres du Monde- ne sont pas prêts de lâcher ainsi le morceau !

    "Ces Vampires suceurs de l'Energie humaine, véritables pompes à fric des peuples qu'ils considèrent comme de la racaille...

    "Esclavagistes jusque dans le tréfonds de leurs âmes,

    font preuve une fois encore de leur détermination !

    -Un bel exemple également de la fourberie de toutes les "Elites dirigeantes et mondiales" !!

    Lilith 168

    ***********

     

     

    La police espagnole a dispersé jeudi à coups de matraque un groupe de manifestants rassemblés près du Congrès des députés à Madrid, ripostant à des jets de projectiles.

    ********

     

     

    Charge policière en Espagne

    Des milliers de personnes ont convergé jeudi dernier (25 avril, NDLR) vers la place Neptune de Madrid, répondant à l’appel de la plate-forme ¡En Pie! réunissant plusieurs sensibilités du mouvement social espagnol. Une occasion de demander la démission du gouvernement de Mariano Rajoy, leader du Parti populaire, et la fin des politiques d’austérité qui ont frappé durement les Espagnols ces dernières années.

     

     

     

    Le rassemblement avait été fixé à 17h00, mais un impressionnant dispositif policier bouclait la zone depuis déjà bien longtemps : plus de 1.700 agents avaient été déployés le long d’une longue file de barrières et de véhicules blindés qui bloquaient la Carrera de San Jerónimo et les rues adjacentes qui mènent au Congreso de los Deputados. Les policiers alimentaient depuis le petit matin un climat d’intimidation, arrêtant et fouillant les personnes qui se rendaient sur la place. Avant même que ne commence la manifestation, on dénombrait déjà plusieurs arrestations pour des objets trouvés dans les sac-à-dos qualifiés hâtivement d’armes par destination.  

     

     

     

    Rien n’empêcha cependant les flots humains de se diriger vers la place Neptune qui connut une affluence record jusque tard dans la  soirée. On put reconnaître de nombreux mouvements qui ont émergé ces dernières années dans le contexte de la crise et des coupes claires opérées par le pouvoir en place dans l’éducation, la santé ou le logement.

     

     

     

    Quelques heures avant le début officiel de la manifestation, une cyber-attaque mit hors d’usage le site Internet et les réseaux informatiques du Parlement, obligeant l’assemblée plénière à suspendre ses travaux.

     

     

     

    Aux alentours de 20 heures, les manifestants, sous le mot d’ordre « assiège le Parlement », ont bravé les cordons de sécurité disposés tout autour des Cortes en tentant d’enlever les barrières qui en barraient l’accès et en lançant des projectiles en direction des cordons de police. C’est à ce moment que les agents ont riposté en chargeant violemment, dispersant les manifestants et les obligeant à se regrouper dans les rues adjacentes. Ce qui permit à certains d’entre eux de continuer leur travail de harcèlement pour reprendre possession de la place Neptune..

     

     

     

    La journée s’est conclue par quinze arrestations et des dizaines de blessés.

     

     

     

    Le Parlement devait voter le lendemain un nouveau plan de rigueur au moment où le chômage a progressait encore en Espagne, atteignant le nouveau seuil historique de 27,16 %. « Je ne suis pas d’accord avec la politique que mène le gouvernement. Il est soumis aux politiques de la Banque centrale européenne que nous n’avons pas élue », lançait Lorena Perez, une chômeuse de 29 ans. « Ils ne défendent pas nos intérêts, mais ceux des banques et de l’Allemagne ».

     

     

     

    Rien d’étonnant dans ce contexte-là à ce que le manifeste appelant au rassemblement réclame « la chute du régime (démission du gouvernement, dissolution du Parlement et des hautes institutions de l’État) et l’ouverture d’un processus de transition pour un nouveau modèle d’organisation politique, économique et social, juste et solidaire ». Devant les violences des forces de l’ordre qui ont émaillé la journée du 25 avril, rien d’étonnant non plus à ce que les manifestants se positionnent « pour la légitime défense face aux brutalités du régime qui, avec ses lois répressives, construit un État policier destiné à intimider, contrôler et paralyser les manifestations ».

     

     

     

    Capitaine Martin

     

    http://www.resistance-politique.fr/article-madrid-charges-policieres-contre-les-manifestants-anti-austerite-117434627.html


    votre commentaire
  •  

    Nombre de personnes semblent douter sérieusement de l'origine de ces attentats à Boston.

    Une manipulation magistrale de la population des Etats-Unis est en cours.

    Lilith 168

     

     

     
     
     
    Ce qui suit est le résumé sous-titré, retranscrit et annoté d'une vidéo d'un Lieutenant-Colonel à la retraite du nom de Roy Potter. Il y dénonce la mascarade morbide des attentats de Boston avec un sentiment de révolte palpable qui sera contagieux espérons-le, y compris en France et en Europe. Ce qu'il dit est d'autant plus inquiétant que ses hypothèses ont été corroborées juste deux jours plus tard.
    La version originale de l'intervention du Lieutenant-Colonel Potter est accessible au lien suivant :
    http://www.youtube.com/watch?v=LMUcOZAF1RI
     
     
     
    Mesdames et Messieurs, aujourd'hui nous sommes le 17 avril 2013,

    Si vous écoutez les bulletins d'information et que vous suivez les faits, je vais vous dire qu'actuellement est le moment le plus dangereux de l'histoire américaine depuis l'assassinat de Kennedy.

    Il y a des choses qui se passe en ce moment que vous devez savoir. Il y a des gens par ailleurs qui sont en train de rassembler les pièces du puzzle et je ne suis pas le seul. Et nous sommes arrivés à la conclusion à peu près au même moment, grâce au travail de gens qui ont analysés les images des attentats du marathon de Boston [1]. Il y a d'autres sujets également...

    Mais la première chose que j'aimerais dire est ceci. Je vais juste déballer ce que je sais. En ce moment même, vous voyez des choses se produire alors qu'il y a des éléments de notre gouvernement qui sont en conflit entre eux. Et nous sommes à un tournant très dangereux.

    Il y a des factions au sein du gouvernement qui s'apprêtent à prendre le pouvoir. Et ça va devenir très sale. Je ne serais pas surpris s'il y avait certaines choses qui se passent en ce moment.

    Mais l'une des choses qui se sont produites au cours des derniers jours, pas simplement les attentats de Boston... Vous avez remarqué que le cours de l'or a plongé [2]. La Réserve Fédérale a attaqué l'or en inondant le marché de certificats sur l'or, ou via d'autres techniques de trading, afin de faire baisser le prix [3]. Pour laisser paraître que le marché de l'or s'est effondré alors qu'en réalité c'est faux. Le but de cela est de démontrer que l'or n'est pas aussi attrayant en tant qu'investissement.

    Il y a plus encore à cela que je tiens à souligner. Rappelez-vous que le Texas et d'autres États, le Texas ayant été le premier avec Rick Perry, ont demandé à récupérer leur or de la Réserve Fédérale quand l'or était autour de 1.600 $ - 1.800 $ l'once [4]. Et maintenant, bien sûr, le prix de l'or a chuté. En d'autres termes, en essayant de désintéresser les gens d'en garder ou d'en acheter.

    Mais le fait est que cela a été fait non seulement comme un acte contre des individus. C'était un acte commis contre des gouvernements. Comprenez-vous la signification de cela ? La Réserve Fédérale est une entité privée prétendant faire partie du gouvernement fédéral, mais soutenue par le pouvoir du gouvernement fédéral, disant aux États que vous n'allez pas récupérer votre or.

    (NdR : Faut-il relier la récente explosion de Waco au Texas [5] avec la défiance de cet État envers la Réserve Fédérale ? A noter aussi que le Texas fait régulièrement l'actualité pour ses velléités d'indépendance [6])

    Voyez-vous ce qu'il se passe ici ? C'est la première chose que je voulais soulever parce que je ne voulais pas l'oublier. Ça fait aussi partie de ce qu'il se passe avec ces attentats du marathon de Boston. C'était en fait un "false flag" (NdR : coup monté, opération sous faux drapeau).

    Ils ont nié qu'il y a avait un exercice à la bombe en cours mais nous avons maintenant des témoins qui ont dit qu'on leur avait dit qu'il y avait un exercice à la bombe en cours à Boston. Il y avait des messages dans les haut-parleurs disant de ne pas s'alarmer par les personnes transportant des sacs à dos. L'entraîneur universitaire qui était là est l'un des exemples, mais il y en a beaucoup d'autres à présent [7].

    La chose importante à comprendre ici est que s'il n'y avait pas eu des gens pour télécharger ces photos sur 4chan, nous n'aurions pas ces informations.

    Le gouvernement a nié qu'il y a avait un exercice. Un exercice est toujours une couverture pour un "false flag". La raison est que si les agents se font attraper, si leurs pigeons se font attraper, ils peuvent dire qu'il s'agissait d'un exercice, que ce n'est pas pour de vrai.

    Maintenant avec toutes les images et les preuves, nous savons non seulement qu'il s'agissait d'un exercice pour dissimuler cette opération secrète, mais notre gouvernement ou au moins des voyous de l’État profond (NdR : cf. explications sur l’État profond [8]). Néanmoins ce sont des agents du gouvernement qui ont déclenché ceci pour tuer des Américains, tout comme ils ont fait dans de nombreux cas.

    C'est un moment très critique car il y a une autre hypothèse à cette affaire de Boston. Et cela revient à ce que je disais au tout début. Qu'il y a une lutte intestine à l'intérieur du gouvernement. Nous l'avons vu avec le départ de Petraeus de la CIA [9]. Nous l'avons vu avec la mise à pied d'officiers généraux [10] [11]. Une douzaine d'entre eux maintenant se sont retourné contre la Maison Blanche. Donc il y a des choses qui se passent et vous devez...

    Vous savez je suis un peu stressé car je me rends compte de l'implication de cela. J'ai vu ce genre de chose se produire dans les pays du tiers monde où il y a eu un coup d’État. Nous allons vers cela avec la guerre à l'intérieur du gouvernement. Et cela aura des conséquences sur la population.

    Ils tentent de brouiller les pistes. Lorsque cette information est sortie et les photos des agents sont sorties, les boucs émissaires et toutes ces autres choses... Le FBI et la police étaient prêts à nous présenter ce suspect de droite et à l'emmener à un juge au Palais de Justice de Boston.

    Les médias ont eu la main dessus et ont déclaré qu'ils ont procédé à une arrestation [12]. Mais en même temps notre information est sortie sur cette opération clandestine avec les images, les vidéos des agents et tout [13].

    Le gouvernement s'est dit "merde, ils nous ont découvert". Donc ils ont jeté à la poubelle les informations sur le suspect. Ils ont changé leur histoire et ont dit qu'ils n'avaient arrêté personne. Le Palais de Justice de Boston était fermé car ils ont dit qu'il y a avait un danger. Le danger était qu'ils allaient être démasqué.

    Donc vous les voyez faire marche arrière aujourd'hui en disant qu'ils ont un suspect pour dire après que non.

    Ça allait être un extrémiste de droite aidé par Al Qaïda. C'est exactement de cette façon que cette chose va se jouer. Et ils se sont fait prendre la main dans le sac.

    (NdR : Le 18 avril, un jour après cette vidéo, le FBI a diffusé la photo des deux suspects [14] et ont apprendra par la suite qu'il s'agissait de Musulmans radicaux [15])

    Les personnes qui apportent ces informations mettent en danger leur vie. A la base, les gens qui apportent ces informations mettent leur vie en jeu pour vous montrer ce qui se passe et combien la situation est dangereuse.

    Le FBI a en réalité outrepassé ses pouvoirs parce que le Congrès les ont aidé à le faire. Mais là où je veux en venir, ce n'est pas l'ensemble du FBI qui est à blâmer. Il y a un noyau d'agents qui se présente toujours à ces tueries de masse, aux attentats, etc [16]. Ils ont les caractéristiques des très petites unités. Mais ils ont les compétences pour couvrir les traces du gouvernement pour leur donner une autre apparence aux choses que ce qu'elles sont. Aucune implication de DARPA, pas de drogues, le scénario du loup solitaire, pas d'opérations clandestines...

    C'est probablement ce qu'ils vont faire à ce bouc émissaire, j'en suis sûr. Il est probablement mort en ce moment, ils l'ont probablement amené quelque part pour lui mettre une balle dans la tête puis s'en débarrasser quelque part. Parce qu'il fallait brouiller les pistes et ils vont le faire. C'est ce genre d'individus qui sont à l’œuvre ici.

    (NdR : Le 19 avril, le premier suspect a été abattu par les policiers [17])

    Pour l'instant l'essentiel est que les attentats du marathon de Boston étaient un "false flag" mené par des éléments de notre gouvernement. Ce n'est pas tout le monde qui est coupable mais des éléments de notre gouvernement qui cherchent le pouvoir ou le contrôle soit sur les autres, mais en particulier sur nous, pour confiner notre peuple dans un État policier. C'est tout ce dont il s'agit [18].

    Et nous espérons être en mesure de dénoncer cette opération pour les mettre à découvert. Au moins ça va les ralentir. Mais ne vous méprenez pas à ce sujet, c'est la phase finale.

    Vous êtes des menteurs et des imposteurs tuant des américains pour vos objectifs. Ou tuant quiconque avec vos attaques de drones pour soit-disant tuer une personne ou deux. Vous êtes juste des brutes épaisses assoiffés de sang.

    On va propager cette information partout. Les gens vont le voir et si les Américains ne veulent pas le voir. Et que tout vient à s'effondrer, cela va être de votre faute. C'est de votre faute si vous restez endormi et que vous laissez ces assassins criminels s'en tirer.

    Alors ce que j'ai dit de ne pas se soucier de sauver les États-Unis est l'entière vérité. Cet endroit a besoin d'être incendié. Parce que nous n'en valons pas la peine.

    Que Dieu nous vienne en aide.

     

     

    Traduction : Simon Lapointe
    Retranscription, Corrections et Annotations : Kairos &Logos

     

    http://leschroniquesderorschach.blogspot.be/2013/04/false-flag-de-boston-les-revelations-du.html#more

     

     

     


    votre commentaire
  • Une petite lecture qui s'adresse entre-autres aux non-convaincus de l'incommensurable trahison, escroquerie et mystification perpétrées par "ces Fabuleux Banquiers Financiers".

    Ces derniers, créateurs et utilisateurs compulsifs -des Marchés Financiers- qu'ils dirigent de main de maître depuis des millénaires !

    Avec l'approbation de nos dirigeants politiques de tous bords !

    "Soyez heureux bonnes gens" de trimer votre vie durant afin d'enrichir ces vénérées  classes dominatrices et bouffonnes !

    Lilith 168

     

     


    Un dessin décrit notre innocence en ce qui concerne la démocratie.

    Un esclave ramant dans une galère de Viking lève la main et appelle le maître qui tient le fouet :

    “- Hou ! Oh, ou hou… je crois que j’ai des ampoules.”

    Tout comme cet homme, la plupart des gens s’agrippent à la croyance que nos dirigeants représentent nos intérêts.

    - « Ou hou, M. Bush, vous avez menti au sujet des armes de destructions massive en Irak.”

    Lors d’un rassemblement de l’élite, Bush s’est penché sous son pupitre et a plaisanté : « Où sont ces armes de destruction massive ? »

    Une petite kabbale de banquiers internationaux choisi nos « dirigeants ». Cette clique, qui contrôle subtilement chaque facette importante de notre société est en train d’établir graduellement un état policier orwellien mondial. La plupart des membres de la haute société ou de la classe moyenne ont été dupé pour croire qu’ils participent à l’édification d’un monde meilleur.

    Prouvez-le dites-vous ?

    « The Naked Capitalist » de W.C. Skousen et un ouvrage explosif. Il est basé sur les révélations contenues dans le livre du professeur Carroll Quigley « Tragedy & Hope : A History of the World in Our Time. » (1966)

    Quigley, un professeur d’histoire de la Georgetown University était un initié de confiance qui avait accès à leurs archives privées. Il sentait que le complot, qu’il soutenait, était trop important pour rester caché. Cependant, peu après sa publication, son livre fut retiré de la vente.

    Cleon Skoussen fut un agent du FBI pendant 16 ans et le Chef de la police de Salt Lake City durant 4 ans. Son « Naked Capitalist » distille les preuves les plus choquantes du livre intimidant (1300) pages de Quigley.

    Avec juste 122 pages, « The Naked Capitalist » (1970) est un compte rendu concis, lucide et absolument convaincant de la conspiration ourdie par les banquiers internationaux. Les historiens qui ont largement ignorés ces travaux ont trahis la confiance du public.

    NOTRE INEXTRICABLE CONDITION
    Quigley confirme qu’un réseau de dynasties bancaires ont, selon les propres termes de Skousen, « acquis un contrôle étouffant sur les affaires de pratiquement toute l’espèce humaine. » D’après Quigley, ils comprennent les familles « Baring, Lazard, Erlanger, Warburg, Schroder, Selingman, les Speyers, Mirabaud, Malet, et par-dessus tous les Rothschild et les Morgan. » (Les citations proviennent de « Tragedy & Hope », p. 51-52)

    Quigley confirme que, en commençant par la Banque d’Angleterre en 1694, ces dynasties se sont organisés au sein d’un système de banques centrales qui font payer à leurs nations respectives des milliards de dollars en intérêts pour le privilège d’utiliser des devises garanties par le propre crédit des nations. En d’autres termes, ils ont perpétré une escroquerie aux proportions monstrueuses.

    Quigley cite William Gladstone, qui en tant que Chancelier de l’Echiquier (ministre des finances) déclara en 1852 : « Le gouvernement lui-même ne devait pas constituer un pouvoir substantiel en matière de finance, mais devait laisser le Pouvoir Financier régner suprêmement sans être remis en question. » (325)

    Autrement dit, un monopole privé sur le crédit contrôle les cordons de la bourse de tous les gouvernements du monde.

    Capable de créer l’argent à partir de rien, ils se sont naturellement emparés d’autant de richesses réelles qu’ils pouvaient. Quigley écrit au sujet de la formation de leurs cartels américains : « La période 1884-1933 fut celle du capitalisme financier au cours de laquelle les banquiers d’investissement accaparant les banques commerciales et les assurances d’un côté, ainsi que les chemins de fer et l’industrie lourde de l’autre, parvinrent à mobiliser une richesse énorme et à exercer ainsi un énorme pouvoir économique, politique et social. » (71)

    En effet, leurs représentants, « l’Etablissement Oriental », c’est-à-dire les Morgan et maintenant les Rockefeller dirigent les Etats-Unis. (72) Leur principal mécanisme de pouvoir étant le Council of Foreign Relations.

    D’après Quigley, le but ultime n’est « rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées, capables de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde comme un tout. Ce système devait être contrôlé… par les banques centrales… agissant de concert. » (324)

    Quigley confirme que les banquiers ont usurpé les instincts collectifs de l’humanité en finançant les mouvements Socialistes et Communistes. Les banquiers aiment les gros gouvernements parce que le monopole ultime est l’Etat. A travers lui, ils peuvent éliminer leurs rivaux et contrôler la dette, les ressources, la demande du marché et la main d’œuvre.

    En parlant de la prise de contrôle Communiste du gouvernement US dans les années 1930 et 1940, Quigley écrit : « il doit être bien compris que le pouvoir que ces gauchistes énergiques exerçaient ne fut jamais leur propre pouvoir de Communistes, mais n’était en fin de compte que le pouvoir de la coterie financière internationale. »

    En d’autres termes, des millions d’idéalistes dévoués à la fraternité humaine et à l’égalité furent (et sont encore) dupés dans l’avancement d’un projet totalitaire afin de concentrer la richesse et le pouvoir entre les mains des super riches. Davantage de gauchistes, de communistes, de féministes et de mondialistes continuent de prospérer tout en prétendant servir l’humanité.

    Le Pouvoir Financier contrôle le débat et le conduit dans une impasse en soutenant toutes les tendances politiques et en marginalisant quiconque ose braquer le projecteur sur eux. (Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Noam Chomsky ne mentionne jamais les banquiers internationaux et le système monétaire ?) Les médias sont contrôlés à travers la publicité ou la possession directe.

    Quigley écrit : « Aux yeux de Morgan, tous les partis politiques n’étaient que de simples organisations à utiliser, et la firme prenez toujours soin d’avoir un pied dans les deux camps. Morgan lui-même, Dwight Morrow et d’autres partenaires étaient alliés avec les Républicains ; Russel C. Lewffingwel était de mèche avec les Démocrates ; Grayston Murphy était allié avec l’extrême droite ; et Thomas W. Lamont était allié avec la gauche. » (945)

    La famille Lamont était « les sponsors et les bienfaiteurs financiers de presque toutes les organisations d’extrême gauche y compris le Parti Communiste lui-même. » (945)



    CONCLUSION

    Une petite kabbale de gens qui ne sont même pas des citoyens tiennent les cordons de la bourse de chaque nation.

    Cela explique en soi le sens de la « mondialisation » et la poussée vers un gouvernement mondial. Cela explique l’assaut sur la race, la religion, la nation et la famille. Les banquiers veulent un monde homogène qui n’offre aucune base de résistance.

    Cela explique pourquoi en temps de prétendu danger sécuritaire, la frontière sud des Etats-Unis est pratiquement poreuse. Les banquiers veulent miner le caractère européen de l’Amérique, qu’ils perçoivent comme une menace.

    Cela explique la guerre en Irak, et le fait qu’il n’y ait aucune opposition dans les parties au pouvoir ou dans la presse. Cette guerre a profané le berceau de la civilisation et assailli l’Islam. Elle constitue aussi une opportunité de créer plus de dette et d’enrichir les banquiers et leurs grosses entreprises alliées.

    Cela explique le 11/09, la répression du Patriot Act et l’hypocrite « Guerre contre le Terrorisme. »

    Cela explique le caractère dépravé des médias de masse et du système éducatif. Je pourrai continuer mais je pense que vous voyez de quoi il s’agit. Nous sommes des crustacés à la merci d’une baleine géante. Au moins, ne gaspillons pas d’énergie à croire que nous vivons dans une société libre et ouverte. Notre démocratie n’est qu’une ruse.


    http://henrymakow.wordpress.com/2013/03/31/la-democratie-est-une-illusion/

     

     


    votre commentaire
  • Botter quelques fessiers pendant les élections de 2014 ça m'étonnerait, ils sont protégés maintenant.

    Voici encore une décision qui devrait ouvrir normalement les yeux à ceux qui rejettent l'idée d'une extermination de l'humanité.

    Pas sûr... Ils sont toujours profondément endormis !

    Lilith 168

    ---------------

     

    Tous aux abris ! La panique règne à la Banque centrale européenne (BCE) dirigée par Mario Draghi, suppôt comme chacun sait ou devrait savoir de la tristement célèbre Goldman Sachs. Alors les assiégés dressent les barricades pour sauver leurs coffres en péril. Deux éléments viennent conforter cette impression, révélés l’un par l’allemand Deutsche Wirtschaftsnachrichten, l’autre par Mediapart.

    Chypre, c’est quoi cette embrouille ?

    Les Deutsche Wirtschaftsnachrichten (en clair, Nouvelles économiques d’Outre-Rhin) vient de donner un éclairage avisé sur les dessous du plan de « sauvetage » de Chypre par la BCE.

    Contrairement à ce qui s’était passé avec la décote des emprunts grecs, celle des obligations chypriotes était tout bonnement impossible car elles étaient liées en grande partie à de la dette grecque qui servait de garanties pour la BCE.

    Avec la banqueroute des banques chypriotes, c’est la BCE elle-même qui aurait paumé quelque 12 milliards d’euros, et aurait déclenché un système automatique de transfert immédiat équivalent (Target 2) de la part des pays membres, en vrai argent sonnant et trébuchant. Trois milliards à débourser rien que pour l’Allemagne de Frau Merkel.

    On comprend mieux l’acharnement de la Troïka, et plus précisément de Mario Draghi, à « sauver » coûte que coûte ce qui pouvait rester de l’édifice bancaire chypriote. Quitte à pulvériser le tabou de l’inviolabilité supérieure des créanciers et des actionnaires. Quitte à violer les règles mêmes de l’UE en matière de liberté de circulation des capitaux.

    On comprend aussi que nos malfrats de Bruxelles ne peuvent plus laisser tomber l’euro sous peine de voir les protégés de créanciers perdre sèchement toutes les dettes issues d’un Target 2. Deutsche Wirtschaftsnachrichten :

    « Vu sous cet angle, le hold-up organisé des banques chypriotes est ce qu’il y a de moins grave. Draghi et les sauveteurs de l’euro ne se battent pas pour sauver Chypre, ils se battent pour leur propre survie. »

    La BCE sous la protection… du secret défense  !

    Mediapart, décidément seul et unique média français d’investigation qui se respecte, vient de lever un autre faisan symptomatique de l’affolement qui saisit nos oligarques de Bruxelles et de Francfort.

    La Cour de justice européenne vient de voler au secours de la BCE en lui accordant le bénéfice… du secret défense ! Ce qui exempte la forteresse de M. Draghi, déjà hors de tout contrôle démocratique, de rendre compte de ce qui y est commis si bon lui semble.

    Chose qui tombe parfaitement bien quand on sait que cette décision fait suite à une demande de documents par l’agence Bloomberg pour savoir comment Goldman Sachs – où officiait alors un certain Mario Draghi – avait pu plumer la Grèce en faisant exploser son taux d’endettement. Martine Orange (Mediapart) :

    « Lorsque la BCE s’était vu demander communication de ces documents, elle avait refusé au motif qu’ils étaient dépassés. L’embarras des instances européennes était d’autant plus manifeste que le sujet mettait en cause son contrôle, la responsabilité de Goldman Sachs et faisait peser le soupçon sur Mario Draghi. »

    On le voit, les crabes défendent becs et pinces leur panier et sont prêts à tout, absolument tout, pour ne pas finir dans le court-bouillon d’une justice populaire qu’ils n’auraient pas volée. Il n’y a guère que dans la froidure nordique islandaise que des malandrins, difficilement présumables innocents de par la perversion intrinsèque du système qu’ils servaient, sont pour l’heure inquiétés.

    Mais voici que se profilent pour 2014 des élections qui donneront amplement l’occasion de mettre ce linge sale européen sur la table. Et, qui sait, d’en profiter pour botter quelques culs.

    Source: Rue89

     

     

     


    votre commentaire
  • Cette histoire pourrait prêter à rire si toutefois il n'y avait un fond de vérité.

    Accuser le Président d'être un "Méchant Varan" me fait penser à une manipulation,

    néanmoins tout un chacun a pu découvrir avec quelle facilité et promptitude cet homme changea d'opinon en peu de temps, rejetant sans vergogne son programme pré-présidentiel.

    Cette attitude ne déroge en rien celles adoptées par ces prédécesseurs qui promirent monts et merveilles et se déculottèrent devant les exigences d'une minorité qui ne l'entendait point de cette oreille.

    Qu'il soit un pantin n'est pas une nouvelle, tous les politiques sont "des hommes de paille" à la botte des authentiques "Maîtres de ce Monde"

    Lilith 168

    ------------------------

     

     

    Et si François Hollande n’était pas le Président de la République ? Et si l’individu qui nous gouverne n’était qu’un pantin téléguidé par des forces occultes ? Au premier abord, cette affirmation peut prêter à la franche rigolade. Pourtant, la toile bruisse de cette folle rumeur depuis plusieurs semaines. Une pétition circule depuis peu, Reopen2012, invitant les autorités à invalider la dernière Election Présidentielle. Fin limier à mes heures perdues, j’ai fini par identifier le citoyen à l’origine de cette agitation, puis ai recueilli ses arguments que je vous livre ici.



    Un logement surélevé, une pensée qui atteint des hauteurs stratosphériques : en deux mots, Kevin Pupier

    C’est à son domicile de Gujan-Mestras (33) que Kevin Pupier me reçoit. D’emblée, le jeune homme m’exhorte à ne pas le photographier. « Je ne recherche pas la gloire, mais uniquement la vérité », soutient-il, droit dans ses bottes en cuir de vachette, et droit dans ses convictions. Cet étudiant en musicologie de 19 ans martèle ses arguments d’un ton vigoureux. « Le François Hollande du printemps 2012 n’est pas le même que celui de l’été suivant ! Voyez comme son physique s’est transformé, à une vitesse telle que c’est humainement impossible. Et puis vous avez pu constater les différences énormes entre ses engagements de campagne et la politique appliquée depuis sa prise de fonction. C’est sûr, il s’agit bel et bien de deux individus distincts ! »


    François Hollande, avril 2012

     

     

     


    François Hollande, avril 2012

     



    La rapide évolution anatomique du Président est l’un des éléments qui suscitent le plus la perplexité. Kevin n’est pas le seul à l’avoir relevée, d’autres se sont penchés dessus attentivement. Ainsi, le spécialiste en morphologie faciale Bernard Molcock se montre formel : « Ces deux photos ont été prises à quelques semaines d’intervalle. Voyez comme les différences sont flagrantes : à gauche, on a affaire à un quiquagénaire obèse, mais bronzé et très en forme, coiffé comme un jeune zazou

    A droite nous avons un sexagénaire amaigri, dont le grain de peau présente un aspect curieux. En agrandissant l’image, on constate au niveau du cou la présence d’écailles grossièrement dissimulées par du maquillage. De toute évidence, c’est un imposteur qui a été élu Président, très certainement un Reptoïde originaire de Draco. »

    L’hypothèse de Molcock ne surprend guère Kevin. « Voyez comme François Hollande était résolu à lutter contre la finance pendant sa campagne électorale. Comment expliquez-vous son revirement une fois élu ? ». En effet, le moins qu’on puisse dire est que les décisions du Président contredisent le discours du candidat. Ainsi n’a-t-il aucunement dénoncé le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) signé le 12 mars 2012, et entré en vigueur le 1er janvier dernier. L’article 3 stipule que le déficit structurel d’un état membre ne doit pas dépasser 0,5% de son PIB ; autrement dit, l’austérité budgétaire est imposée à l’Union Européenne dans son ensemble. Exigence imposée par les marchés financiers et par leurs gendarmes, les agences de notation, qui crée une spirale déflationniste appauvrissant les peuples. Notons que les économies en matière de dépenses publiques sont réalisées enbaissant les dotations aux collectivités locales, auxquelles ont échu une multitude de compétences suite au désengagement progressif de l’Etat ces dernières décennies (entre autres : RSA, aménagement du territoire, etc).


    Une fois sa tirade achevée, Kevin se redresse vivement et s’en va quérir une bouteille au contenu incertain. « Ca c’est un alcool citoyen – fabrication secrète ! », glisse-t-il malicieusement. Le jeune homme en ingurgite une lampée à même le goulot, puis reprend le cours de son argumentation. « Le vrai Hollande avait assuré qu’il empêcherait les ménages les plus modestes d’être submergés par les dépenses énergétiques. Mais son clone n’a strictement rien fait pour eux ! ». Kevin a raison. La TIPP flottante, qui permet de baisser la taxation de l’essence à mesure que son prix augmente, n’a pas été rétablie. Le blocage des prix du carburant a été temporaire, et depuis novembre, les défavorisés ont encaissé la hausse des cours du pétrole de plein fouet. Quant aux augmentations successives du prix du gaz, elles ont été supérieures à l’inflation, en totale contradiction avec les propos tenus pendant la campagne électorale. Gaz que mon hôte produit en quantité industrielle par voie gastrique, à mesure qu’il écluse les verres de sa gnôle maison.

    De même, le candidat Socialiste s’était engagé à ce que neuf contribuables sur dix ne soient pas concernés par la hausse de la fiscalité. « Tombant cyniquement le masque, le pseudo-Hollande s’apprête à augmenter la TVA », s’indigne Kevin. La TVA est l’impôt injuste par excellence, puisque l’effort est équitablement réparti sur toutes les classes sociales. Hausse de la TVA qui compense l’allègement des cotisations patronales, selon le principe de la « politique de l’offre » : on table sur une augmentation de la productivité des entreprises afin que le surcroît de bénéfices profite à la collectivité (recettes fiscales supplémentaires, embauches, investissements). Or, le bien-fondé de cette option est pour le moins discutable, autant du point de vue de l’efficacité que du point de vue éthique.


    Organigramme détaillé du complot
     



    Le candidat Hollande avait également formulé une promesse peu coûteuse, mais essentielle d’un point de vue symbolique : la délivrance obligatoire d’un récépissé lors d’un contrôle d’identité. Mesure qui aurait limité les contrôles au faciès, dont la répétition rend la population non-Blanche méfiante à l’égard de l’autorité publique (deux grands principes républicains sont ainsi foulés au pied, Egalité et Fraternité). La mesure est écartée par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, le 27 septembre dernier. « Cette date est significative », précise Kevin. « Quand on aditionne les chiffres (2+7+9), on trouve 18, soit 6+6+6, autrement dit le Nombre du Diable. La mainmise d’une secte sataniste sur notre pays ne fait dès lors plus aucun doute ». Le jeune homme ajoute alors une précision capitale : « Manuel Valls, le Ministre de l’Intérieur, est connu pour ses opinions ultra-sécuritaires. Il va directement chercher ses ordres auprès du Groupe Bilderberg, auquel il appartient ». Subitement, le regard de mon hôte s’assombrit. Il extirpe d’une sacoche un schéma nébuleux qu’il me décrypte et m’autorise à reproduire. « Voilà comment fonctionne la conspiration. On s’aperçoit que l’Elysée est tout en bas de la chaîne de décision. », dit-il fébrilement.


    Imposteurs en short

     



    Kevin va même plus loin. D’après lui, d’autres institutions Françaises ont été infiltrées par le complot. « En octobre dernier, contre l’Espagne, l’équipe de France de Football a très bien joué, a fait preuve de cohésion contre une forte adversité et a même frôlé la victoire. C’est tout à fait invraisemblable si on regarde leur parcours depuis des années. D’ailleurs, je me suis livré à plusieurs simulations sur FIFA et PES avec des amis experts, et les Espagnols ont toujours gagné par au moins trois buts d’écart. C’est bien la preuve que les joueurs Français ont été remplacés par des sosies à la crédibilité douteuse ».

    « Faut pas compter sur les journalistes pour évoquer tout ça… », émet Kevin, d’une voix basse. « Ils sont encore choyés, leur niche fiscale a été maintenue, contrairement à ce qui figurait sur le programme de Hollande ». Cette corporation n’est toutefois pas la seule à conserver un traitement de faveur. Les propriétaires d’oeuvres d’art d’une valeur supérieure à 50 000 euros sont concernés, de même que les constructeurs de logements dans les DOM-TOM. Autant de catégories de population auxquelles on ne demande pas d’efforts supplémentaires, en dépit de leur aisance matérielle.



    Malgré cette accumulation de preuves troublantes, il se trouve encore des sceptiques pour contester la théorie du complot.Bernardin Jemlachaa est l’un d’eux. « On est en présence d’une banale conjonction deux phénomènes habituels », affirme-t-il. « A chaque élection, les candidats multiplient les promesses déraisonnables afin de drainer un maximum de suffrages. Ca s’appelle la démagogie. En outre, ce ne sont pas tant les convictions d’un candidat qui déterminent la politique appliquée, que la marge de manoeuvre dont il dispose. Celle-ci est la même que pour son prédécesseur, la conjoncture économique est tout aussi défavorable, et les forces de résistance au changement tout aussi puissantes. Il est donc obligé de transiger avec ses principes. Ca s’appelle le pragmatisme ». Depuis sa chambre de bonne du 77, ce socio-anthropo-egologue conclut l’entretien par une tirade teintée de misanthropie. « Quand le réel est source de tristesse, on a tendance à se tourner vers le surnaturel, les forces occultes. On change sa perception des choses, mais pas les choses en elles-même. Du coup rien n’évolue jamais en profondeur… », grommelle-t-il, énigmatique, entre deux quintes de toux.

     

     

    article initialement paru ici : http://spermufle.wordpress.com/2013...

    agoravox.fr 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique