• df7e28b2

     

    J’étais au lit et mon chien  était à mes pieds. Mon lit était sous une fenêtre. Le voisinage était calme et  il faisait sombre, tard la nuit dans le voisinage d’un quartier de « banlieue », j’ai vu cette lumière orange jaunâtre, c’était épais ça recouvrait tout. Je ne pouvais pas voir à travers la lumière mais elle couvrait complètement  la vue   de la fenêtre de ma chambre à coucher. Ca ne m’éblouissait pas comme l’aurait fait le soleil. J’ai ensuite vu cette lumière jaunâtre et  entendu comme un bourdonnement. Je n’ai jamais vu rien de tel auparavant. Je ne suis pas certain de la durée de ceci, mais ce n’était pas des secondes, ni même des heures. Peut-être 20 minutes , j’étais abasourdi par cet effet de lumière. J’ai eu peur et ai fermé ma fenêtre, j’ai regardé fixement  dans la lumière. La lumière disparue ,tout était en vue de nouveau  normal. Je pouvais voir la maison de l’autre côté de la rue et voir les lumières(feux) de la rue allumées, faiblement,  comme toujours. Alors j’ai entendu un bruit à mon autre fenêtre à juste 8 pieds  ( 243,84 cm ) environ 2,50m de mon lit.

    J’ai regardé,tandis que  mon chien a commencé à gronder (c’est un chien de garde et il est protecteur ). Il s’est levé du lit et tout à coup s’est immobilisé. Il  était raide, juste ses yeux pouvaient bouger et je pouvais voir que sa respiration était lourde , alors qu’il grondait , mais rigide comme une statue. Je me suis affolé et j’ ai regardé derrière lui en direction de la fenêtre où j’ai entendu le bruit. Je suis resté dans mon lit à côté de  de mon chien. J’ai vu qu’une main passait par la fenêtre comme si quelqu’un perforait la moustiquaire d’un coup de poing (perforé) . La   fenêtre était légèrement entrebaillée comme toujours.

    La main était grisâtre et lisse, de longs doigts avec  des  bulbes étranges aux articulations et aux  bouts des doigts. J’ai été terrifié alors que la moustiquaire était otée de la fenêtre et qu’elle était soulevée un peu plus. Une créature à la fenêtre maintenant ouverte s’est accroupie en prenant appui sur la fenêtre. Mon chien étant toujours « paralysé »et par  son grognement, je savais que la créature lui avait fait quelque chose, je savais qu’elle avait une espèce de pouvoir pour ouvoir lui faire ça. C’était une petite créature grisâtre partout la peau lisse partout avec de grands  yeux noirs  en amandes, « comme du  verre », un regard comme je n’ai jamais vu.

    La tête extraterrestre typique dont la proportion était grosse par rapport au petit corps qui avait de longs bras très minces. Les pieds étaient longs. Il a commencé à descendre de ma fenêtre lentement , il m’a regardé fixement sans mouvement des yeux . Je pense que j’étais mort de peur , je restais figé, je ne sais si c’est cette peur bleue qui m’a mis dans cet état . . J’ai pensé courir vers la porte, mais celle-ci se trouvant en face de la fenêtre trop loin pour m’enfuir en portant mon chien de 70 livres (31.78 kg) , qui ne pouvait pas marcher .

    Ensuite la créature a commencé  à descendre de la fenêtre, je ne me souviens de rien d’autre , et  à mon réveil au petit matin, tout était redevenu normal , mon chien aussi . J’ai couru à la fenêtre en me remémorant les événements de la nuit, la fenêtre était soulevée, Je n’ai pas rêver de celà, j’en suis certain.

    La moustiquaire était couchée sur la route sous ma fenêtre. J’ai dévalé les escaliers vers la route pour rechercher le trou dans la moustiquaire et bien sûr le petit trou percé à travers par le poing de la créature était là. Un jour plus tard, j’ai remarqué une bosse dans mon poignet. La peau est blanche sur la zone surélevée. Elle est arrondie et petite. Je me suis demandé si quelque chose a été implanté en moi ou si je suis marqué par la créature. J’ai encore la marque sur mon poignet et j’ai peur  de faire examiner  la bosse   par les médecins.

    KEN PFEIFER WORLD UFO PHOTOS    ……..   Remerciements à  www.mufon.com

    WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG

    WWW.WORLDUFOPHOTOSANDNEWS.ORG

    WWW.MUFONNJNEWS.COM

    http://ufoetscience.wordpress.com

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Alex Collier : Le point de vue des Andromédiens sur notre monde

     


     

    Contacté régulièrement depuis 1964, Alex Collier est un personnage à la fois mystérieux, énigmatique et fascinant. Une force et un magnétisme impressionnants émanent de son regard pénétrant. Il affirme avoir été de nombreuses fois en relation avec des extraterrestres de la constellation d'Andromède, et s’être retrouvé à plusieurs reprises à bord de l’un de leurs immenses vaisseaux cylindriques.

     

    003

     

    Au fil des années, il aurait noué des relations particulières avec deux d’entre eux, des humains comme nous, à cette seule différence qu’ils s’expriment uniquement par télépathie et que la pigmentation de leur peau est d’une coloration inhabituelle pour nous, à mi chemin entre le blanc et le bleu très pâle.

    Alex Collier est toujours resté un peu en retrait des médias, espaçant ses déclarations et accordant peu d’interviews. Les rares vidéos qui lui sont consacrées ne sont disponibles qu’en anglais ; mais elles sont d’un intérêt exceptionnel et mériteraient toutes d’être traduites, car à la différence des autres contactés, il n’a pas peur d’aborder les sujets d’un point de vue cosmique tout en n’hésitant pas à dénoncer avec virulence ceux qui entretiennent notre ignorance et nos illusions.

    J’ai réuni quelques uns de ses propos relatifs à la situation de notre humanité et de notre planète, selon la perspective holographique que les Andromédiens peuvent avoir de notre monde depuis leur lointaine constellation, dont l’étoile principale, connue de nous sous les noms d’Alphératz ou de Sirrah, se situe à 96 années lumière de la Terre.

     

    001

     

    Alex Collier (ci-dessus) et la Constellation d'Andromède (ci-dessous)

     

    002


    « Je me nomme Alex Collier. Le premier contact dont j’ai conservé le souvenir remonte à 1964. C’était une nuit d’août. J’avais alors 14 ans et j’étais allé me coucher de bonne heure comme d’habitude. Quand je me suis réveillé, je me trouvais sur une sorte de plate-forme à bord d’un vaisseau. Deux hommes étaient penchés sur moi et m’observaient avec bienveillance ; l'un était petit et l'autre très grand. Ils avaient l’air vraiment gentils. Au niveau de mon âme, il me semblait que je les connaisais depuis toujours. Morenae, le plus grand, avait la peau bleu très pâle. Vissaeus, le petit, avait la peau encore plus claire, presque blanche.

     

    004

     

    Extraterrestre de type andromédien

    Depuis, j’ai eu de nombreux autres contacts avec eux, et la cadence de ces contacts s’est même accélérée depuis 1985. Je vais essayer de vous résumer leur point de vue sur ce qui se passe ici sur la Terre, sur ce que nous sommes réellement et sur l’histoire de notre humanité.

    Les Andromédiens sont une très vieille race. Ils vivent selon une échelle de temps qui n’est pas la nôtre. Si on devait la convertir en temps linéaire, ils auraient un millier d’années d’avance sur nous au plan spirituel, et au niveau technologique, ils en auraient plus de 50.000! Malgré cet écart considérable, ils ne créent de nouvelles technologies qu’au fur et à mesure de leurs besoins spirituels, ce qui signifie qu’ils pourraient, s’ils le jugeaient nécessaire, avoir une avance technologique sur notre humanité bien plus importante encore !

    Actuellement ils sont principalement implantés sur toute la longueur de la constellation d’Andromède, mais ils sont comme nous originaires du système de la Lyre. Toutes les races humaines viennent de la constellation de la Lyre. Il y a déjà pas mal d'informations qui circulent sur la Terre à ce sujet. Billy Meier a été l’un des premiers à en parler. La race humaine n'existait pas originellement dans la Lyre ; elle venait d'une autre galaxie mais elle a commencé son évolution sous la forme humaine dans notre galaxie, et précisément dans le système de Vega dans la Lyre.

    Selon les Andromédiens, il y a plus de 135 milliards d'êtres humains vivant dans les 8 galaxies les plus proches de la nôtre. Il y a aussi bien d'autres races là-bas. Certaines d’entre elles ne sont pas amicales ni fraternelles ; elles ont eu dans le passé de nombreux conflits avec la race humaine et continuent à en avoir aujourd’hui. Mais les problèmes sont peut-être en passe de se résoudre… 

    Les Andromédiens sont une race télépathe très pacifique qui se préoccupe réellement de nous et de ce qui se passe aujourd’hui sur notre planète, en raison à la fois de nos particularités génétiques qui sont proches des leurs et de ce que nous représentons à leurs yeux en tant qu'âmes, à cause aussi de l'avenir qu’ils ont entrevu pour nous, car ils pensent que nous deviendrons plus tard pour eux des sortes d’associés.

    Les Andromédiens vivent en moyenne 2.007 ans. Ce nombre d’années dont je vous parle correspond lui aussi à une conversion en temps linéaire ; c'est la seule façon de vous en parler, car ils n’ont pas de calendrier et ne conçoivent pas le temps de la même manière que nous. Ils disent que notre univers est un hologramme dont l’ancienneté équivaut à 21.000 milliards de nos années.

    Ils m’ont expliqué que toute la matière présente dans notre univers provient des trous noirs, qu'à l'origine de chaque galaxie, il y a un trou noir d'où tout est sorti. D’après la description qu’ils m’ont transmise, au fur et à mesure que notre univers évoluait, les énergies qui ne voulaient pas participer à l’évolution ou qui étaient retenues de le faire par la peur ont commencé à s'alourdir. Ces énergies, dont fait partie notre conscience, ont formé des poches devenant de plus en plus lourdes. C’est à l’intérieur de ces poches que l’ego s’est développé. Mais lorsque la fréquence d'un univers s'élève au-delà d’un certain niveau, les poches de résistance finissent par éclater. Ce scénario semble maintenant commencer à s'appliquer à notre univers, 21.000 milliards d'années après sa création, avec l’apparition d’une douzième densité holographique.

     

    005


    NOTA : Ce qui se trouve à l'intérieur d'un trou noir reste l'un des plus grands mystères de la physique. La relativité générale, théorie qui admet l'existence des trous noirs, indique que toute la matière s'y concentre en un point central de densité infinie que l'on appelle "une singularité".

     

    De nombreux chercheurs pensent qu'une théorie unifiant les effets quantiques et gravitationnels pourrait permettre de résoudre ce mystère.


    Une théorie a déjà été utilisée pour aborder le problème de la singularité à l'origine de notre univers, qui suggère qu'au lieu du Big Bang, un premier univers pourrait s'être effondré pour ensuite "rebondir" dans une nouvelle expansion, un "Big Bounce" (rebond).

    Tout dans notre univers, y compris nous-mêmes, est issu d'un trou noir. Les Andromédiens disent que nous existons par-delà ces trous noirs et que nous sommes sans âge et infinis. Selon Vissaeus et Moranae, en 1994, une nouvelle énergie a commencé à se manifester à travers l’ensemble des trous noirs de l'univers connu. Les Andromédiens, qui ont un long passé scientifique derrière eux, disent que c'est la première fois que cela se produit. Cette énergie se propage sur une fréquence unique et crée une impression holographique sur tous les niveaux dimensionnels, qui étaient jusqu’à présent au nombre de onze.

    Ce nouvel hologramme de douzième densité provoque l’accélération vibratoire de l’ensemble des onze niveaux dimensionnels inférieurs. La troisième densité telle que nous la connaissons encore ici aujourd’hui va bientôt cesser d'exister ; elle implosera et tout ce qui vibre sur ses fréquences sera hissé au niveau supérieur. Ceux qui vivent dans la onzième densité rejoindront la douzième. Nous, nous sommes supposés nous rendre dans la quatrième et puis, très rapidement, dans la cinquième.

    Du point de vue des Andromédiens, la quatrième densité, est celle de la conscience unitaire. C'est à ce niveau qu'une race devient entièrement télépathe : les êtres ont conscience les uns des autres, ils partagent sentiments et pensées, ils ne sont plus des individus séparés mais forment une entité collective et une unité.

    En quatrième densité, vous pouvez créer instantanément ce que vous pensez. Quelle que soit votre opinion, vous la manifestez presque instantanément. Il y a donc un grand degré de responsabilité face à cela. Tout le monde peut lire dans l'esprit des uns et des autres. Ce qui signifie que vous devez être sincère. Vous ne pouvez pas avoir des plans cachés parce que les autres voient à travers vous. En quatrième densité vous devenez médium. Ce qui signifie que si vous mentez ou si vous cachez quelque chose, cela est instantanément découvert.

    Vissaeus et Moranae m’ont expliqué que lorsque notre économie va s’effondrer et que nous passerons en quatrième densité, notre système politique et judiciaire va lui aussi changer. Pendant un certain temps, nous continuerons à avoir des juges, mais nous aurons des juges médiums, des jurys et des assemblées composés de médiums. Ils liront dans les consciences avant de prendre les décisions importantes. Ils verront instantanément qui dit la vérité et qui ne la dit pas. Tout sera évalué en fonction de cela, et basé sur l'énergie, pas sur les mots ni les écrits. En quatrième densité, lorsque vous touchez la main de quelqu'un, vous savez instantanément tout sur lui. Il n'y aura donc plus d'intentions dissimulées. Chacun va devoir devenir vraiment sincère.

    Pour les Andromédiens, les choses sont très différentes de ce que nous percevons. Vue de notre troisième dimension, la cinquième apparaît comme étant celle de la lumière. Les scientifiques croient savoir ce qu’est la lumière car ils ont découvert l’existence et certaines propriétés physiques des photons. Mais ils ignorent tout de son essence spirituelle. Dans les densités lumineuses, il y a beaucoup de richesse, beaucoup d’activité, une grande diversité de vie.

    Dans le système andromédien, toutes les choses sont créés par la pensée, comme Dieu le fait quand Il crée des mondes. Les Andromédiens utilisent largement la technologie holographique pour façonner leur environnement à partir de leurs pensées, et certaines de leurs formes-pensées sont encodées génétiquement dans leurs objets et dans leurs vaisseaux. Ils créent leur musique à partir du mouvement des planètes qui tournent autour des soleils. Les énergies des étoiles et des constellations se chevauchent et forment une harmonie. Cette harmonie est transcrite par eux sous forme de sons. Puis ils les assemblent pour en faire de la musique. Leur musique est une musique galactique.

    NOTA : Une équipe de la NASA a d’ailleurs réussi a enregistrer "le chant de la Terre" que voici retranscrit, sans aucun trucage, sur la vidéo ci-dessous :


    Le Chant de la Terre

    Ce sont vraiment des êtres profondément spirituels. Leur objectif est d’évoluer sans cesse. Ils veulent devenir toujours meilleurs qu'ils ne sont déjà et sont toujours à la recherche de l'essence réelle de Dieu. Ils savent qu'Il existe, mais ce qu'Il est vraiment, personne ne le sait. C'est la raison pour laquelle ils l'appellent "l'Is-Ness", l’Êtreté. Ils sont actuellement en cours d’exploration de la douzième densité et la considèrent comme un tremplin spirituel susceptible de leur apporter de nouvelles possibilités d’évolution.

    Selon les Andromédiens, nous, les humains, faisons partie d'un groupe d'âmes qu'ils appellent les "Paa Tal". Les Paa Tal sont capables de créer des formes de vie qui peuvent évoluer vers les degrés supérieurs de la spiritualité grâce au libre-arbitre.

    La raison pour laquelle les Andromédiens emploient le mot Paa Tal - qui est un mot d’origine draconienne - est que ce sont les Draconiens d’Alpha Draconis qui ont inventé ce terme pour désigner les races humaines opposées à leur philosophie qui est de créer des races pour pouvoir ensuite les utiliser, au mieux comme esclaves, au pire comme du bétail. Ainsi, vous voyez : vous avez deux philosophies très différentes qui s’affrontent au sein de cette galaxie.

    Les Draconiens sont une race reptilienne dirigée par des maîtres généticiens. Ils manipulent la vie qu’ils considèrent comme une ressource naturelle leur appartenant. Il semblerait qu’ils aient à l’origine créé une race de primates qui fut d'abord introduite sur Mars puis transférée sur la Terre où elle fut "améliorée" par un groupe originaire d’Orion qu’ils contrôlaient. Les êtres d’Orion lui implantèrent successivement les gènes de 22 races extraterrestres différentes avant que notre ancêtre ne devienne l'homo sapiens, tel que nous le connaissons aujourd’hui. L’existence simultanée de différentes races sur la Terre s’explique de cette manière.

    Les Andromédiens ne savent pas exactement d'où viennent les Draconiens. Ils savant simplement que ce sont des Hyperboréens. Mais ce qu'ils ont appris au cours de leurs échanges avec des races d'autres dimensions, c'est qu’un être appartenant à un autre univers a amena jadis les Draconiens dans notre galaxie et les plaça dans le système de Thuban (Alpha Draconis), là où ils avaient le plus de possibilités de survie. De là, ils ont réussi à découvrir les secrets du voyage spatial.

    Ce sont essentiellement des explorateurs et des ingénieurs génétiques. Ce qu'ils ont réussi à faire est remarquable et force l’admiration, mais ils se croient autorisés à contrôler, à manipuler et à asservir toutes les formes de vie qu’ils rencontrent.Ils estiment que cet univers leur appartient, qu'ils y ont été amenés pour le diriger. Ils ont déjà conquis plusieurs autres races par manipulation génétique. Et il y a des êtres humains qui ont accepté de vendre d'autres êtres humains à ces créatures !

    Quand les Américains commenceront à réaliser tout ce qu’on leur cache, et qu’ils se rendront compte qu’ils se sont faits berner et manipuler pendant des années, je ne suis pas certain qu’ils puissent continuer à regarder tranquillement la télévision le soir en rentrant de leur travail ! Je suis vraiment très en colère de voir que, dès que quelqu’un donne une conférence et essaye de dire la vérité, les gens préfèrent ne pas écouter ou tourner cela en dérision.

    Ils ont été autorisés à agir ainsi envers l’humanité parce que nous avons beaucoup de choses à comprendre et à corriger. Quand on a eu la chance, comme moi, de rencontrer des Andromédiens ou des Pléiadiens, quand on voit comment ils vivent et ce qu'ils enseignent, on mesure tout le chemin qui nous reste encore à parcourir pour devenir des êtres qui méritent d’être libres. Il faut commencer par apprendre à nous aimer et nous respecter les uns les autres. Nous devons vraiment commencer à prendre conscience de ce que nous faisons, plutôt que de tourner le bouton de la télévision avant de se lever le matin pour aller au travail, et de refaire la même chose le soir... comme des robots.

    Nous avions initialement 12 hélices d'ADN. 10 d’entre elles nous furent enlevées par le groupe d'Orion sous contrôle draconien afin de nous asservir et de nous retenir dans l’involution. Les Draconiens tiennent absolument à nous empêcher d'évoluer, parce qu'ils ont découvert en nous un aspect de la génétique qu’ils ignoraient : notre large spectre émotionnel. Et ils considèrent ce paramètre inconnu comme une menace potentielle.

    Nous sommes à ce niveau très, très différents de toutes les autres races. Même les Andromédiens ne comprennent pas comment nous pouvons nous détester à un certain moment jusqu’à vouloir nous entretuer, puis, cinq minutes plus tard, manifester de l'amour et de la compassion les uns envers les autres. Un jour, on m'a amené sur un vaisseau où Vissaeus observait un écran qui présentait des nouvelles de la Terre : un policier avait tiré sur un noir et puis avait couru pour essayer de lui sauver la vie. Vissaeus ne pouvait comprendre pourquoi ce policier avait agi ainsi. Ils sont très perplexes devant le comportement des humains de notre race.

    Une autre fois, Morenae surveillait le moniteur de l’un de leurs ordinateurs analysant l’atmosphère terrestre. Il avait l'air très triste et je lui ai demandé pourquoi. Il m’a dit: « Pourquoi les Terriens ne comprennent-ils pas que tout ce qui les entoure est là parce qu'ils en ont besoin ? » Le fait que nous puissions ainsi saccager et détruire notre environnement sans état d’âme est pour eux une réelle énigme. Ce n'est pas comme si nous avions un autre endroit où aller. Nous n'en avons pas !

    Les Terriens sont capables de créer sans technologie, et c’est ce qui pose un problème aux Draconiens. Nous avons la capacité - chacun de nous et même si nous l'ignorons - de voyager dans le temps et de tout créer sans technologie, uniquement en nous projetant spirituellement en conscience. Nous pouvons faire cela à cause de notre système interne de reliance à la Lumière et à cause de notre spectre émotionnel extrêmement large. Selon les Andromédiens, c'est notre polarité masculine qui crée la pensée et notre polarité féminine qui permet aux choses de se réaliser à travers l'émotion.

    Cependant, la troisième dimension est incroyablement dense et la plupart des races extraterrestres répugnent à s’y aventurer. Les Andromédiens ressentent les effets de cette densité comme s’ils plongeaient leurs mains dans un bain de gelée visqueux ! Ce qui les étonne le plus chez nous, c'est que nous arrivions à créer même dans cette troisième densité. Malgré la lourdeur de sa vibration, notre intention peut littéralement tout créer ici.

    Les Andromédiens, eux, ne peuvent rien créer sans technologie. Mais ce monde dans lequel nous vivons, chacun de nous a participé à sa création et à sa formation. Il est littéralement nous et nous sommes lui. Nous sommes littéralement Un avec lui. C’est nous qui avons créé cet environnement et ils ne comprennent pas pourquoi nous nous comportons comme si nous voulions le détruire.

    Je vais vous donner un exemple pour que vous compreniez la différence entre ce qu’arrivent à réaliser les Andromédiens grâce à leur technologie et ce que nous pouvons faire nous-mêmes par la seule force de notre pensée :  ils ont inventé une sorte de caméra à explorer le temps avec laquelle ils peuvent prendre une photo d’un individu et, à partir de cette photo, remonter jusqu'au moment de sa conception.

    Supposons que j'aie un problème au foie. Ils peuvent reculer dans le temps et recueillir de l'information à l'époque où mon foie fonctionnait bien, projeter cette information holographique sur mon foie actuel et le guérir. C’est une technologie holographique qui permet de s’auto-guérir.

    Nous, nous ne disposons évidemment pas de ce genre d’appareil, mais pouvons arriver au même résultat en utilisant notre esprit. Le secret c'est de s'ouvrir à l'idée que tout ce que notre esprit conçoit est enregistré en mode holographique dans notre inconscient collectif. Chacune de nos pensées, même la plus fugitive, est enregistrée holographiquement dans la mémoire collective de notre humanité.

     

    008

     

    Lorsque vous essayez de créer quelque chose dans votre vie par la méditation, essayez de le faire différemment. Circulez en pensée autour, derrière, dessus, dessous. Entraînez votre esprit et votre subconscient à voir cette chose comme elle est réellement. Et vous verrez, avec un peu d’entraînement, vous pourrez vous projeter en conscience jusqu’à l’objet que vous voulez retrouver. Vous l’atteindrez et il vous livrera toute l’information holographique qui lui est associée. Il n'y a absolument rien que nous ne puissions réaliser si nous nous en donnons les moyens.

    Selon les Andromédiens, la plupart des êtres humains présents sur cette planète ainsi que sur 21 autres systèmes planétaires de notre galaxie, font partie d'un groupe d'âmes bien spécifiques - des consciences individualisées qui ont déjà évolué jusqu'à la onzième densité il y a de cela des milliers de milliards d'années. Une expérience fut alors planifiée au terme de laquelle certains êtres acceptèrent de descendre dans la troisième densité pour y faire l'expérience de la pensée créant la matière physique. Morenae m’a expliqué qu'un nombre important d’entre nous viennent de la onzième densité, d’où nous avons rejoint la troisième. Nous y avons trouvé une race spécifique qui était déjà là, porteuse d'un code génétique spécial impliquant des gènes issus de 22 races extraterrestres différentes.

    En ce qui concerne les Gris, ils avaient une allure beaucoup plus humaine à une époque. Ce qui est arrivé, c'est que leur race fut capturée il y a 891.000 ans par le groupe d'Orion qui était déjà génétiquement altéré et sous le contrôle des Alpha-Draconiens. Ceux que nous appelons maintenant les Gris sont ainsi devenus la "propriété" des Draconiens.

    J'ai mis un certain temps à comprendre pourquoi nous intéressons également les Gris. Il se trouve que ce qui en nous pose un problème aux Draconiens correspond également à ce que les Gris recherchent. Nous avons la particularité de nous être déjà rendus jusqu'à la 11ème densité, ce qui signifie que nous avons couvert une grande échelle d'évolution spirituelle et ce qui explique notre vaste gamme de capacités émotionnelles. Ils veulent accéder à ces informations dont ils pensent qu’elles sont gravées dans la mémoire de notre inconscient collectif.

    Avec la nouvelle fréquence qui vient et la troisième densité qui commence à imploser sur elle-même, les Gris essaient de sauver leur race. Selon Morenae, il ne reste sur la Terre que 2.000 Gris authentiques. Tous les autres sont des clones - des robots organiques. Ils ne sont pas porteurs d'essence spirituelle.

    De nombreux enlèvements d’humains ont été organisés par des Gris à des fins génétiques. Ils ont essayé de croiser les races. Ils ont créé des hybrides ; aussi invraisemblable que cela puisse vous paraître, ils ont même essayé de transplanter des âmes !

     

    010

     

    Ils n'y sont évidemment pas parvenus et savent qu’ils n’y parviendront pas. Ils en sont désespérés. Mais ils commencent aussi à en tirer des leçons positives au niveau de leur évolution.

    Je vous ai dit que le gouvernement et certains services de l’administration américaine étaient au courant et avaient laissé faire, et que l’information était toujours restée soigneusement dissimulée aux médias.

    La première raison pour laquelle ils ne veulent pas en parler, c'est que ce sont eux qui sont responsables de les avoir laissés s'installer sur la Terre. Selon Morenae - et ceci est le point de vue des Andromédiens - à l'intérieur de la l'Agence de Sécurité Nationale (NSA), se trouve un groupe appelé "les Moines noirs". Ce sont des êtres humains mais qui interagissent entièrement sous la coupe des extraterrestres négatifs. Morenae a dit que ces humains sont si imbus des systèmes de croyances extraterrestres qu'ils ne se considèrent plus comme des humains de la Terre. Le libre-arbitre de l’humanité n’a pas été violé ! Ils ont conclu un marché. Ils nous ont vendus - je l’affirme haut et fort, parce que j'ai des amis qui veulent savoir où sont leurs enfants et ce qu’ils sont devenus.

    Ce n’est qu’un exemple. Il semblerait que nous ayons été manipulés depuis 5.724 ans, et quand je dis "manipulés", je devrais dire "manipulés au-delà du concevable" ! Et pour ne rien arranger, on nous a privés de l'accès à l'énergie libre, dont la technologie était pourtant connue. Alors, au cours des cent dernières années, nous avons totalement pollué notre environnement !

    Tout cela est vraiment triste ! D’autant que si l’on regarde du côté des positifs, on observe qu’il y en a tant qui veulent nous aider ! Vous connaissez leur règle numéro un : ne pas intervenir sur une race en évolution à moins qu'elle ne le demande. Ils n'interviendront pas directement - du moins ils ne sont pas supposés - à moins qu'on ne leur demande spécifiquement. Les gens qui sont contactés sont issus d'une longue lignée réincarnationnelle dont les arborescences ascendantes rejoignent plusieurs de ces races positives, ce qui fait que le contact n'est pas considéré comme de l'intervention. Quant à ceux qui sont enlevés, ils payent un karma à travers leur abduction.

    Il y a des gens qui me disent: « Mais pourquoi vos Andromédiens ne viennent-ils pas nous sauver ? » Primo, si nous étions sauvés, comment pourrions-nous continuer à évoluer ? Secundo, qui voudra assumer la responsabilité de ce choix si quelque chose venait à ne pas se passer comme prévu ? Et troisièmement, il ne s'agit pas seulement de changer notre réalité, cela changerait aussi "leur" réalité. Les Andromédiens et la plupart des autres races bienfaisantes ne veulent pas risquer de perturber la grande chaîne cosmique de l'évolution.

    De toute façon, la question de l’intervention ou de la non-intervention ne peut être réglée qu’à l’occasion d’un Conseil. Dans notre galaxie, il y a plusieurs Conseils. Je ne sais pas tout de ces Conseils, mais je connais le Conseil d'Andromède, qui est un groupe d'êtres provenant de 139 systèmes stellaires différents qui se sont réunis pour évoquer ce qui se passe dans notre galaxie.

    La première assemblée du Conseil d'Andromède s’est tenue il y a peu de temps. Son but était de décider d'une intervention directe ou non ici. Selon Morenae, il y avait seulement 78 représentants présents à cette première rencontre. Sur ces 78, près de la moitié ont décidé qu'ils ne voulaient en aucune façon être mêlés à nos problèmes. Je pense qu'il est important que vous sachiez pourquoi ils ne voulaient pas avoir affaire avec nous. Je vous parle de représentants de systèmes stellaires à des millions d'années-lumière de nous. Quelques-uns ne nous ont jamais rencontrés. Ils connaissent seulement la vibration de la planète et, de leur point de vue, les humains de la Terre n'ont aucun respect ni envers les autres ni envers leur planète ni même envers eux-mêmes, et ils ne méritent pas d'être aidés.

     

    011

     

    Heureusement, la majorité du Conseil a émis l'opinion que, parce que la Terre a été manipulée depuis plus de 5.700 ans, nous devrions avoir une chance de faire librement nos preuves, au moins de prouver que l'autre moitié du Conseil a tort de ne pas tenir compte de ce paramètre.

    L'autre problème qui a été évoqué au Conseil d’Andromède implique certaines des races humaines d'extraterrestres bénéfiques. Plusieurs de ces races sont réellement pures - ils ne se croisent qu'entre eux. Mais d'une manière générale, il y a eu de tels croisements de races qu'ils anticipent des ruptures dans les codes génétiques. Les Pléiadiens vont apparemment commencer à expérimenter cette rupture génétique dans 172 années terrestres (temps linéaire). Pour la première fois depuis des centaines de milliers d'années, des malformations et des difformités risquent de se produire chez eux à la naissance.

    Les Andromédiens anticipent qu’ils seront eux aussi confrontés au même problème dans 757 ans. Il n’y a selon eux qu’une race capable de leur apporter une remontée génétique afin d'empêcher cette rupture. Ils disent que c'est nous. Ils aimeraient nous emprunter des gènes.  Mais ils ne peuvent le faire actuellement parce que nos gènes contiennent une particule liée à la vibration de peur, émotion qu'ils ne connaissent pas et qui semble incompatible avec la technologie qu’ils utilisent.

    Ils disent que nous sommes la seule race humaine qui laisse ses semblables vivre dans la pauvreté et même mourir de faim. Nous sommes les seuls à accepter que d’autres membres de notre race puissent être sans-abri. Nous sommes la seule race qui ait accepté de transformer certains des siens en esclaves et de les vendre. J’ai vraiment honte de l’image qu’ils nous renvoient de nous-mêmes. Et pourtant il n’y a aucun jugement de leur part. Simplement, ils ne comprennent pas pourquoi nous nous comportons de la sorte. Si quelqu'un a une réponse à cela, qu’on me la donne ! Oui, nous avons été manipulés par des systèmes de croyance, mais pourquoi et au nom de quoi devrions-nous continuer à nous conformer à ces systèmes de croyance ? (Cf. mon article précédent : "Nous sommes tous des extraterrestres.")

    J'ai posé plusieurs questions à Morenae au sujet de la Terre, des religions et de notre histoire. Il a vraiment le don de me renvoyer à moi-même. Voici ce qu’il m’a dit à propos de nos religions : « Ce qui compte, ce n'est pas tant ce à quoi vous croyez que pourquoi vous y croyez. » J'ai alors commencé à réfléchir et à analyser mes systèmes de croyance : sont-ils vraiment les miens ou m'ont-ils été inculqués, et est-ce que je me base sur l'idée qu'ils sont vrais ou qu'ils ne sont pas vrais ?

    Une autre fois, j'ai eu un contact alors que j'étais déprimé. J’avais décidé que je ne voulais plus revenir sur la Terre. On m'a obligé à revenir et j'en ai été bouleversé. Alors que je m'éloignais, Vissaeus m'a regardé et m'a dit : « Alex, l'amour que tu as empêché de s'exprimer est la douleur que tu portes. » Depuis, il ne se passe plus un jour sans que je repense à ces paroles, sans que je pèse chacune de mes décisions avant d’agir. Désormais, je ne fais plus mes choix que lorsque mes motivations sont parfaitement claires.

    Un jour, je parlais à Morenae et il m’a demandé : « Alex, quand tu établis une relation avec quelqu'un, d'où vient l'amour que tu éprouves ? Quand tu penses à ta famille, d'où vient ton amour ? » - «  La réponse évidente me semble être qu'il vient de moi. » lui ai-je répondu. Il a alors ajouté : « Pourquoi alors crois-tu qu'il y ait un manque d'amour dans ta vie ? » En réalité, tout provient de nos systèmes de croyances.

    Les Andromédiens nomment notre univers "conscience". Ils disent que la conscience est l'espace que nous créons pour évoluer. Donc, en d'autres mots, pour continuer à évoluer nous devons créer un espace approprié et un système de croyances adapté pour y parvenir. Ils appellent cela "la physicalité". Il y a une physicalité adaptée à chacune des dimensions. La cinquième densité n'est pas faite de "nuages vaporeux". Elle contient un niveau physique réel, bien différent de ce que nous avons créé ici mais néanmoins très physique.

    Nous avons été incroyablement manipulés au cours des 750 dernières années. Mais la véritable vérité est ceci : Nous sommes tous "Esprits". Et nous possédons tous une âme. Cette âme est une partie de tout ce qui est. Et cette âme a vraiment essayé de nous guider. Puis les erreurs et les mensonges qui ont été introduits dans nos religions nous ont amenés à croire qu'en réalité nous étions seulement physiques. Nous ne le sommes pas ! Nous sommes "Esprits". Et l’Esprit est éternel !

    Les Andromédiens tentent d’élever les consciences. Ils sont revenus pour moi en 1964 parce que c’est à ce moment-là que j’étais prêt à les entendre. Je ne suis pas le seul. Il y a bien d'autres personnes qui sont des supports susceptibles d’obtenir et de transmettre des informations sur un plan spirituel. Les Arcturiens sont également impliqués. Car toute la galaxie doit évoluer, et ce qui va la retenir en arrière,c’est notre système solaire, et ce qui freine notre système solaire, c'est la conscience de l'humanité sur la Terre. La Terre elle-même est comme une entité, une entité spirituelle, elle devra passer en quatrième et cinquième densité, mais elle ne peut pas encore en raison de la conscience de l'humanité. L'humanité doit grandir ou bien l'humanité doit se retirer de la course. Il n’y a pas d’autre alternative !

    Il faudrait que les humains s’engagent réellement dans la voie de l'amour inconditionnel, refusent tout simplement la haine, la guerre, cessent de se massacrer les uns les autres, et de détruire notre planète. Les Draconiens et les Zeta-Reticuli seraient alors obligés de partir car la vibration de la Terre cesserait d’être adaptée à leur présence. Si nous n'y arrivons pas, il nous faudra une intervention extérieure. C'est maintenant que nous devons réagir, il y a en ce moment une fenêtre temporelle que nous pouvons utiliser pour nous libérer nous-mêmes de nos anciens systèmes de croyance ; nous devons saisir cette opportunité, accepter d’évoluer et prendre nos responsabilités.

    L'amour, c'est le résultat final ! C'est la fraternité. Quelle que soit la couleur de notre peau, nous formons une race unique. Nous sommes manipulés d'une manière incroyablement audacieuse, mais personne ne viendra nous dire la vérité, personne ne va venir nous dire que rien de tout ce qui se passe actuellement n'est une fatalité ! La vérité se trouve en nous. La véritable force se trouve en nous, dans notre liberté de dire enfin NON à ceux qui nous manipulent.

    Actuellement, nous sommes encore entièrement contrôlés par l'argent des banquiers et du Fonds Monétaire International. Les Moines Noirs ont poussé nos gouvernements à contracter des dettes fabuleuses envers le monde entier. Leur but ultime est d'obtenir un prétexte pour les pousser à déclarer l'état d'urgence, suspendre la Constitution des États-Unis et des autres pays et tout nationaliser, ce qui leur permettra de s’approprier l’ensemble des richesses de la planète.

    Car qui seront les bénéficiaires ? C'est un groupe d'êtres humains. Les Aliens n'ont pas besoin d'argent. Le jour ou les États-Unis diront : « Nous ne pouvons plus rembourser notre dette », alors vous pourrez dire définitivement adieu à ce qui vous reste d’autonomie. Kennedy était probablement le dernier président digne de ce nom en exercice ; tout ce grand désordre est arrivé à cause de la cupidité d’anciens dirigeants qui ont accepté de tout vendre et même de vendre l’humanité ! Et nous, nous les avons laissés faire et nous continuons à les laisser faire.

    Vous savez, il suffirait que nous soyons un nombre suffisant à dire NON. Il suffirait par exemple de nous opposer à l’utilisation du plutonium pour que d’autres formes d’énergie nous deviennent immédiatement accessibles. Et nous pouvons aussi dire NON aux solutions économiques qui nous sont proposées. C’est une réalité : avant qu’une solution apparaisse, il faut qu’une illusion disparaisse. C’est seulement après avoir compris que la Terre ne pouvait pas être plate que Galilée a découvert qu’elle était ronde.

    Nous ne devons plus accepter de nous autodétruire pour satisfaire les ambitions et le plaisir de quelques prédateurs et leur servir de nourriture. Il faut exercer notre libre-arbitre et leur dire : « Vous n'avez pas le droit de manipuler nos gouvernements, de créer des guerres. Nous ne voulons plus vivre comme cela. Nous voulons créer un réel avenir dans lequel nos enfants auront la possibilité d'être ce qu'ils choisissent d’être, de vivre libres dans un environnement sain où ils pourront avoir de l'eau pure, où ils pourront sortir et manger des fruits, où ils pourront jouer dehors sans risquer une irradiation toxique. »

    Oui, nous avons besoin d'être libres. Nous avons besoin que nos chaînes soient brisées pour vraiment évoluer. Nous avons un incroyable potentiel. Nos émotions, c'est vraiment notre force et ce qui nous différencie de toutes les autres races ; même des autres races humaines. Nous sommes réellement en mesure de créer notre propre avenir si nous nous en donnons les moyens. »

     

    Extraits de conférences et d’interviews d’Alex Collier
    réunis par Olivier de Rouvroy

     

    Source : http://www.erenouvelle.fr

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    LA CONTACTEE MIRIAM DELICADO

     

     

     

     

     

    Voici quelques éléments d’information sur le cas d’une Canadienne qui a eu des contacts extraterrestres :

    Miriam Delicado est une femme de Colombie britannique (Canada) qui a eu une rencontre, en 1988, avec un OVNI. Depuis, dit-elle, elle a eu de nombreux contacts et communications avec des extraterrestres.

    En octobre 1988 elle se rendait, en voiture, du nord de la Colombie britannique vers Lower Mainland, avec quatre autres personnes. Les voyageurs se dirigeaient vers le sud, le long de l'autoroute 97, et venaient de dépasser la ville de Prince George lorsque Miriam vit deux grandes lumières brillantes les rattraper et les suivre, à trois mètres de leur voiture.

    Il faisait nuit, et les témoins pensèrent qu'il s'agissait d'un camion. Les lumières suivaient ceux-ci lorsqu’ils étaient seuls, et elles disparaissaient lorsqu'une voiture ou une maison était en vue.

    « Après que les lumières nous aient suivies pendant plusieurs heures, nous arrivâmes dans la ville de Mile House, et je pensais que nous pourrions les semer. »

    Dès que les témoins eurent quitté la ville les lumières réapparurent derrière eux. Miriam Delicado demanda à la conductrice de stopper sur le bord de la route… Les personnes assises à l'arrière se trouvèrent « en suspension animée ».

    « Les deux sphères se trouvaient à trente centimètres de nous, et la voiture était plongée dans une brillante lumière. Je vis un vaisseau spatial lumineux sur la route devant nous. Il était difficile d'en distinguer les détails, mais il semblait que de la vapeur en sortait. »

    Des êtres de petite taille, environ 1 mètre 20, avec de grands yeux noirs et ronds, de grosses têtes enfantines, s'approchèrent de Miriam.

    « Ils avaient une petite bouche et un nez minuscule, et ils portaient un costume d'une seule pièce. J'entendis dans ma tête des instructions me demandant de sortir de la voiture. J'étais apeurée mais pas terrifiée, plutôt dans un état de confusion, mais ils ne cessaient de me dire de ne pas avoir peur, qu'ils ne me feraient aucun mal. »

    Les êtres lui prirent la main et marchèrent avec elle sur une courte distance le long de l'autoroute avant de grimper sur un talus. Lorsqu'elle leva les yeux elle vit un vaisseau spatial plus grand avec une porte ouverte.

    « Il y avait deux êtres de grande taille, 2,10 m, dans l'ouverture de la porte. Ils avaient des cheveux d'un blanc très pur et de grands yeux bleus. Ils portaient de longues robes. »

    Miriam Delicado monta dans le vaisseau spatial qui avait un intérieur métallique, où tout semblait aseptisé. Elle précise qu’au centre se trouvait une zone de travail circulaire avec des instruments, et qu’au-dessus planait une boule de lumière blanche qui lui semblait être de l'énergie. Cela donnait l'impression d'être un centre de contrôle, des informations s'écoulant « de la boule de lumière vers les êtres ».

    Miriam Delicado communiqua de manière télépathique avec ces êtres.

    « Ils me firent asseoir sur une sorte de fauteuil de lumière, et en face de moi apparut un écran qui montrait des images d'avenirs possibles pour la Terre. Je vis les résultats d'un tremblement de terre. Ils me donnèrent la capacité physique d'expérimenter le traumatisme. »

    Miriam Delicado passa environ trois heures dans le vaisseau spatial, regardant ce qui semblait être un film. Lorsqu'elle revint dans la voiture tout le monde se réveilla. Elle parla des lumières à ses collègues, mais personne n'avait vu ni expérimenté la même chose qu'elle. Le lendemain elle commença à se remémorer les évènements de la veille. Elle vit des images récurrentes de guerre, des météorites heurtant la Terre et d'autres catastrophes. Ces images, qui commençaient à filtrer clairement dans son esprit, concernaient toutes les possibilités d'un avenir vers lequel « nous nous dirigeons si nous ne changeons pas la direction prise par l'humanité ».

    L'expérience l'a convaincue de l'importance de respecter la Terre et lui a montré que les humains ne sont pas seuls dans l'Univers. « Nous avons une responsabilité à l'égard de nous-mêmes et de toute vie », affirme-t-elle.

    Miriam Delicado croit que les extraterrestres veillent sur la Terre.

    « Ils ne sont pas autorisés à intervenir dans ce que nous faisons ici sur Terre, mais ils donnent à des gens comme moi des informations et nous avons le libre arbitre de faire ce que nous voulons de ces informations. »

    Miriam Delicado a gardé secrètes ses expériences pendant quinze ans, mais pendant ce temps-là elle affirme avoir eu de nombreuses communications télépathiques avec les êtres. Elle affirme qu'on lui indiqua, de manière télépathique, quand commencer à partager publiquement ses expériences et ses connaissances. Elle s'exprime lors de conventions ou d'autres rencontres.

    Miriam Delicado explique que le message des extraterrestres est un message d'espoir et d'encouragement.

    « Ces êtres sont là depuis le commencement des temps et je crois comprendre qu'ils veillent aussi sur d'autres planètes. Ils sont également dans le monde des rêves et certains marchent parmi nous. Je les ai vus en public et ils ne nous ressemblent pas. Mais les autres ne voient pas ce que je vois. »

    Miriam Delicado a écrit un livre sur ses expériences : « Blue Star : Fulfilling Prophecy ».

     

    Source : bclocalnews.com

     

    -------------------------------------------

     

     

    Miriam Delicado a été contactée à un jeune âge par des extraterrestres blonds, grands et bienveillants, et elle a apparemment été choisie spécifiquement pour jouer un rôle très spécial. Ils lui ont conseillé d'adopter une attitude discrète pendant de nombreuses années et finalement l'année dernière, en 2007, ils lui ont dit qu'il était temps pour elle d'écrire son livre : L'étoile bleue extra-terrestre (Alien Blue Star).

    Miriam est consciente qu'il existe d'autres personnes comme elle. Son message est destiné à tout un chacun et possède une signification toute particulière pour ce que George Green a nommé le Ground Crew* (l'équipe de base) : que nous nous trouvons presque dans ce que les Hopi - avec qui Miriam a établi une affinité et une allégeance particulières - ont appelé les Temps de la Fin; que notre planète et notre civilisation sont en grand danger; et que (au moment d'écrire ces mots) les lignes de temps ne semblent pas avoir changé ... bien qu'il soit toujours en notre pouvoir de créer tout avenir que nous souhaitons collectivement.

    Nous nous sentons pareillement motivés et c'est pour nous un grand privilège de la soutenir dans son objectif en présentant cette vidéo. Ceci pourrait être l'un des entretiens les plus profonds et les plus importants que nous ayons fait.



    * Un terme de George, et non de Miriam. George et Miriam ne se sont jamais rencontrés. Mais pour nous, il est clair qu'ils s'adressent tous les deux au même groupe de personnes, avec le même degré d'urgence et avec pratiquement le même message.

    Cliquez ici pour le site de Miriam Delicado

     

     

    Source : http://projectavalon.net/lang/fr/miriam_delicado_fr.html

     

    ------------------------------------------

     
     

    Miriam Delicado :

    Transcription de l'interview

    Miriam Blue Star

    Sedona, Arizona, septembre 2008

    Cliquez ici pour la version PDF de cette interview (14 pages).
    Cette page est une traduction d'une publication originale de Project Camelot

     

     

    Début de l'interview

     

    Kerry Cassidy (KC) : Bonjour, je m’appelle Kerry Cassidy, de Project Camelot, et nous sommes ici avec Miriam Delicado. Son site Internet s'appelle Alienbluestar.com, et elle a une histoire très intéressante à nous raconter. C’est une Contactée et elle a des liens spéciaux avec les peuples Hopi et Maya, comme nous allons le voir ultérieurement

    Bonjour Miriam, comment allez-vous ?

    Miriam Delicado (MD) : Très bien, merci. Merci infiniment de m’accueillir, Kerry.

    KC : Vraiment. C’est vraiment un plaisir. J’ai lu votre livre. C’est un livre merveilleux. Et pourquoi ne commencez-vous pas par le commencement, par ce qui vous est le plus facile, et ne racontez-vous pas votre histoire aux gens ? Partons de là.

    MD : O.K. Tout d’abord, c’est une histoire riche, très riche, et il m’est difficile de transmettre aux gens l’histoire de ma vie. Ce que j’ai essayé un petit peu de faire dans mon livre, Blue Star – L’Etoile Bleue c’est de donner au public une idée des nombreuses choses qui me sont arrivées.

    Mes vingt dernières années ont été très intéressantes et j’y ai eu de nombreux contacts avec des extraterrestres venus d’ailleurs. Et on m’a souvent demandé d’où venaient ces êtres. C’est une question très importante et nous en parlerons donc un petit peu.

    Mais donnons aux internautes une vue d’ensemble : vous savez, ma vie a commencé dès le début de façon très bizarre, et mon enfance n’a pas été ordinaire. J’ai commencé pour la première fois à me rendre compte que j’étais différente autour de l’âge de deux ans. Et j’ai en fait des souvenirs qui remontent à l’époque où j’étais bébé, et aussi… La plupart de mes souvenirs me sont revenus quand j’ai eu à peu près deux ans.

    Donc quand j’ai eu probablement autour de 9 ans mes capacités psychiques ont commencé à se manifester et beaucoup de choses étranges à m’arriver. Je faisais des rêves très saisissants et des tas de choses du même genre que je ne pouvais vraiment pas expliquer.

    Quand j’étais gamine, je jouais à un petit jeu qui consistait à observer les gens des voitures… qu’on doublait. Et j’essayais de réfléchir à ce qu’ils disaient ou pensaient dans leur tête. Et quand je le faisais, j’étais fascinée par certaines des choses auxquelles je les entendais réfléchir. Mais en même temps j’avais toujours la frousse, vous savez, qu’ils puissent découvrir que je fouillais dans leur esprit, et je ne voulais surtout pas me faire prendre en train de faire ça.

    Donc, ça c’est pour moi un souvenir vraiment très précis, depuis ma plus tendre enfance. Ce n’est plus quelque chose que je fais maintenant. Ce n’est pas quelque chose que je fais consciemment, jamais, à aucun moment, parce que bien sûr, il me faudrait demander à quelqu’un la permission de le faire. Donc dès le tout début, j’étais un peu différente.

    Et puis ma vie a continué, et mes capacités ont progressé et progressé. Et, adolescente, je faisais toutes sortes de choses. J’avais des rêves prémonitoires. Et puis, vous savez, pour utiliser des mots compris de tout le monde, j’ai eu un certain nombre de visions qui se sont de fait réalisées dans un délai très court. J’ai aussi rencontré des espèces d’êtres dont je ne savais pas trop d’où ils étaient ou ce qu'ils… d’où ils venaient.

    Et grandir était pour moi perturbant parce que, bien que je sache que mon père possédait aussi certains dons, je ne me sentais pas suffisamment proche de lui pour me permettre de lui en parler. Et cette simple raison a rendu mes premières années difficiles.

    Mon père était un personnage intéressant de ma vie parce qu’il semblait posséder aussi certains dons. Et quand nous étions gosses nous étions, vous savez, toujours un petit peu mal à l’aise près de lui, parce que nous pensions qu’il savait toujours ce que nous faisions.

    Donc, et là je fais un bond en avant dans ma vie, nous sommes en 1988, c’est-à-dire il y a 20 ans, j’ai trouvé intéressant cette rencontre avec des extraterrestres sur une autoroute du nord de la Colombie Britannique. Et c’est une rencontre physique qui a eu lieu, et elle a changé toute ma vie.

    Mais quand c’est arrivé, j’ai su presque immédiatement que mon père avait eu des contacts, simplement parce que… certaines des choses dont mon père avait l’habitude de nous parler étant gosses correspondaient à ce que disaient ces êtres – comment le monde allait finalement changer, et comment il nous fallait apprendre à survivre, et ce qu’il fallait qu’on fasse. Des choses de ce genre. Donc j’ai toujours su qu’il avait été contacté.

    KC : Est-ce qu’il ne travaillait pas également pour les… vous savez, une agence, les services… vous savez bien, à un poste quelconque dans les Renseignements ?

    MD : Pas à ma connaissance.

    KC : Parce que vous dites qu’on l’a approché. Et il vous a aussi dit de vous méfier si on prenait contact avec vous un jour. N’est-ce pas exact ?

    MD : Si.

    KC : Et comment pouvez-vous le savoir à moins, vous savez, qu’on ne vous ait abordée ?

    MD : C’est une histoire très intéressante que mon père me racontait dans mon enfance. C’était une histoire passionnante qui m’a toujours mise vraiment mal à l’aise, vous savez, et je ne savais pas du tout de quoi il parlait. Donc il faut que j’aille plus loin dans le temps, après 1988.

    C’était deux ou trois ans plus tard et je travaillais dans une petite crèmerie. Et c’est vraiment une pièce fascinante de ce puzzle qu’est ma vie, et même aujourd’hui encore je m’en méfie personnellement encore un peu.

    Donc ça se passait une paire d'années après 1988 et je travaillais dans cette crèmerie. Et ma journée était normale ou du moins j’essayais de la rendre normale. C’est alors que cet homme est passé devant la vitrine et m’a regardée sans ciller, son regard fixé dans le mien.

    Et en le faisant, il a franchi la porte, est arrivé jusqu’à moi, m’a regardé droit dans les yeux, et m’a demandé : "Est-ce que vous travaillez pour la CIA ou le FBI ?"

    Et j’ai répondu : "Non ! "Et tout ceci s’est immédiatement bousculé dans mon esprit. J’ai pensé "Ahhhh… Ça y est !" Et il a insisté :"Avez-vous jamais travaillé pour la CIA ou le FBI ?"

    Et bien sûr, j’ai 22 ans. Je ne veux pas être mêlé à tout ceci. Je pense : "Pourquoi faut-il que ça m’arrive ?" J’ai répondu : "Non, jamais."

    Ensuite il s'est mis à me dire : "Avez-vous jamais songé à travailler pour les Russes ?"

    Et bien sûr j’ai répondu :"Sûrement pas!"

    Et il a continué en me racontant comment les Russes travaillaient depuis très longtemps avec des gens comme moi. Et que, si je me joignais à eux, je ne serais plus jamais seule, que je serais entourée de gens comme moi. Et j’ai répondu que ça ne m’intéressait pas.

    Et en fait il parlait du Programme Métapsychique. Et il m’a dit que le Programme Métapsychique existait depuis très longtemps, et que bien sûr j’étais au courant de tout. Et moi, très gentiment, très poliment, avec un beau sourire, j’ai regardé cet homme et je lui ai dit que cela ne m’intéressait pas.

    Et il a insisté, en disant : "Est-ce que vous vous rendez compte de la force de votre personnalité ?"

    Et je lui ai souri et j’ai répliqué : "Oui, je me rends très bien compte de la force de ma personnalité."

    Et il a poursuivi : "Mais savez-vous maîtriser vos capacités ?"

    Et j’ai répondu :"En fait, oui."

    Et ensuite il m’a dit que malgré ça ils aimeraient beaucoup travailler avec moi ; et moi je leur disais que c’était exclu. Je lui ai répondu : "Ce que j’aimerais que vous fassiez, c’est que vous retourniez voir les gens qui vous ont envoyé ici, que vous les remerciiez beaucoup de leur intérêt et leur disiez qu’ils n’ont vraiment aucune raison de revenir, parce que je ne serai jamais intéressée."

    Ce qui rend la chose fascinante c’est que, lorsque j’étais enfant, mon père m’avait souvent raconté une histoire où un jour il était dans la rue à Paris pendant la guerre –parce que, bien sûr, il est d’origine européenne – et comment un homme l’avait abordé. Et ce que mon père m’a dit, c’est qu’on lui avait demandé de faire partie de cette Armée Métapsychique, de l’Armée Métapsychique russe.

    Et il m’a toujours dit : "S’ils te contactent, ne pars pas avec eux. Tu comprends ? Ne pars surtout pas avec eux, parce que si tu le fais, tu seras à eux. Tu ne pourras pas courir te cacher parce qu’ils te retrouveront grâce à leurs facultés psychiques."

    Et bien sûr cela m’a toujours beaucoup effrayée. Et je ne voyais pas l’intérêt de grandir. Mais à cet instant précis, dès que l’homme est entré dans le magasin et m’a dit : "Est-ce que vous travaillez pour la CIA ou pour le FBI ?" Je savais exactement qui il était, ce qu’il allait me demander là, et je n’avais aucunement l’intention de paraître intéressée. Et je n’ai absolument pas envie de travailler pourqui que ce soit de cette façon-là.

    KC : O.K. Ah oui. Je me rappelle avoir lu cette histoire dans votre livre et je la trouve très révélatrice. Je pense que votre père avait… quoi ? Peut-être du sang amérindien quelque part ? Il doit certainement avoir, je ne sais pas, quelque chose d’européen… A quoi ressemble, diriez-vous, votre patrimoine au niveau génétique ?

    MD : Ma mère est allemande, et pour autant que je sache, elle est allemande de pure souche. Mon père est yougoslave. Et, pour autant que je le sache… L’histoire de sa famille remonte loin, très, très loin, je crois qu’il y a des origines très intéressantes de ce côté-là. Mais je ne serais pas honnête envers lui ou envers quiconque si j’affirmais quoi que ce soit, parce que je n’en suis pas sûre.

    Mais en ce qui concerne le sang amérindien, non, je ne crois pas. Mais pour ses liens du sang, si quelqu’un veut chercher, cela pourrait remonter très loin, je veux dire, vous savez, même des milliers d’années. Je pense que ce serait passionnant de voir où ça mène.

    K. :O.K. Venons-en à votre incident de 1988 et parlez-nous-en un peu plus, faites-en le tour, si vous voulez bien.

    M. : En 1988 je vivais la vie normale et classique d’une jeune adulte. Je venais de quitter une petite ville pour habiter la grande ville de Vancouver, en Colombie Britannique. Mes amis et moi avions décidé d’aller en voiture jusqu’à ma ville d’origine. Et à l’aller tout a été normal. Nous avons pris le volant et tout allait bien. Mais au retour, les choses ont été tout à fait, tout à fait, différentes.

    Nous étions quatre, quatre adultes, plus une jeune enfant dans la voiture. Et le voyage… nous roulions depuis des heures. Je dormais sur la banquette arrière de la voiture. Et la nuit a commencé à tomber. Les conducteurs voulaient une pause, ils sont donc allés occuper la banquette et je suis passée à l’avant avec mon amie, moi sur le siège passager. Et tout de suite après ces grosses boules de lumière… elles ressemblaient en fait à des phares de camion ; c’est ce que nous avons pensé pendant très longtemps… elles nous suivaient et se sont rapprochées très rapidement de nous, en éclairant l'intérieur de la voiture. Et nous nous demandions pourquoi elles se déplaçaient aussi vite.

    En fait ces lumières particulières nous ont suivis dans l’obscurité pendant des heures et des heures. Et chaque fois que nous nous rapprochions d’une voiture ou de n’importe quelle maison, elles ralentissaient et disparaissaient.

    Donc après des heures de ce petit jeu, nous avons finalement traversé une ville où nous pensions nous être enfin débarrassés des lumières. Et dès que nous sommes arrivés à la sortie de la ville, dans une zone de forêt, au moment même où nous disions : "O.K, nous sommes sauvés. Elles ne peuvent plus nous rattraper…" littéralement une fraction de seconde plus tard, les voilà à nouveau, ces boules de lumières qui devaient faire à peu près cette taille [Miriam écarte les mains d’environ 30 cm].

    Et elles se sont placées derrière nous. Et puis –pouf !—juste à ce moment-là, et ça après des heures où elles avaient apparu et disparu, apparu et disparu, en un clin d’œil. Donc mon amie est devenue très, très nerveuse, et moi aussi. Ces événements nous rendaient toutes les deux très mal à l’aise, et les passagers de la banquette dormaient toujours.

    Tout d’un coup je lui ai hurlé : "Gare-toi vite sur le côté ! Ça n'est pas vous qu’ils veulent. C’est moi !" Et j’ai saisi le volant pour la faire se garer quand, tout à coup elle s’est plus ou moins effondrée mollement, vous savez, comme une poupée de chiffon, la tête en arrière et elle a ralenti et s’est arrêtée au bord de la route.

    Et entre-temps la voiture était baignée de lumière venant de partout. Et les fameuses boules de lumières attendaient derrière la voiture. Donc, à cet instant précis –j’étais la seule à être consciente à ce moment-là – quand j’ai regardé à nouveau vers l'avant de la voiture, j’ai vu un vaisseau spatial sur la route.

    Bon, je ne pouvais pas voir grand-chose parce qu’il semblait presque perdu dans la brume et qu’il était très, très brillant. Et des êtres d’à peu près 1,20 m de haut marchaient… marchaient dans ma direction. Ils étaient très androgynes d'aspect, ils ressemblaient presque à des enfants. Et ils avaient de grands yeux noirs,ronds. Ils n’avaient pas du tout les yeux ovales. Ils avaient des yeux noirs et ronds.

    Et ils voulaient que je sorte de la voiture, ce que j’ai fait. Et j’étais très affolée. Je n’étais pas terrifiée pourtant, et il faut faire ici la différence. Je n’étais pas terrifiée. J’étais affolée.

    Donc, j’ai quitté la voiture. Ils m’ont fait suivre un peu la route, et à ce moment précis je ne pensais même pas à mes amis. Je me demandais simplement où ils m’emmenaient.

    Sur le talus, à gauche… Ils m’ont fait grimper le talus où, en levant les yeux, j’ai vu un vaisseau plus grand et deux êtres debout dans l’embrasure de l’ouverture d’accès. Ils étaient blonds – je veux dire blonds au point d’en avoir les cheveux blancs – et avaient des yeux du bleu le plus vif -- le bleu de la mer Méditerranée -- qu’on ait jamais vu, à peine croyable. Et les êtres, les petits êtres, m’ont amenée au vaisseau, et quand je suis arrivée à l’embrasure, je suis montée à bord du vaisseau.

    Mais ce qui était intéressant c’est que, juste avant que tout ceci se produise, j’avais fait un rêve lorsque j’étais assise à l’arrière de la voiture. Et dans ce rêve un homme et une femme m’avaient dit : "Nous allons bientôt venir te chercher. N’aie pas peur. Nous sommes tes amis. Nous sommes ta famille. N’aie pas peur."

    Et ensuite, quand j’ai vu ces deux grands êtres, au moment même où j’ai posé les yeux sur eux, j’ai dit dans ma tête : "Que faites-vous ici ? Pourquoi ne pouvez-vous donc pas simplement me fiche la paix ?" Puis je suis montée dans le vaisseau.

    KC : Et est-ce que vous vous êtes rappelée ce qui s’est produit alors dans le vaisseau ?

    MD : Dès le moment où j’ai quitté le vaisseau, j’ai eu des souvenirs très précis. Et j’ai ces souvenirs précis depuis vingt ans.

    KC : Des souvenirs précis de ce qui est arrivéà l’intérieur du vaisseau ? Où simplement des souvenirs précis jusqu’à ce moment-là ?

    MD : Les deux. Une fois à bord du vaisseau, je me souviens d’une grande partie des choses qui me sont arrivées. Mais je ne me souviens pas de tout ce qui s’est passé pendant ces trois heures. Non. Et je ne sais pas si je m’en souviendrai un jour ou pas, parce que jusqu’à maintenant… Je veux dire, je ne me suis pas fait hypnotiser pour récupérer mes souvenirs. Donc il est très important pour moi de signaler à tous ceux qui nous regardent que ces souvenirs viennent de souvenirs conscients.

    Donc, en d’autres termes, je suis entrée dans le vaisseau, j’y ai fait cette rencontre. Il m’a fallu un certain temps, mais j’ai fini par comprendre qu’il s’était écoulé trois heures en tout. Je l’ai déduit par des calculs. Donc il y a eu trois heures de temps manquant. Et je me rappelle une grande partie des informations qu’ils m’ont données à l’époque.

    Il y a eu, ah… Il y a eu des choses qui me sont restées si nettement qu’en ce moment même, devant vous, je vois encore les images en esprit chaque fois que j’entends parler de… vous savez…

    KC : Pouvez-vous nous donner une idée de ce qu’on a voulu vous communiquer à l’époque ? Et est-ce que cela a un rapport avec votre présence ici maintenant, à Sedonia et Hopiland, dans la région des Four Corners ? [Mot à mot, "Les Quatre Coins" : le nom donné au lieu où se coupent à angles droits les frontières de quatre Etats : Arizona, Utah, Colorado et Nouveau-Mexique. (NdT)]

    MD : Le rapport est évident. On m’a communiqué des messages il y a vingt ans. Et ces messages et ces informations étaient à mes yeux si limpides que deux jours après mon départ du vaisseau j’avais une idée très nette de toutes mes capacités psychiques, de leur origine, et comment je les avais acquises, et pourquoi.

    J’ai compris mon père comme jamais auparavant dans ma vie. Je savais qu’on l’avait contacté. J'avais la certitude qu’il y avait beaucoup d’autres gens comme moi dans le monde et qu’il existait un lien entre toutes ces éléments.

    Et deux jours plus tard j’ai commencé à prendre beaucoup de notes de tout ça. Je n’ai absolument pastout pris en notes, mais j’ai mis sur le papier certains points importants. Cependant, même avec leur aide, je n'ai pas compris à l'époque tout le contenu de ces informations, mais il était question des Four Corners comme d'une des "zones protégées", au cours de ce qu'ils appelaient les Temps de la Fin – si ces Temps de la Fin arrivent bien comme ils nous en ont avertis.

    Donc ils m'ont prévenue de futurs possibles au cours desquels la planète pourrait subir des destructions, et les gens vivre une période très difficile.

    Maintenant ces mises en garde ne concernaient que des éventualités, mais ils ont clairement insisté, de manière limpide même, sur le fait que l'humanité avait le choix entre suivre jusqu'au bout le chemin menant à sa destruction, ou un autre, positif.

    Donc, on m'a raconté beaucoup de ces choses il y a vingt ans. Mais, si on approfondit un petit peu, ils m'en ont aussi dit beaucoup sur la région des Four Corners en particulier.

    Donc, bien sûr à l'époque, alors que j'essayais de digérer toutes ces informations, je n'ai pas vraiment compris ce qu'ils disaient, que cette zone particulière était une "zone protégée", et qu'il y aurait à ce moment-là des gens qui s'y rassembleraient.

    La zone des Four Corners est vraiment importante aux yeux de ces êtres et c'est parce qu'elle est un des points centraux de la Terre, un endroit où beaucoup de gens se rassembleront. Et ça ne veut pas forcément dire que tout le monde doit faire ses bagages, et partir pour la région des Four Corners parce que c'est une "zone protégée".

    Ce que ça veut dire, c'est que, même si quelqu'un voyage dans la zone, il aura la capacité de recevoir, directement en lui-même, des informations qui l'assisteront et l'aideront à savoir où il doit se trouver sur cette planète.

    Si un grand cataclysme a réellement lieu, certains lieux sur Terre seront situés dans des zones protégées. Mais ça ne signifie pas que vous serez capable d'y aller ou qu'on s'y occupera de vous. Ça veut simplement dire qu'il y aura moins de destructions, mais ce sera encore le chaos. Il faut que ceci soit clair pour tout le monde, et aussi qu'il y a des endroits sûrs et des zones protégées sur toute la Terre.

    Les peuples autochtones sur toute la surface du globe savent ceci depuis des millénaires, ce sont eux qui sont au courant de tout ce qui concerne ces zones spéciales. Et si nous jetons un coup d'œil à leurs mythes, nous serons capables de trouver ces renseignements.

    Et, en même temps, ils conservent toutes ces informations depuis des milliers d'années, si bien que, au cas où nous aurions besoin d'en savoir plus, tout le monde serait mis au courant. Donc, c'est vraiment important. Les Hopi, comme d'autres sur la planète, ont leur rôle à jouer dans tout ceci.

    Bon, il faut que ce que je vais dire soit bien compris, parce que j'ai effectivement des amis parmi les Hopi. Et j'ai parlé à des gens là-bas, mais je ne suis absolument pas leur porte-parole, et je ne parle pas non plus du tout en leur nom.

    Donc ce que je vais faire, c'est partager mon expérience avec vous. Je ne vais pas vous parler des Hopi. Je vais simplement partager avec vous mes expériences liées à eux.

    KC : Peut-être pourriez-vous nous indiquer d'où vient ce lien, par exemple. Ces êtres de 1988, ils vous avaient en quelque sorte demandé de le créer. Je suppose que c'est aussi à ce moment-là qu'on vous a demandé de vous rapprocher à un certain moment des Hopi. Il y a eu aussi ce… je ne sais pas si c'était une pierre ou un collier, ou quelque chose que vous possédiez, que vous avez enterré derrière votre maison ? Est-ce que vous voulez bien nous raconter cette histoire, avant que nous passions plus ou moins à la vue d'ensemble ?

    MD : Oui. La relation qui existe entre ces êtres et les Hopi, par exemple. … Une fois de plus, ça vient seulement de mes expériences personnelles et c'est fascinant. Même pour moi.

    Lorsque j'étais à bord du vaisseau, j'étais assise sur ce que j'appellerai une "chaise de lumière", et c'était… on pouvait la regarder tout comme celle-ci [Miriam montre la chaise sur laquelle elle est assise]. Simplement, au lieu d'être une chaise, elle était faite de lumière pure, donc elle rougeoyait presque. Je me suis assise sur cette chaise, j'ai regardé l'autre bout de la pièce, et j'avais un être de chaque côté de moi. Et un écran est apparu brusquement. Un très grand écran, en fait. Il faisait à peu près ceci…aussi grand que la chaise et… 60 à 90 cm de haut. Et des informations sont apparues sur l'écran pendant que je le regardais. Et des images.

    Ces images étaient accompagnées d'informations que me donnaient ces êtres, soit par télépathie ou – je veux dire qu'ils me parlaient directement – ou alors j'avais l'impression qu'on faisait entrer dans mon esprit un flux constant d'informations.

    Entre autres choses ils m'ont parlé de la création de l'Homme. Et ça a un grand rapport avec les Hopis et tous les peuples indigènes, mais aussi avec nous.

    Donc, pour abréger, ils ont expliqué qu'ils avaient contribué à créer l'humanité, mais qu'ils n'étaient pas Dieu, pas du tout. Qu'ils aidaient la Terre pour s'assurer que… qu'ils étaient des surveillants, si bien qu'ils étaient ici pour suivre de près la Terre, pour aider l'humanité à progresser.

    Donc, au début la vie a été créée, mais rien n'en est sorti. Donc ils ont… On peut dire qu'ils ont jeté des graines de vie sur toute la terre, seulement pour voir ce qui allait arriver. Et l'idée c'était qu'un vaisseau allait être fabriqué pour que les étincelles de vie – nous – puissent ensuite venir expérimenter la vie sur ce monde. Mais rien n'en est jamais sorti.

    Dans le Deuxième Monde, ils ont donné à cette vie une forme plus élaborée, mais ils pensaient toujours qu'elle évoluerait en quelque chose de plus complexe. Et à nouveau, rien de vraiment valable n'en est sorti.

    Dans le troisième Monde qu'ils ont créé… Il s'agit toujours de ce qu'on m'a dit et montré. Et dans le Troisième Monde, ils ont dit que la forme – c'est-à-dire notre corps – a été créée, et qu'ensuite l'âme a été placée dans ce corps. Et quand ils l'ont fait, nous avions toute cette connaissance ; nous avons été capables de communiquer les uns avec les autres. On possédait la télépathie. On avait une capacité de compréhension bien supérieure à celle qu'on a maintenant.

    Mais c'était comme donner des allumettes à des enfants sans leur permettre d'évoluer, particulièrement d'un point de vue émotif, ni d'être capable de gérer toute cette connaissance. Donc ils sont devenus plus ou moins fous. Ils ont trop joué avec tout. Ils devenaient destructeurs. Et ils ont agi de manière tout à fait sinistre et malfaisante.

    Donc le monde a été de nouveau plus ou moins nettoyé à fond, essuyé, et encore une fois, de nouveaux véhicules ont été créés – je veux parler des corps que nous avons maintenant. Donc l'"humanité" a lentement évolué au fil du temps.

    Entre temps, il s'est produit que… Dans ce troisième Monde, on m'a montré une image de ces gens-là. J'avais l'impression de les voir d'en haut. Et je regardais en bas dans la pièce et je les ai vus. Et on m'a dit que ces gens-là vivaient la vie qu'on avait prévue pour eux, une vie spirituelle.

    Et donc, parce qu'ils possédaient cette grande connaissance, et parce qu'ils comprenaient réellement pourquoi ils étaient là et que leur corps donnait entière satisfaction, on les a épargnés et transférés du Troisième Monde dans le nôtre, le Quatrième Monde.

    Or, parmi les choses qui me sont arrivées dans cette vision, on m'a dit qu'un jour je trouverai ces gens-là et que je saurai quoi faire.

    Donc quand je suis allée dans la région des Four Corners pour la toute première fois en 2003, je savais que je devais contacter les Hopi, mais je ne savais pas pourquoi. Tout ce que je savais, c'était qu'il y avait une raison à ça, que c'était une raison très sérieuse et que c'était très, très important.

    Donc quand j'ai contacté les Hopi, j'ai eu ce que j'appellerai un "flash psychique", où j'ai vu certains de ces Hopi et où ils se sont modifiés là devant mes yeux. Et c'est pendant ce flash que j'ai eu toutes les visions qui m'ont été données à bord du vaisseau, j'ai ainsi vu tout ce qu'ils voulaient que je fasse, et aussi ce qui se produisait sur Terre, d'où nous venions, et où nous allions.

    C'était tout simplement hallucinant. Il y avait tant de choses ! Mais, très important, j'ai compris que c'était bien les Hopi qu'ils voulaient que j'aille trouver. J'ai compris que les Hopi étaient ces individus qui avaient été transférés – "individus" voulant dire ici le peuple – qui avaient été transférés du Troisième monde dans le Quatrième, et qu'à notre époque ils avaient une grande mission.

    Donc je n'étais pas surprise du tout de les rencontrer. Et leur rôle sur cette planète est très important pour notre avenir à tous.

    J'espère, et je l'espère de tout mon cœur, que nous tous – je veux dire les Hopi, les peuples autochtones du monde entier, et tous ceux qui comprennent la nécessité d'aider notre planète, se soucient ou ressentent le désir ou le besoin passionné de le faire – j'espère que nous nous réunirons sincèrement et que nous serons capables de quitter ce chemin de destruction que l'on m'a montrée.

    KC : Vous êtes venue chez les Hopi, pourtant, et vous y avez été amenée grâce à une intéressante série d'événements. Et puis aussi… et je ne sais pas trop, cela peut nous entraîner au-delà de 2003… mais cette rencontre que vous avez vécue… Et je ne connais pas son nom. C'est, je crois, un des anciens des Hopi. Et finalement vous avez séjourné chez lui.

    Est-ce que vous voulez bien nous raconter un peu cette histoire ? Parce que c'est… C'est vraiment passionnant, dans la mesure où vous êtes là, vous une totale inconnue, une blanche, dans cet environnement tribal, et de manière assez étrange ils semblent vous avoir acceptée et accueillie parmi eux.

    MD : En 2004 j'y suis retournée, de moi-même. Et au cours de ce voyage-là, j'ai su ce qui allait arriver, avant même de partir. Et j'étais très inquiète.

    Au cours du premier voyage, j'avais acheté une bague dans un petit magasin chez les Hopi. Et quand j'y suis retournée en 2004 j'ai parlé à la femme qui me l'avait vendue. Et j'essayais de lui raconter quelques-unes des choses qui m'étaient arrivées. Et la manière dont j'en ai parlé… Je n'arrêtais pas de lui dire que j'avais eu ces visions, ou que j'avais fait ces rêves-là, et comment j'en étais arrivée à obtenir toutes ces informations. Et ce que je lui racontais la sidérait.

    Et elle m'a répondu : "Je pense que vous devriez en parler à un de nos anciens."Donc elle a hésité pour savoir à qui elle allait m'envoyer. Puis elle m'a dit : "Allez sur cette mesa. C'est là où se trouve cette personne. Voici son nom."

    Et je me suis dit : "Ouah!.. Ça y est !" Je savais que ça allait arriver.

    Donc je vais sur cette mesa et trouve mon homme. Et au départ il n'était pas vraiment surpris de me trouver à sa porte. Et il a tourné autour du pot, en disant quelque chose comme : "Qu'est-ce que vous faites ici ? Je ne peux pas vous aider."

    Et j'ai répondu : "Non, je suis simplement ici pour partager ceci avec vous. C'est tout."

    J'ai donc raconté à nouveau cette histoire étonnante, comment j'ai eu ces visions et fait ces rêves à propos de certaines choses et comment j'avais trouvé qu'ils correspondaient tout à fait aux prophéties hopi. Et que non seulement ils correspondaient. Qu'en fait ils étaient presque – presque – identiques par leur nature. Et que leur récit de la création, une fois de plus, était exactement le même que celui qui m'avait été donné par les grands êtres blonds.

    Donc je lui ai tout raconté. Et finalement il m'a regardée et m'a dit : "Un moment. Est-ce que vous parlez de…?" Il s'est plus ou moins penché par-dessus la table et m'a demandé : "Est-ce que vous parlez d'aliens ?"

    Et j'ai pensé : "Ouf !..". C'était un tel soulagement ! J'ai ressenti un grand soulagement à cet instant-là parce que devais attendre qu'il en parle de lui-même. Et j'ai répondu : "Oui". Et il a insisté : "OK. OK, maintenant parlez m'en. Racontez moi donc cette histoire."

    Donc j'ai continué mon récit, et il m'a semblé qu'il comprenait et savait de quoi je parlais Et à un moment --je venais de lui parler plusieurs heures, vous savez, il m'a regardée et m'a demandé : "Pourquoi êtes-vous venue ?"

    "Je suis venue partager ceci avec vous."

    "Non. Pourquoi êtes-vous venue ? Je ne comprends pas." Et ça semblait le troubler.

    "Eh bien, je voulais simplement partager avec vous cette histoire."

    "Vous savez, des gens viennent me voir du monde entier." C'est son cas. C'est celui des Hopi. Des gens viennent les voir du monde entier.

    "Ils viennent avec des récits similaires, mais pas comme celui-ci." Il a continué :"Ils viennent tous ici et ils me posent des questions. Et vous ne m'en avez pas posé une seule. Pourquoi ?"

    "Quelle question est-ce que je pourrais vraiment vous poser ? J'ai déjà toutes les réponses."

    Ça l'a donc rendu encore plus nerveux. Et ça n'est pas parce que je crois avoir toutes les réponses. C'est parce qu'en ce qui me concerne personnellement, je n'ai pas besoin de ce que peut me raconte un Hopi. Je sais ce que je dois savoir et ça me suffit.

    Or, ce qui est arrivé après un certain temps avec lui est encore plus passionnant, parce qu'à un moment je suis partie. Il m'a demandé de m'en aller parce que quelqu'un arrivait chez lui. J'ai quitté sa maison. Et j'ai marché le long de la mesa, et j'ai commencé alors à me diriger vers le foyer de la femme qui m'avait vendu la bague. Elle m'avait dit où elle habitait. Sa fille était dehors. Donc j'ai commencé à bavarder et me suis assise près d'elle.

    Peu de temps après, elle s'est mise à parler hopi avec une de ses amies. Et je pense que c'est à cet instant-là que je me suis dit : "Ça y est. Il ne reste plus la moindre question". Parce qu'à ce moment précis elle a prononcé un mot en hopi que je me suis rappelé avoir entendu utiliser par ces grands aliens blonds lorsqu'ils m'ont parlé. Et j'ai demandé à la petite fille : "Qu'est-ce que ça veut dire ?" et elle m'a répondu : "Ça veut dire « Merci » ; c'est la façon de dire merci à une femme en hopi." Et j'ai dit: "Ouah ! C'est stupéfiant !"

    Donc nous nous sommes promenées toutes les deux un petit peu aux alentours, et je suis entrée chercher une boisson gazeuse dans ce petit magasin, quelque chose à boire. Et alors que j'étais dans le secteur, j'ai soudain entendu dans ma tête : "Que fais-tu ici ?" C'était très clair, comme si on était juste à côté de moi.

    Et quand j'ai regardé sur ma droite, en direction du grand comptoir, j'ai vu un de ces êtres debout au comptoir : cheveux blonds, yeux bleus. Ils mesurent, je ne sais pas moi, probablement autour d'1 m 95, solides comme s'ils avaient travaillé toute leur vie dehors – l'air vraiment, vraiment costaud.

    Et il m'a dévisagée et il a répété : "Que fais-tu ici ?"

    Et je lui ai répondu : "Eh bien, je rentre à la maison. Que faites-vous ici ?" Vous savez, sur le ton de "Pourquoi vous me posez cette question ?"

    Il n'y a pas eu conversation, mais je savais qui il était, parfaitement. Et j'avais envie d'aller vers lui et de lui dire : "Oh, que faites-vous donc ici ? Asseyons-nous et parlons un peu." Mais je me suis contentée de reprendre mon chemin avec cette petite fille, en pensant : "Non. Ça n'est pas le bon moment."

    En quittant l'endroit, j'ai demandé à la petite fille : "Tu as vu l'homme qui était là-bas ?"

    "Ouais."

    "Est-ce que tu l'as reconnu ?"

    "Non, c'est la première fois que je le vois."

    "O.K." Donc j'ai pensé :"Ouah ! C'est vraiment bizarre !"

    A propos de ça il y a quelque chose dont j'aimerais parler, quelque chose qui n'est pas dans le livre, mais qui est fascinant, et qui a rapport avec ça.

    Mais continuons. Je suis retournée chez l'ancien. Et ensuite je lui ai dit : "Voici ce qui est arrivé quand j'étais avec la petite fille. J'ai reconnu ce mot qu'elle a dit comme étant un de ceux prononcés par ces êtres quand ils m'ont parlé."

    J'étais donc assise là, à la table de cet ancien, et j'ai sorti de ma poche un morceau de papier que j'ai déplié. Et j'ai dit : "Voici la langue dans laquelle ils m'ont parlé." Et j'ai poussé vers lui le papier. Pour qu'il essaie de…

    Je lui ai dit : "C'est écrit phonétiquement, parce que je ne savais pas comment écrire ça."

    Il m'a répondu : "Bon. Et si vous me prononciez simplement les mots ?"

    Donc je les lui ai lus. Et en le faisant, j'ai constaté que six au moins des mots qui étaient sur la feuille étaient du hopi. Un mot, sûr, j'en suis certaine, est du navajo. Et il m'a dit qu'il pensait que d'autres mots sur ce papier étaient aussi du navajo.

    Donc ces êtres… En 1988, alors que je n'avais jamais été en contact du tout avec des Navajos ou des Hopi, sous quelque forme que ce soit, et que j'étais une jeune fille de 22 ans à la vie très normale, ces êtres m'ont parlé dans une langue que je connais depuis 20 ans maintenant. Je savais déjà à l'époque qu'un jour je trouverais les gens à qui appartenait cette langue. Seulement je ne m'attendais pas à ce qu'ils soient hopi. J'ai toujours pensé que je les trouverais dans la jungle sud-américaine ou un coin du même genre.

    [Rires de Kerry]

    Donc l'être que j'ai vu sur la mesa… Quand je suis rentrée chez moi après ce voyage de 2004, je suis allée dîner avec un ami à moi, et je lui ai tout raconté à propos du voyage et du reste. Nous avons pris sa voiture. Sa femme et lui étaient assis à l'avant. J'étais assise à l'arrière, derrière le conducteur, avec sa fille de 9 ans à ma droite.

    Donc, alors que nous descendons une rue très encombrée de Vancouver, vraiment très encombrée, une des plus grandes artères, une Jeep se met à rouler à côté de notre voiture. A ce moment je jette un coup d'œil, et je vois assis dans la voiture un être blond aux yeux bleus, la tête complètement tournée vers moi, et qui me regarde droit dans les yeux, sans même s'occuper de la route. Il ne regardait pas du tout la route. Il était là, la tête… il me dévisageait, rien d'autre. Et j'ai pensé : "Pas question !" C'était tout ce que je pouvais penser.

    Mais voilà le grand moment. La petite fille a dit : "Oh mon Dieu. Regarde cet homme. Il a l'air si bizarre. Il n'a même pas l'air humain." [Miriam rit]

    KC : [rit]

    MD : Tout le monde dans la voiture s'est enfoncé dans son siège et a pensé… vous savez, on a tous essayé de jeter un coup d'œil à cet homme. Et là encore, j'avais confirmation de tout ça par quelqu'un d'autre.

    Et au cours des deux semaines qui ont suivi mon retour de voyage, j'ai eu trois rencontres du même genre : une dans un magasin, une autre dans un bus urbain, et puis celle où j'étais en voiture avec des amis. Très étrange. Très, très étrange. Fascinant, même pour moi.

    KC : O.K. Peut-être pourrait-on avancer maintenant vers quelque chose de plus actuel et parler de ce que vous avez entendu, et peut-être communiquer un peu sur… comment vous avez commencé à sortir de l'ombre. Et particulièrement comment vous en êtes arrivée à écrire votre livre.

    Parce qu'il faut que je vous dise que j'ai entendu parler de vous par… Je pense que je vous ai entendue brièvement dans une émission radio, et puis j'ai vu votre site. J'ai vu votre visage et j'ai immédiatement su que nous devions avoir une conversation. C'était un dessin de votre visage, pas vraiment vous. J'ai simplement eu un contact, et j'ai su. Mais le livre… ensuite je me suis procurée le livre, et il a tout simplement confirmé ce que j'avais pensé. Donc, pouvez-vous me parler de la rédaction de votre livre ?

    MD : Grande question. Question très sérieuse. Particulièrement importante aujourd'hui.

    Le but réel de ce livre… Tout d'abord, c'est eux qui m'ont demandé de l'écrire. Donc en 1988, quand j'étais à bord de ce vaisseau, ils m'ont en fait demandé de le faire. Ils m'ont demandé de sortir de l'ombre et de partager cette histoire, d'expliquer aux gens qui ils étaient et d'où ils venaient, si bien que si le jour arrivait où… , ou bien quand viendra le moment où… s'ils devaient faire connaître leur présence au niveau mondial… de façon que nous n'ayons pas peur.

    Donc c'était très important pour eux. C'était leur seule raison de partager avec moi ces connaissances et de m'aider à essayer de comprendre la Terre, de nous comprendre nous-mêmes, et de les comprendre, eux.

    Il a été écrit à cette période-là parce que… Il faut que je vous donne des points de repère. En 1988, j'ai eu ce que j'appelle ma rencontre d'éveil, et tout part plus ou moins de là. J'en reviens toujours à 1988 quand je décris aux gens ce qui est arrivé;

    Donc on me raconte en 1988 toutes ces choses-là et on me demande de les partager. Donc j'ai commencé à faire ce qu'ils m'avaient demandé. Et tout d'un coup, ils m'ont dit : "Non, non, non ! Stop, on arrête tout ! On se calme ! On se calme ! On ne dit plus rien !"

    Et je savais qu'un jour ou l'autre on m'indiquerait le bon moment pour sortir de l'ombre et pour partager ceci.

    Donc au tout début de 2003, on m'a plus ou moins réveillée un matin. Ils m'ont dit : "O.K., c'est le moment. C'est l'heure. L'heure d'aller dans la région des Four Corners –ce que ça voulait dire, je n'en étais pas sûre, mais c'était l'heure pour moi de… disons, à défaut d'une meilleure expression, de me mettre au travail. Donc ça s'est produit en 2003.Et ensuite, bien sûr, la rencontre avec l'ancien hopi, ainsi que beaucoup d'autres choses qui ont eu lieu avant ça dans la région des Four Corners, et qui sont liées à 1988. Je me suis dit : "O.K. Il faut que je commence à écrire." Donc le processus était enclenché.

    Ensuite en 2007, presque au début de l'année, j'ai reçu quelques messages sous des formes très variées. Ils me venaient en rêve. Ils m'arrivaient, vous savez, dans la tête et on me disait :"Il faut que tu termines le livre. Il faut que tu termines le livre. Il faut que tu termines le livre."

    Et ils m'ont dit qu'il était très important que je le termine avant novembre. Et je ne savais vraiment pas pourquoi.Mais ils m'ont dit novembre 2007 ; il fallait que le livre soit fini, parce que c'était lié à ce qui allait se passer sur la planète.

    Donc je me suis forcée, forcée et encore forcée par tous les moyens pour parvenir à terminer ma tâche, ce que, soit dit entre nous, j'ai réussi à faire. Donc le livre était terminé. J'avais fini de l'écrire. Et maintenant on me demandait de partager cette histoire avec qui voulait bien l'écouter.

    Or, on m'a dit en 1988 qu'il fallait que je trouve les autres gens de mon genre, et qu'il était prévu que nous nous rassemblions tous et que ces rassemblements commenceraient.

    Or, ils m'ont communiqué des informations. Et ça aussi, je pense, a un rapport avec les peuples indigènes de la Terre, d'après ce que m'ont dit ces êtres-là. Et ils m'ont dit qu'aux "Temps de la Fin" beaucoup de changements se produiraient. Donc, à des niveaux très différents. Pas un simple changement. Et ces choses ne sont pas faciles à décrire.

    On m'a dit qu'un de ces changements concernerait le niveau spirituel, que des changements commenceraient à se produire. Des changements commenceraient aussi à se produire au niveau physique. Et aussi au niveau de la planète, de la Terre elle-même, il y aurait des changements.

    Donc toutes ces choses étaient plus ou moins en corrélation, et écrites par l'humanité elle-même, sur la voie qui nous attend. Par exemple, il est possible qu'une guerre éclate. Ça, c'est quelque chose qui me perturbe beaucoup. Ça me panique. Ça me bouleverse. Et en vous disant ça j'ai envie de pleurer, parce que… Et je pourrais bien pleurer. [La voix de Miriam se casse, étranglée par l'émotion]

    KC : Ça ne fait rien. Continuez.

    MD : Parce que si quelqu'un avait dû vivre ce que j'ai vécu ces vingt dernières années, avait subi expérience après expérience après expérience, confirmation après confirmation après confirmation, de toutes ces choses, lui non plus n'hésiterait pas du tout, à aider, à faire tout ce qu'il pourrait pour stopper ce processus.

    Parce que nous avons une responsabilité… en tant qu'humains. On m'a dit que nous avions la responsabilité de faire tout ce que nous pouvions pour sauver cette Terre. Nous ne sommes pas les sauveurs de la Terre. Nous sommes censés être ses protecteurs. Nous sommes ici pour être les régisseurs de ce domaine. C'est en partie pour cette raison que nous sommes ici, afin de pouvoir vivre des expériences les uns avec les autres et avec la Terre elle-même.

    Mais la manière dont nous vivons notre vie, basée sur des choses comme la cupidité, l'objectif principal de beaucoup de gens, nous avons oublié la raison première pour laquelle nous sommes censés être ici. Et cette raison c'est la beauté qui existe chez l'autre et la beauté de cette Terre.

    Une des choses que je demande toujours, à chaque personne, c'est : "Il faut vraiment que vous vous posiez cette question : êtes-vous heureux ?" C'est une question très simple. Mais c'est sa réponse qui est très compliquée.

    Parce que, comme me l'ont expliqué ces êtres, l'humanité est sur une voie, une voie qui mène à une collision, et si nous ne changeons pas, le résultat en sera la Destruction finale.

    Sous n'importe quelle forme… Qu’il s’agisse bientôt d’un météore entrant en collision avec la Terre, ou d’une guerre qui éclate, ou de famine, ou de changements au niveau de la Terre – de quoi qu’il s’agisse – nous devons comprendre que l’Homme a la capacité de changer cet avenir et ce qui devait s’y produire.

    Or les gens m'ont dit : "Bon, vous essayez de créer une prophétie, ou vous évoquez une prophétie."

    Mais voici l'important. Pour tous ceux qui comprennent, même très vaguement, la moindre parcelle de tout ceci, il est facile de comprendre ce qui s'est passé ici. On nous a fait un cadeau, un cadeau tout à fait exceptionnel. Et ce cadeau, c'est de voir plus loin que là où nous en sommes actuellement.

    Maintenant, si nous continuons dans la même direction, ils nous ont prévenus que ça allait être la fin. Mais le cadeau c'est que, si nous pouvons modifier la direction dans laquelle nous sommes engagés, alors tous ces événements seront évités, ils ne se produiront pas.

    Voilà donc la raison du livre. C'est la raison qui m'a fait sortir de l'ombre. Parce que je n'ai pas envie de vous parler en ce moment. Vraiment pas. Je souhaiterais pouvoir mettre un masque et ne pas être ici. Mais je suis ici, parce que dans mon cœur, dans mon esprit, dans tout mon être, je sais que nous sommes engagés sur une voie qui glace le sang.

    Et des gens paniquent. Je ne panique pas. Ces larmes ne sont pas de la peur. Ce sont des larmes de grande tristesse, parce que par elles, grâce à elles, j'ai vu l'avenir. Donc j'espère que nous allons pouvoir nous regrouper, en tant qu'humanité, pour changer ça. Et je crois… je crois que nous pouvons encore le faire.

    Je ne pense pas qu'à ce stade il soit possible de tout changer. Je pense que nous sommes arrivés à une époque où il est devenu apparent, et où il devient de plus en plus apparent chaque jour, que nous allons droit dans le mur dans de nombreux domaines.

    Au cours de l'année dernière nos ressources en nourriture se sont raréfiées dans certaines parties du monde. Des problèmes comme le riz, la maladie de la vache folle, la grippe aviaire. La liste est incomplète. Ces choses sont devenues évidentes pour tous dans le monde. Le carburant – le coût du carburant, le prix de l'essence qui affecte chacun dans le monde.

    Mais on peut changer tout ça très facilement. Et voilà comment nous allons changer la Terre – en nous entraidant.

    KC : O.K. Donc vous avez une mission. Vous êtes en mission et nous sommes ici. Nous sommes en octobre. Non, en fait, pas en octobre. Nous sommes en septembre 2008. Pas vrai ? Et aujourd'hui le monde est beau devant ma porte. Pourtant beaucoup de choses se produisent en ce moment même, pendant que nous discutons. L'économie américaine dégringole. Il se peut qu'une guerre avec l'Iran soit, vous savez, en train de se manigancer derrière notre dos. Et d'autres choses encore. Donc en quoi est-ce que tout ça influe sur l'idée que vous vous faites de votre tâche, de votre… de la mission qui vous a en quelque sorte été confiée, et quelles sont vos prochains jalons, ou si vous préférez, vos étapes.

    MD : Considérant que nous sommes en 2008, c'est pour moi une question très intéressante, parce qu'elle a… je ne sais même pas combien d'années, et je ne sais même pas s'il y a lien avec 1988… mais dans une certaine mesure, dans ma vie de ces vingt dernières années, 2008 est une année qui me colle aux basques.

    Parce que cela fait des années que je sais qu'entre août et novembre 2008 il y aura des changements majeurs sur la Terre. Et je veux dire que… Je ne parle pas de changements concernant la Terre elle-même, mais les gens. Et peut-être que d'une certaine manière, ces changements auront quelque chose à voir avec les Etats-Unis.

    Or j'ai fait cette déclaration tout à fait publique en janvier dernier. J'ai annoncé ces événements et qu'ils concerneront les Etats-Unis. Et que ce que feront les Etats-Unis, ce qui se produira ici, affectera le monde entier, pour toujours.

    Donc, si on considère les performances de l'économie américaine, et le prix du pétrole qui dépend au moins en partie des Etats-Unis, il y a… nous sommes au début d'une série d'événements qui ne pourra pas être facilement infléchie, en admettant qu'on puisse le faire.

    Donc, ce qu'il faut que les gens comprennent, c'est qu'on m'a dit tout ceci il y a des années et des années. Et donc ce que je dis, c'est qu'en 2008, il va y avoir des répercussions économiques sur toute la Terre qui ne pourront jamais être totalement compensées. Voilà donc le premier changement.

    J'ai également vu qu'il y a des possibilités de changement au niveau mondial, liés davantage à la structure politique de la Terre, probablement au cours des… 4 ou 6 prochains mois…. Des changements qui auront lieu autour de cette période. Donc ça termine 2008. Ça annonce un peu ce qui va arriver.

    Maintenant, l'autre année qui me préoccupe, et qui me préoccupe beaucoup depuis 1988, ça n'est pas 2012 comme me l'ont souvent demandé les gens. 2012, pour moi, d'après les connaissances que m'ont donné ces êtres, ne mérite même pas qu'on s'y intéresse.

    Par contre, l'année 2010, oui. Que va-t-il se passer en 2010 ? On me pose souvent la question. Et tout ce que je sais, c'est qu'il y a l'éventualité de graves destructions sur toute la Terre. Est-ce que je peux dire qu'il s'agit de guerre ? Non. Je ne dirai pas ça. Est-ce que je peux dire qu'il s'agit de l'arrivée d'un météore ? Je ne peux pas le dire. Ce que je dis c'est que l'humanité a un rôle à jouer dans la façon dont les choses évolueront en 2010.

    Donc imaginons que 2010 se déroule sans anicroche. Vous savez quoi ? Je ne vais pas venir m'asseoir ici et dire : "Oh, j'avais tort." J'applaudirai de joie parce que nous aurons évité ce que je vois pour toute cette période.

    Donc il n'est jamais trop tard. La onzième heure reste la onzième heure jusqu'au moment où elle arrive. Donc nous avons toujours le temps. Nous avons toujours la capacité de changer quelque chose.

    Et je crois que… De toutes ces connaissances que j'ai acquises, et grâce à tout ce qu'on m'a montré, je sais que nous avons la capacité de travailler ensemble pour provoquer des changements durables sur Terre, qui ramèneront le bonheur et la joie que nous sommes venus ici expérimenter ; que nous mettrons en place une structure pour nos familles et nos communautés visant à mieux nous occuper les uns des autres et au bénéfice de la Terre elle-même.

    Et en ce moment même, dans cette période particulière, il est vital que nous commencions à comprendre que nous devons prendre nos responsabilités au niveau individuel, que nous, en tant qu'individus, nous avons réellement le pouvoir de changer la Terre d'une manière qui sera bénéfique pour nos enfants, et pour les gens qui viendront après nous.

    Et les gens me demandent : "Qu'est-ce qui rend cette époque si exceptionnelle ?" C'est parce qu'on nous donne le choix, le choix de la direction que prendra notre route, où elle nous mènera, et où elle se terminera.

    Si nous décidons de continuer d'être rempli de cupidité… Regardez l'avenir ! Ce n'est pas grand-chose. On peut voir qu'il n'y a pas de véritable issue à la situation dans laquelle nous sommes à moins de faire quelques changements. Donc comment y arrive-t-on ? Comment est-ce qu'on peut modifier ?

    Et je dis aux gens –très important. Les gens qui viennent ici à Project Camelot. C'est un excellent exemple. On appelle ça l'éducation. La chose la plus importante que peut faire un individu, c'est s'éduquer.

    Et je ne parle pas seulement des questions politiques, ou des questions liées aux extraterrestres, mais je parle de vous éduquer en tant que personne. Améliorer votre façon de vivre, apprendre à construire une maison, à faire pousser de la nourriture. Mettez de nouveau les mains dans la Terre de manière à vous rappeler qui vous êtes, de manière à vous rappeler d'où vient votre nourriture. C'est ça l'éducation.

    Il s'agit aussi de vous éduquer dans tous les domaines dont vous avez besoin – spirituellement, émotionnellement, physiquement. Regardez comment vous vivez vos choix. Personne, moi inclus, n'est parfait. Personne n'est parfait. Mais ce que nous pouvons faire, quand nous en serons capables, c'est de faire les bons choix de façon à ce que, progressivement, nous puissions construire un monde qui évolue dans la bonne direction.

    KC : O.K. Donc vous venez ici, pourtant, à Hopiland et Sedona et aux Four Corners. Et votre mission est de rassembler les gens, d'après ce que j'ai compris.

    MD : Oui.

    KC : Et il ne s'agit pas seulement des Indiens d'Amérique. Est-ce que vous pouvez nous en dire davantage ?

    MD : Je vais partager avec vous une petite partie de ce qui m'a été donné il y a vingt ans. Quand j'étais à bord du vaisseau, on m'a demandé de trouver les gens qui étaient comme moi, de les rassembler et de les emmener vers les zones protégées, on m'a dit qu'un moment viendrait où tous ces gens – c'est-à-dire les gens que j'ai vus et qui vivaient… transférés du Troisième Monde au Quatrième, aussi bien que les autres, ceux qui sont "comme moi" – de manière à ce que nous revenions tous ensemble. Et quand ce serait le cas, il y aurait de grands changements sur Terre, en mieux.

    Donc ça devient chaque jour plus clair pour moi… Regardez, avant il fallait des années pour que les choses se produisent. Ça n'est plus le cas maintenant. Et ça, c'est un point crucial, parce que les gens ont remarqué que le monde, et leur vie de tous les jours, tout est en train de changer – notre façon de penser, notre façon d'agir. Il y a des gens qui semble vivre leur vie sans effort alors que ça en rend d'autres plus ou moins fous, et ils ne semblent pas avoir de prise sur eux-mêmes ni sur leur propre espace.

    Ce qui se passe maintenant, c'est que ce rassemblement dont on m'a parlé il y a vingt ans est en train de se former. Et les gens qui sont comme moi… Il ya sur toute la Terre des gens qui ont vécu des expériences similaires aux miennes. Et nous attendons tous le bon moment pour nous lever à l'unisson – à l'Unisson – et sortir de l'ombre et parler au monde. Parce que, quand le monde se rendra compte que nous sommes là, et que nous sommes forts, et que nous avons travaillé chacun à notre manière pour améliorer la Terre, et pour améliorer nos sociétés, je crois qu'ils n'auront pas d'autre choix que de regarder autour d'eux et de demander "Bon d'accord, qu'est-ce qu'on doit faire ?"

    Parce que nous ne sommes pas des fous. Les gens dans mon genre vivent une vie tout à fait normale. Et comme je le dis dans le livre, nous pourrions être votre meilleur ami ou voisin. Nous pourrions être le directeur de l'école. Nous pourrions être votre administrateur, ou n'importe quoi dans la vie. Vous pourriez même être marié à quelqu'un comme moi, sans le savoir. Mais quand le moment viendra, nous nous lèverons tous ensemble, et nous sortirons de nos placards pour faire connaître notre présence au niveau mondial.

    Donc quand les gens me parlent de ce moment-là, et où ils me demandent systématiquement : "Est-ce que ces êtres vont se montrer à nous ? Est-ce qu'ils vont se révéler au monde entier ?", je leur réponds que pour moi ces grands êtres blonds sont ici comme Protecteurs (Caretakers) de cette Terre, et qu'ils ne se montreront pas en masse au niveau mondial, à moins que cela devienne absolument nécessaire – par exemple en cas de grand cataclysme qui balaierait le monde entier, alors ils interviendraient. Mais ils ne le feraient qu'à ce moment-là.

    Maintenant, nous – les gens dans mon genre – sommes ceux qui pourraient sortir de l'ombre dans le monde entier et à l'échelle mondiale. Et c'est une des questions qu'on m'a posées si souvent, et c'est un point très important que les gens doivent comprendre. Que quand ils disent qu'ils vont sortir de l'ombre, eh bien oui, nous allons sortir. Nous allons sortir de chez vous, de vos écoles, de l'arène politique locale, et de vos écoles maternelles comme institutrices. C'est de là que nous allons sortir en premier.

    KC : Et est-ce que ça ne va pas aussi… Il y a un élément vraiment crucial impliquant les enfants. Et les rassemblements vont en fait causer une sorte de vague sur toute la planète qui va toucher et stimuler tous les Enfants Indigo et tous les Enfants de Cristal – donnez-leur le nom que vous voulez – et ils sauront soudain à cause de ce rassemblement que l'heure est venue, si je comprends bien.

    MD : Vous avez tout à fait compris. Et il est important de noter que , également au moment où ces rassemblements auront lieu, et qu'ils auront… Vous savez, on peut dire que ces rassemblements ont déjà lieu en petits comités sur toute la terre.

    Le grand rassemblement, ce sont certains individus, certains groupes qui se rapprochent parce qu'ils ont une certaine importance et à… -- par "importance", je veux simplement dire qu'ils possèdent certaines connaissances. Donc, dans le monde entier, des gens ayant certaines connaissances vont se rassembler, et quand ils seront ensemble, ils diront certaines choses. Et le résultat, ça sera un message envoyé aux individus, aux enfants, aux jeunes adultes, à… vous savez, aux gens de 70 ans.

    Mais il y aura un message pour tous ceux qui attendent, qui attendent. Nous le ressentons tous. Tout le monde le ressent depuis très longtemps. Qu'est-ce que nous attendons ? C'est comme commencer à s'agiter sur une chaise. Qu'est-ce que nous attendons ? Nous attendons quelque chose.

    Une des choses que les gens attendent, c'est que cet événement ait lieu. C'est ce que je crois parce que c'est ce qu'on m'a dit il y a vingt ans, qu'il y aurait une vague qui irait chercher ces personnes et leur enverrait presque un message leur disant "O.K. Vous n'êtes plus seuls Eveillons-nous tous ensemble et commençons à nous lever et à nous faire connaître en masse, de toute le Terre." Parce qu'alors des individus prendront des responsabilités.

    Mais cela signifie aussi que les gens terrés chez eux de peur de sortir, comme nous sortirons tous ensemble, on ne nous ridiculisera plus, mais nous aurons… il y aura des gens qui diront : "O.K. Dites m'en davantage sur la voie que vous suivez."

    Parce qu'il y a plus d'un aspect à ce phénomène. Et je ne suis pas ici pour parler aux gens ou les informer sur le côté négatif. Ce que je suis en train de dire, c'est que ces connaissances, cette voie, cette compréhension que je tiens de ces grands blonds, concernent notre propre édification, notre propre développement, nous aident à comprendre qui nous sommes, et d'où nous venons. Et il n'y a pas d'intentions cachées.

    Il se peut que nous n'ayons pas toutes les réponses. Il se peut que je n'aie pas toutes les réponses. Mais si vous me placez dans une pièce avec beaucoup d'autres gens, alors nous avons une vue d'ensemble. Donc dire qu'il y a d'autres choses en route, ne correspond pas à la réalité, à mon avis.

    Donc il est important que nous nous rassemblions tous pour la Terre, en masse, et cela va arriver, très bientôt j'espère.

    KC :  [A Bill Ryan] O.K. Maintenant nous avons le temps de vous permettre de poser votre question, puis nous pouvons revenir en arrière et compléter ce que nous pourrions avoir manqué en cours de route. D'accord ?

    Bill Ryan : J'ai une question que beaucoup des gens qui nous regardent en ce moment aimeraient sans doute poser. Et il s'agit de celle-ci : quand vous parlez des Quatre Mondes, mentionnés à la fois par vos contacts extraterrestres et présents sous la même forme dans la légende hopi, est-ce que vous pouvez confronter ceci à la pensée scientifique traditionnelle concernant les fossiles, l'évolution de l'Homme ? Est-ce que vous pouvez y associer une date ? Qu'est-ce que ceci signifie en réalité pour un paléontologue ou un anthropologue ? Pouvez-vous répondre à cette question, ou bien est-ce qu'on n'en sait rien ?

    MD : Cette question m'intéresse parce que… Ce qui me permet d'expliquer ceci c'est qu'on m'a communiqué des connaissances quand j'étais à bord du vaisseau. C'est comme si on m'avait éduquée dans de nombreux domaines. D'accord ? Un des domaines concernait l'évolution de l'Homme et d'où nous venions, où nous allions. Donc ici c'était comme si j'étais, disons, au CP ou au Cours Elémentaire. Donc je ne connais pas grand-chose sur ces différents Mondes. Je ne suis pas une spécialiste. Mais je sais qu'il y a d'autres gens comme moi ailleurs avec une connaissance bien plus profonde de la question.

    Ce qui m'est devenu très clair dans les visions qu'on m'a montrées sur l'écran, c'est par exemple, qu'au début c'était comme s'ils avaient semé les graines de vie sur toute la terre et attendu qu'une vie se forme, sans résultat. Donc nous n'étions rien d'autre, vous savez, que des vers dans de la boue. C'est l'image qui m'est venue à l'esprit.

    B :Donc ça remonte à des milliards d'années.

    MD : Oui, oui. Dans le Deuxième Monde qu'on m'a montrée, dans le Deuxième Monde, quand cette forme de vie très grotesque a été produite et qu'ils attendaient qu'elle évolue pour voir si elle ferait un hôte correct pour cette étincelle de vie – donnez-lui le nom que vous voulez, moi je l'appelle l'étincelle de vie – afin qu'elle facilite une vie spirituelle et une plus grande compréhension de l'univers.

    Mais ceci… dans le Deuxième Monde, la vie formée était très, très… "simple", c'est le mot qui m'est venu. Très simple et primitive, et en fait elle n'a pas évolué. Donc, en ce qui me concerne, quand je regarde ça… Bien sûr, quand je suis revenue de cette expérience, il m'a fallu un certain temps pour être même capable d'intégrer tout ceci, de l'associer au monde, j'ai pu clairement voir qu'il s'agissait de l'Age des Dinosaures.

    Ensuite, dans le Troisième monde, on me montrait la Terre vue du dessus et puis à nouveau placée à l'intérieur de la pièce où se trouvaient les gens transférés du Troisième Monde dans notre Monde. Et quand on me montrait les choses vues du dessus, j'ai vu une très grande ville très, très illuminée. Donc il y avait des grandes villes, mais pas sur toute la Terre. Elles étaient seulement situées dans des zones limitées ici ou là.

    Et donc quand moi, en tant que Miriam, réexamine ceci par le biais de l'histoire, je le vois comme un de ces "Mondes Perdus" qu'on a recherchés, et certains d'entre eux, des parties d'entre eux , ont été découverts au cours de notre vie, ou au cours des derniers siècles.

    Donc ces trois Mondes, dont on a parlé avant celui-ci… Le sens de tout ça est très clair pour moi, malgré mes connaissances très limitées en anthropologie, en paléontologie et dans tout le reste. Il me semble simplement évident que c'était ça les différents Mondes.

    B :D'accord. Ma question suivante, qui dérive de ça, est qu'il ressort, d'après ce que vous dites, que vous évoquez l'échelle du temps en liaison avec la responsabilité des Protecteurs (Caretakers). Je crois que vous les appelez comme ça. D'autres Contactés, bien sûr, leur ont donné d'autres noms. Certaines personnes les appellent "The Watchers" ("Les Observateurs"). Jim Sparks les appelle "The Keepers" ("Les Gardiens"). Tous ces termes sont des approximations, probablement transposées dans notre langue, pour qualifier une sorte de race tutélaire. Peut-être pourrions-nous également utiliser le terme de "Tuteurs".

    Mais l'échelle de temps dont ils parlent semble vaste. Nous faisons allusion à des centaines de millions d'années au minimum et peut-être même à des milliards d'années. Quel est le degré d'avancement de ces gens ? D'où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Ou bien, ne sont-ils pas extraterrestres ? Sont-ils des voyageurs du temps ? Sont-ils nous d'une certaine manière, comme certaines personnes le prétendent, à mon avis de façon convaincante ? Savez-vous quelle partition est jouée ici ? Et en quels termes sont-ils avec les autres races extraterrestres dont vous devez avoir entendu parler ?

    MD : Oui. Tout d'abord j'aimerais discuter des différents noms : Les Gardiens, Les Observateurs, Les Protecteurs. Je leur donne moi-même tous ces noms, et ma raison pour le faire, c'est en partie parce qu'ils sont tout ça. Ils nous observent réellement ; ils prennent vraiment soin de nous ; ils sont nos protecteurs ; et ils préservent les connaissances. Dans mon livre, j'écris qu'ils sont les Gardiens de la Connaissance, que sont aussi les peuples autochtones. Eux aussi sont les Gardiens de la Connaissance, etc. Donc tous ces termes que nous utilisons pour les décrire, sont à mon avis corrects.

    L'autre question était à quelle échelle est-ce que nous faisons référence en ce qui concerne le temps ? Maintenant, tel qu'une fois de plus je comprends les choses, d'après ce qu'ils m'ont dit à bord du vaisseau, eux aussi cherchent à connaître "Dieu" – c'est-à-dire le créateur de tout ce qui existe, a existé ou existera, le créateur de tout, le commencement de tout, la source de toutes choses.

    On leur a donc donné une tâche à accomplir. C'est comme si on disait, vous savez, c'est une question de métier. Quand vous vous levez le matin et que vous allez au boulot, c'est votre métier. Vous faites ce que vous savez faire. Eh bien, quand nous sommes ici sur Terre, c'est la même chose pour eux : c'est leur métier. Ce sont les Protecteurs de la Terre, et c'est ce qu'ils ont toujours fait.

    En ce qui concerne la période d'où ils viennent, on m'a également indiqué que certains d'entre eux viennent de notre passé, d'autres de notre présent et de notre avenir parce que, de la façon dont on m'a décrit le temps, ils avaient la capacité de se promener dans le temps et dans notre présent. Ils avaient réellement cette capacité. Comment ? Il faudrait le leur demander, parce que je n'en ai aucune idée. [Rires]

    Mais ils m'ont également dit que certains d'entre eux étaient des êtres physiques et qu'ils n'étaient pas différents de vous ou moi. Qu'ils vivaient sur Terre. Qu'ils vivaient en fait sous la Terre, à l'intérieur de la Terre. Que d'autres étaient des êtres inter-dimensionnels, et qu'il y en avait d'autres sur différentes planètes. Que tous étaient créés dans ces différents secteurs avec la même tâche à accomplir, et qu'ils avaient la capacité de communiquer entre eux. C'est un peu comme s'ils étaient cousins.

    C'est donc une question très complexe parce tout ça est très difficile à expliquer. J'ai beaucoup de mal à trouver les mots pour dire les choses clairement.

    B :Notre contact Henry Deacon, qui a été confronté à ces situations sous un angle tout à fait différent, en travaillant sous contrat pour les militaires et les services de renseignements américains, a affirmé qu'il y faudrait un livre d'au moins mille pages, et qu'il ne se sentait pas du tout le courage de l'écrire. [Rires]Ou peut-être a-t-il même parlé de dix mille pages. Peut-être n'a-t-il pas essayé de compter.

    Et l'impression que j'en ai retiré c'est que cette toile de fond historique est si complexe, si alambiquée, dépassant presque la compréhension humaine, une toile de fond si incompréhensible, que l'on peut se demander qui nous sommes pour nous permettre d'essayer d'éclaircir tout ceci. Nous avons en fait nos propres problèmes. Tout le reste n'est que curiosité intellectuelle. Mais le fait est qu'ils sont là. Il semblerait qu'au moins certains d'entre eux se soucient de nous.

    Ma question a un rapport avec les militaires et les services de renseignements américains. Savez-vous quelque chose sur les relations possibles entre ces derniers et les militaires ? Ou bien travaillent-ils avec un autre groupe d'aliens ? Est-ce que vous savez quelque chose à ce sujet, ou bien est-ce une question à laquelle vous ne pouvez pas répondre ?

    MD : La question, c'est : "Est-ce que j'y répondrai ?" Ces êtres ne m'ont rien dit directement d'une quelconque relation avec un quelconque gouvernement ni aucun groupe sur Terre. Donc que les choses soient claires de ma part. On ne m'a jamais donné d'informations directes à ce sujet. Ils ne m'ont jamais dit :"Oui, nous travaillons avec ces gens-là ; nous travaillons ici avec cette personne-là."

    Cependant, on m'a montré et parlé de certaines choses d'une nature plus inquiétante, et on m'a avertie de certaines choses. Par exemple, un jour on m'a montré … C'est difficile, ça m'est difficile d'en parler. On m'a montré l'image d'un être dans une base souterraine qui… Ce qui se déroulait là-bas était si inquiétant, si moche et si horrible qu'il m'a été difficile d'être témoin de ça.

    Je ne sais pas comment le dire en douceur, mais ça concernait… J'ai vu l'image d'êtres et de créatures qu'il semblerait impossible à un humain d'imaginer voir dans la vie réelle. Or ce qui est arrivé… Le jour où on m'a montré ça, j'étais dans l'astral, et l'être, le grand blond avec lequel j'étais, m'a dit : "Il faut que tu sois très silencieuse, parce que sinon ils sauront que nous sommes ici. Et surtoutne viens jamais dans ce secteur précis. C'est très dangereux pour toi."Et j'ai répondu " O.K. d'acc. Je ne viendrai pas dans le coin."

    Donc, est-ce que ces grands blonds s'associent avec certains groupes sur la planète ? Non, pas à ma connaissance.

    Vous m'avez posé une question sur ces autres êtres, familiers à beaucoup de gens, qui… un des plus grands groupes, c'est celui des Gris. Je n'ai pas d'informations de première main, mais voici ce que m'en ont dit les grands blonds : qu'ils sont ici pour prendre soin de la Terre et qu'ils nous aident généralement à nous protéger de nous-mêmes et font d'autres choses dont nous ne pouvons pas avoir conscience.

    Donc, est-ce que ça veut dire d'autres êtres ? Absolument. Est-ce que ça signifie la présence d'autres êtres sur la planète ? Absolument. Est-ce que je suis ici pour vous parler de ces autres êtres ? Non. Parce que je veux que le message des grands blonds soit réellement clair pour les gens : qu'ils viennent en paix et qu'ils n'ont aucune intention de nous faire du mal.

    Ils ne viennentpas ici pour conquérir la Terre. Ça n'est pas leur but. Si ça avait été leur but, ils l'auraient fait depuis longtemps, très longtemps. Et ils n'ont pas de sombres intentions au sujet du programme génétique qu'ils sont en train de mener. Et je souhaite en parler parce que c'est très important pour les gens de la Terre.

    Dans le Troisième Monde, les individus qui ont été créés, l'ont été dans un but de développement spirituel. Et quand se déroulait ce développement spirituel, toute cette connaissance liée à l'esprit et à la vie faisait partie de qui nous sommes, d'où nous venons, et de là où nous allons. Mais une fois de plus, comme je l'ai déjà dit, c'était donner des allumettes à des enfants. Ils ne s'en sont pas très bien tirés. Donc ce qui se produit depuis nos débuts comme humanité c'est qu'on a donné à différentes familles partout sur Terre ces informations génétiques précises concernant notre génome. D'accord ?

    Et en cours de route, certaines familles sont "suivies" par ces Protecteurs (Caretakers), non pas avec de sombres intentions, mais pour nous aider à ce que, très progressivement, ces véhicules dans lesquels nous vivons, dont nous faisons partie, puissent supporter ce surplus d'informations et de connaissances. Parce que, bien sûr, notre cerveau n'est rien d'autre qu'un ordinateur dépendant d'une charge électrique de notre corps. Donc si nous sommes en surcharge électrique, nous ne pouvons pas gérer les circuits de cet influx d'informations, et nous devenons fous.

    Donc ces familles ont très progressivement acquis leur ADN, de nouveaux brins d'ADN, pour permettre une meilleure compréhension, une plus grande connaissance, un plus grand respect de nous-mêmes et de la Terre. Et c'est ce qui est arrivé chez les familles qui ont été suivies. Et c'est pourquoi il serait intéressant de refaire la route à l'envers jusqu'à nos origines, afin de voir l'évolution de l'arbre généalogique de certaines de ces familles au fil du temps.

    KC : Est-ce que… En fait, c'est… Les Gris œuvrent d'une certaine manière à… Il existe au moins une faction qui travaille pour les grands blonds, appelez-les comme vous voulez, parce qu'à propos de votre expérience de 1988, vous évoquez aussi des êtres d'1 m 20 de haut. Je suppose que ce sont des Gris qui vous ont conduite dans le vaisseau, au moment où vous avez rencontré les grands blonds. Donc ce qui se passe, c'est que les Gris s'occupent en fait de la, disons, manipulation génétique, sous la direction peut-être de ces êtres supérieurs.

    MD : Seulement jusqu'à un certain point. Et il faut essayer d'être plus clair ici -- et c'est une des choses qui m'ont, personnellement, beaucoup frustrée dans tout ce phénomène – les termes que nous utilisons pour décrire de quoi nous parlons. Par exemple, quand personnellement j'utilise le mot Gris, la première image qui me vient à l'esprit, c'est celle d'un être à la peau ridée, et qui pour moi personnellement ne possède pour toute énergie que celle dela peur. Ils ont… Leur tête est plus grande, mais pas énorme. Ils ont les yeux légèrement obliques. Des caractéristiques de ce genre.

    Quand je parle de ces Gris-là, si vous voulez les appeler comme ça, ceux-là font 1 m 20 de haut, ils ont les yeux ronds et ressemblent presque à des robots. Ils n'ont aucune caractéristique particulière. Ils sont très androgynes. Les autres Gris à la peau ridée et au petit nez, ceux-là sont d'une race complètement différente. Donc là il faut être précis.

    Voici ce que je raconte également aux gens. Il y a quelque chose à dire concernant la compréhension des gens quand quelqu'un dans mon style sort de l'ombre. Quand nous vous parlons de nos expériences, nous ne vous parlons pas seulement de leur nature, mais aussi de ce que nous avons ressenti, de ce que nous avons compris, et de tout ce qu'ils nous ont enseigné.

    Donc c'est très important, parce que si cinq personnes sont témoins d'un accident de la route, les cinq personnes vont raconter une histoire légèrement différente. Donc la vraie question, c'est : est-ce que la personne qui raconte l'histoire raconte bien la vérité ? Est-ce qu'elle n'est pas du genre à, vous savez bien, enjoliver ? Il faut en tenir compte. Est-ce que la personne est un témoin pointilleux, est-ce qu'elle donne tous les détails ? Vous savez bien, il faut faire attention à l'individu pour être sûr de savoir comment prendre le récit.

    Donc quand on en vient à ces êtres, certains individus m'ont dit qu'on avait vu ces Gris avec des grands blonds et que leurs intentions sont très louches. Mais voici ce que j'en dis. Et, une fois de plus, nous avons besoin de plus de précisions sur ce phénomène. Je prie pour que s'il y a de ces êtres… Je demanderais aux témoins de réfléchir à ceci.

    Si des Protecteurs nous examinent et nous observent, et s'ils ont un lien quelconque avec Dieu, par la forme ou l'aspect, qu'ils ne me jugent pas par rapport aux gens malfaisants de cette Terre – parce que nous avons tous la même apparence. Nous nous ressemblons tous. Donc, parce que je suis blanche, je prie pour ne pas être jugée en fonction du mal causé par d'autres Blancs.

    Donc quand vous rencontrez un de ces êtres, que ce soit dans vos rêves, où ils peuvent pénétrer, ou dans l'astral, ce qui signifie que votre corps lumineux quitte votre corps physique, ou que ce soit une rencontre physique, posez-vous cette question, en partant d'ici: [Miriam montre son cœur] "Est-ce que je ressens une vraie peur, ou bien est-ce que j'ai seulement un peu peur ? Est-ce que j'ai peur ou bien suis-je terrorisée ?" Parce que si vous êtes terrorisé(e), il faut que vous vous en rendiez compte, et il faut que vous vous disiez : "Non, je ne vais pas le faire. Je ne vais pas participer à ça. Je ne prends pas part et ne vais pas prendre part à ça."

    KC : D'accord. Ils ont besoin de se protéger. Et ils ont ce pouvoir.

    MD : Oui.

    KC : Et ils ont besoin de savoir qu'ils ont ce pouvoir.

    MD : Oui.

    KC : Et ça, c'est un message très important.

    MD : Oui. C'est très important. Les gens l'oublient. Ils pensent : "Oh, je ne peux rien y changer. Je n'ai aucun pouvoir là-dessus." En cas de contact, vous avez réellement un certain pouvoir face à ce phénomène. Et c'est vraiment important de vous protéger de cette manière-là, mentalement.

    Et c'est pourquoi, une fois de plus, ces grands blonds insistent sur le fait que nous devons nous éduquer, non seulement à propos de ce qui nous entoure, mais aussi à un niveau plus spirituel, parce que plus vous êtes éveillé au niveau spirituel, plus vous devenez fort, plus vous savez comment faire pour avancer spirituellement, dans l'astral et dans les rêves, afin de pouvoir vous protéger de certains des autres êtres.

    Tous autant qu'ils sont. Tous les êtres qui nous entourent, que ce soient les Gris ou les grands blonds, chaque fois que j'en rencontre un individuellement, je le fais me regarder dans les yeux. Je les fais me regarder, pour que… S'ils me regardent ou qu'ils regardent tout autour d'eux, comme ça [Miriam bouge la tête sporadiquement, d'un côté et de l'autre], je dis : "Non, non, non."

    Je me souviens d'un rêve en particulier, les deux blonds étaient venus me voir et ils essayaient de me communiquer ce message très, très important. Et je leur ai dit : "Il faut que vous me regardiez."

    Et il m'ont répondu : "Nous n'avons pas le temps. Pas le temps."

    Et j'ai répliqué: "Non. Ou bien vous vous arrêtez et vous me regardez pour que je puisse lire dans vos yeux, ou je ne vous parle pas."

    Donc je les ai regardé dans les yeux et je les ai reconnus pacifiques et sincères. Parce que vous ne pouvez pas regarder quelqu'un, et regarder le reste de son corps. Quand nous voulons savoir qui est quelqu'un, même dans ce monde, nous nous arrêtons et nous regardons cette personne dans les yeux. : "Est-ce je peux la regarder dans les yeux et me sentir à l'aise ?"

    Nous constatons immédiatement si quelqu'un a de l'importance pour nous ou non, donc utilisez cette technique ici aussi. Et si vous ne voulez pas que cela se produise, dites-le moi. Et continuez à leur dire que vous n'êtes pas volontaire, et que vous exigez qu'ils arrêtent. Il faut que vous le disiez avec des mots. Est-ce que ça s'arrêtera ? Je ne sais pas. Ça dépend de votre esprit. Ça dépend de votre force.

    KC : O.K. Un grand merci pour ceci. C'est très important, et je suis contente que nous puissions évoquer ça ici.

    MD : Ce que je voudrais dire à tous, c'est que partout sur Terre des gens dans mon genre sont encouragés à agir. Et cet encouragement et cette action concernent, je crois, chaque être humain sur cette planète. Je le crois parce qu'on nous éveille pour nous faire partager avec les gens que de grands changements sont en train d'arriver et qu'il faut que nous le comprenions tous.

    Quelle est cette grande nouvelle ? C'est que nous ne sommes pas seuls, c'est qu'on nous observe, que ce que nous faisons est surveillé par d'autres êtres qui possèdent sans le moindre doute certaines connaissances que nous n'avons pas. Et qu'il nous faut être responsables de nous-mêmes – mais seulement comme individus.

    Vous n'êtes pas responsable de la Terre. Vous êtes responsable de vous-même. Acceptez-le. Parce qu'on est en train de nous éveiller tous, nous nous relions tous les uns aux autres. Où cela nous mènera, je crois que nous attendons tous de le savoir. Parce que rien n'est joué d'avance. Nous rédigeons ce plan au fur et à mesure.

    Une de mes grandes préoccupations… Dans les images, les visions qu'on m'a communiquées, dans les informations qu'on a partagées avec moi à bord du vaisseau, il a beaucoup été question de graines. Et j'essaie toujours de partager cette information avec les gens. Une des choses qui pourraient sauver la Terre, ce sont les graines, parce que si chaque individu sur cette planète ensemençait un petit jardin, nous n'aurions pas besoin de produire autant de pétrole, de transporter autant de choses, de polluer autant, de fabriquer autant de plastique pour…, vous savez bien. De tout.

    Je donnerais aussi à chaque individu sur Terre un aperçu de notre raison d'être ici, et lui redonnerais le goût de vivre la beauté qui nous entoure.

    Maintenant, ce que je demanderai à chacun de retenir de toute cette interview d'aujourd'hui… Si chacun se cultive dans tous les domaines… Je vais demander à chacun de chercher à savoir ce qui arrive aux graines de la Terre. Parce que ça préoccupe beaucoup les grands blonds et ça les a toujours préoccupés, et moi aussi, je me sens concernée par ce que j'ai appris au cours de ces dernières années sur les graines et ce qui arrive à la Terre. C'estle grand souci que devrait avoir chaque individu.

    Si vous acceptez l'idée que nous ne sommes pas seuls, très bien. Mais apprenez-en davantage sur les graines parce que cela changera votre vision du monde et cela changera l'avenir de cette Terre, positivement.

    KC : Merveilleux. O.K. C'est très différent de ce qu'on entend habituellement, et je pense qu'il y a beaucoup de sagesse dans cette manière d'aborder les choses. Vous n'avez même pas besoin d'énergie “libre” si vous cultivez un jardin, pas vrai ?

    MD : Exact.

    KC : Oui. C'est vraiment une bonne idée.

    MD : Je voudrais dire quelque chose d'autre. Vous m'avez posé une question. Vous m'avez posé une question à propos de quelque chose qu'on m'avait donné, et je sais que tous ceux qui nous regardent vont vouloir y revenir…

    KC : Exact.

    MD : …parce que c'est très important. Quand j'étais à bord de ce vaisseau en 1988, des souvenirs d'enfance me sont revenus, très intéressants parce qu'ils venaient d'une époque où j'étais très jeune, autour de 4 ou 5 ans. Et ce souvenir m'est revenu très, très nettement. J'aborde ça en détail dans le livre parce que pour moi c'est un point crucial du phénomène.

    Maintenant, pour raconter cette histoire en quelques phrases, j'ai été amenée à bord d'un vaisseau à l'âge de quatre ans, et au cours de cet épisode, ces êtres m'ont donné quelque chose et m'ont demandé de l'enterrer. Et ils m'ont dit qu'un jour je saurai pourquoi et que je retournerai chercher cet objet.

    On me pose souvent la question parce que j'ai écrit là-dessus en long et en large tout au long de ma vie. Le sujet resurgit constamment. Je n'ai pas encore trouvé l'objet. Je sais dans quel secteur il se trouve, mais je ne l'ai pas encore trouvé.

    Une fois de plus, la question, c'est : Est-ce qu'il s'agit de mon imagination ? Absolument pas. Parce que j'ai eu trop de fois la confirmation de cette information au fil des années, en particulier une qui m'a été donnée trente-cinq ans après l'événement – pardon trente-six ans après l'événement – et une indication très, très nette que les souvenirs qui me sont revenus étaient limpides.

    Donc, est-ce que c'est là ? Je crois que oui. Est-ce que je l'ai trouvé ? Non. Est-ce que je vous le dirai si je le trouve ? Je pense que le monde le saura si cela m'arrive.

    La voie que j'ai suivie ces dernières années, depuis 2003, s'est révélée de manière très détournée ma force vive. Et j'ai cet objet constamment à l'esprit. J'ai remarqué que, de 2003 à aujourd'hui, les images que j'en ai se sont faites de plus en plus claires. Donc, est-ce que ça veut dire qu'il est en train de me revenir ? Est-ce que ça signifie qu'il revient physiquement vers moi. Je le crois.

    Donc je pense que nous sommes tous, moi y compris, parce que je vis cette vie, parce qu'elle est si profonde chaque jour même pour moi, et à cause de ce que j'ai vécu dans le passé. Je ne suis pas différente de n'importe qui d'autre ici-bas. J'attends de voir ce qui va se passer.

    KC : Eh bien, merci beaucoup, Miriam. Je vous appelle Miriam Blue Star (Etoile Bleue). Et il y a un sens à cette Etoile Bleue que vous n'avez pas mentionné. Est-ce que vous pourriez nous en parler un petit peu ?

    MD : Oui. L'Etoile Bleue est la prophétie du peuple hopi. Et une fois de plus, je ne parle pas au nom des Hopi. Pourtant, quand j'étais dans le vaisseau en 1988, ils m'ont dit qu'un jour apparaîtrait dans le ciel une étoile que tout le monde pourrait voir. Que rien ou personne ne pourra cacher sa présence au monde et que ce sera pour le peuple signe que la fin est proche et qu'il est temps de se préparer.

    En 2003, je suis allée chez les Hopi et je suis rentrée, et ensuite j'ai cherché en ligne "Hopi", pour en savoir plus sur eux. Et c'est alors que j'ai trouvé la prophétie hopi qui est identique, de même que le mythe de la création, aux informations qu'on m'avait données concernant le peuple hopi.

    Donc l'Etoile Bleue est une prophétie du peuple hopi, et on m'a dit que l'étoile apparaîtrait comme l'annoncent les Hopi. Donc ce que je vous demande de faire, c'est de faire vos propres recherches sur ces gens et sur tous les peuples autochtones du monde. Cela vous donnera une grande perspicacité et une grande compréhension spirituelle.

    KC : Mais il y a eu une étoile bleue dans le ciel il n'y a pas si longtemps. Nous traversions le Nouveau Mexique en voiture à l'époque et les gens en discutaient. Vous ne savez pas vraiment si c'étaitla véritable Etoile Bleue ? N'est-ce pas ?

    MD : Parce que l'Etoile Bleue est une prophétie du peuple hopi, je ne peux pas dire avec certitude si c'était bien l'Etoile Bleue. Mais c'est une comète qui a explosé. C'était… Elle s'appelle 17P/Holmes. Si vous cherchez, vous trouverez plus d'informations. Et c'est une comète qui a étonné les chercheurs et les astronomes à cause de ce qui s'est passé après. Elle a explosé et elle est apparue bleue dans le ciel sur toute la Terre. C'était très, très clair à l'époque. Oui. 


    Cliquez ici pour voir la vidéo de l'interview

     

     

     


    votre commentaire


  • Les Révélations de Lou Baldin sur ses contacts avec des ET


     

     

    Lou Baldin est un contacté fantasque et énigmatique bien connu des ufologues américains. Né en Italie après la guerre dans une famille de militaires américains, il est lui-même retraité de l’US Air Force.

    Ayant eu des contacts depuis sa plus tendre enfance avec des extraterrestres et ayant vécu plusieurs expériences à bord d’un OVNI, il a écrit deux livres, In League with a UFO (À bord d’un OVNI) et A Day with an Extraterrestrial (Une Journée avec un Extraterrestre).

    Il est surtout connu aux États-Unis pour avoir rédigé, sous le pseudonyme de Sleeper, de nombreux articles sur le Forum ufologique ATS (Above Top Secret). Si on mettait bout à bout ces articles, souvent controversés mais tous aussi passionnants les uns que les autres, on pourrait facilement remplir une dizaine de gros livres.

    En voici quelques extraits.

     

    004


    « Quand j'étais dans l'armée américaine, je n'ai pas seulement vu des vaisseaux spatiaux aliens, mais j'ai voyagé dans plusieurs d'entre eux. À l'intérieur, la vie se déroule vraiment comme dans ''Alice au Pays des Merveilles''. Je pense que tout ce que j’ai vécu était bien réel, mais quand on est à bord d’un vaisseau, il est impossible de séparer le réel de l’imaginaire, puisque tout se passe dans une autre dimension. Par contre, à la minute même où vous sortez du vaisseau, le mental retrouve son fonctionnement "normal".

    Le vaisseau dont je me souviens le mieux avait des couloirs. Il y avait un couloir principal circulaire, comme un vestibule qui séparait les hublots de l'intérieur du vaisseau. Je pouvais marcher le long de ce couloir circulaire et regarder à travers tous les hublots. La vue était claire comme du cristal. À'intérieur, il y avait des compartiments confortables. Mais je n'ai jamais vu de salle de pilotage ni de salle des machines.

    J'étais dans le vaisseau quand, à un moment, il s'est ''envolé'' de cette planète. Mais il n'y avait aucune sensation de mouvement, ni de force motrice ou gravitationnelle. Je me tenais debout en train de regarder par un hublot et en quelques secondes, je me suis retrouvé dans l'espace sans avoir rien senti !

    Tout semblait fonctionner de façon autonome. À un moment, j’ai aperçu d’autres humains peut-être 4 ou 5, qui étaient assis dans l’un des compartiments, mais on ne s'est pas parlé. Ils étaient occupés. Moi, j'étais en contact avec un alien, de la taille d'un enfant de 6 ans. Je ne me souviens pas de ce qu'il m'a dit ; je me souviens simplement qu’il ne s’agissait pas d’une séance de questions-réponses : il me disait des choses que j’enregistrais par télépathie, et c'est tout.

    Je n’ai jamais rien pu ramener de l’intérieur d’un vaisseau, car tous les objets qui s’y trouvent ont un encodage biologique et sont intégrés à la vie du vaisseau. Décider d’extraire un objet d’un vaisseau, c’est un peu comme si vous décidiez d’arracher un organe de votre corps ou de mettre un chat dans votre poche. Vous le feriez, vous ? De toute façon, il ne se laisserait pas faire, n’est-ce pas ?

    Le système de propulsion était une sorte de train d'ondes magnétiques dont je ne suis pas en mesure d’expliquer le fonctionnement. Tout ce que je sais, c’est qu’on n'est pas près de concevoir quelque chose de ce genre sur la Terre. Je devine que c'était de nature électromagnétique, car dans certaines parties du vaisseau, je sentais autour de mon corps comme un champ énergétique puissant, difficile à décrire. Et cette force que je ressentais n'avait rien à voir avec le mouvement du vaisseau.

    Les militaires ne contrôlent aucun des vaisseaux qui stationnent dans leurs bases, ils entretiennent des sortes de relations ''diplomatiques'' avec les aliens qui ont un droit de parking sur certaines aires aménagées à cet effet ; et ce ne sont pas les militaires qui décident qui peut ou non pénétrer à bord d’un vaisseau. Mais rassurez-vous : contrairement aux idées reçues, les aliens n'ont pas l'intention de conquérir la Terre ni de nous transformer en esclaves, et nos infrastructures ne les intéressent pas davantage. À côté d'eux, nous vivons encore à l’âge des cavernes.»

    Extrait vidéo d’Anne Givaudan confirmant les dires de Lou Baldin : « Les extraterrestres n’ont pas l’intention de nous faire la guerre ni de conquérir la Terre. »

     
    Les ETs et nous

    «Tous les contacts que j’ai eus avec des aliens se sont produits dans un état de conscience altéré. Les communications étaient télépathiques. J'utilise le mot "télépathique" car il n’en existe pas pour décrire des formes supérieures de transfert de savoir et d'idées de cerveau à cerveau. Ils vous insufflent un état de conscience modifié par télépathie ; sinon, aucune communication avec eux ne serait possible. Je ne sais pas si cela provient d’un déplacement dimensionnel ou si c'est lié à l'énergie magnétique élevée du vaisseau, qui, d'une certaine façon, altère ou se mêle aux circuits électriques du cerveau humain.

    Les aliens et nous vivons dans deux réalités différentes et l'information n'est pas facilement transférable de l'une à l'autre. Dans les vaisseaux, on ne sait pas toujours d’où proviennent les informations que l’on reçoit. Parfois cela semble provenir directement du cerveau d’un alien, mais parfois aussi d’un super-ordinateur ou d’un être extérieur et connecté au vaisseau. D’ailleurs la plupart des humains n’arrivent pas à établir la relation entre ce qu’ils éprouvent en présence d’un alien et l’influence de l’alien lui-même.

    Le contact avec des aliens est une expérience complexe. Une bonne majorité des personnes qui vivent un tel contact sont terrifiées et, une fois l’expérience terminée, elles souhaitent au plus profond d'elles mêmes ne jamais avoir à la renouveler. Ceux qui prétendent vouloir se retrouver à bord d’un vaisseau devraient d’ailleurs rester prudents ! Car si leur vœu se réalise, ce n'est pas à Disney Land qu’ils se retrouveront !

     

    002

    Le contact avec des aliens est une expérience complexe.
    Mais on peut également y vivre des moments très agréables.

    D'un autre côté, d'autres, comme moi, ont eu des moments agréables – des expériences fantastiques – et attendent les prochains contacts, mais j’ai quand-même vécu quelques expériences difficiles au cours desquelles je me suis retrouvé emmené de force dans des endroits où je n’avais pas vraiment choisi d’aller.

    Décrire ou raconter un contact avec un alien est extrêmement difficile ; c'est pourquoi il y a tant de sceptiques et c’est pourquoi il y en a si peu qui font l'erreur que j'ai faite ici : essayer de raconter mon histoire.

    Malheureusement, les gens qui sont emmenés dans un vaisseau ont généralement une telle peur qu'ils font dans leur froc ! Vous avez sans doute déjà ramassé un oiseau tombé du nid ou une tortue égarée et vous avez vu la terreur dans leurs yeux ? Ils croient que vous allez les manger, alors ils se lâchent. C'est le réflexe de la majorité des gens lors d'un contact.

    Si vous arrivez à dépasser cela, alors l’expérience de la vie à bord d’un vaisseau devient de la pure magie ! Et il n'y a pas de fatigue, vous pouvez rester indéfiniment en état de veille sans jamais être fatigué !

    J'ai eu des contacts avec plusieurs aliens, je ne sais pas combien, et je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à garder leur apparence en mémoire. La plupart du temps, ils ne sont pas proches de moi mais ils arrivent à communiquer avec moi depuis l’endroit où ils se trouvent. Je ne leur pose pas de questions, ils savent ce que j'ai en tête et parfois, ils me répondent.

    003

    Par exemple, ils m’ont appris qu’il n’y a jamais eu de "big bang", que la vie existe depuis toujours, des milliards de milliards d'années. Je sais que ça ne colle pas avec ce que racontent nos scientifiques ; alors je ne sais pas si j'ai mal compris mais je pense que les aliens que j’ai rencontrés en savent tout de même un peu plus qu’eux ! Nous n'avons même pas encore compris le fonctionnement de notre planète ; que pouvons-nous fichtrement prétendre connaître sur celui de l'univers ?!

    Les aliens communiquent avec des humains tous les jours, à différents niveaux. Ils savent comment rendre les communications très faciles, ils sont capables, s’ils le souhaitent, de se matérialiser sous une forme humaine et de discuter avec vous dans votre café préféré. Combien de fois l’ont-ils fait sans que ceux qu’ils visitent ne s’en aperçoivent ? Mais ils n'éprouvent pas le besoin de parler à tout le monde et ils conservent toujours le contrôle total de leurs rencontres.

    001b

    C'est pourquoi nos gouvernements ne les apprécient pas beaucoup. Par contre ils acceptent volontiers "d'échanger" des informations sur notre situation économique et sociale contre de nouvelles technologies ! Quand je parle "d'échanges", c’est juste une manière de faire un peu d’humour. Car en fait, ils n'obtiennent rien de nous. Alors que nous, nous recevons énormément d'eux. C'est comme une relation enfants-parents : les enfants reçoivent, les parents donnent, donnent et donnent encore. Et ils n’attendent rien en retour.

    Je sais que les gens n’aiment pas beaucoup qu’on leur présente les choses de cette manière, mais ce sont les ETs qui tiennent toutes les cartes, et ils le font uniquement pour nous aider. Peut-être y a t-il des humains capables de se hisser à leur niveau et même au-dessus ; après tout nous sommes tous uniques, mais je n'en ai pas encore rencontrés !

    Je ne vois aucune raison de les craindre. Pourtant ils nous effraient. Et face à eux, nous avons tendance à nous recroqueviller comme des hérissons, toujours prêts à piquer, c’est-à-dire à balancer quelques missiles. Ramassez un hérisson sur la route et posez le en sûreté sur le bas-côté : le hérisson ne sait pas que vous lui avez sauvé la vie, il pisse de peur parce que quelque chose d'étrange l'a ramassé.

    Ils ne m’ont pas choisi pour interlocuteur en raison de mes fonctions dans l’armée. Il n'y a rien de particulier à dire sur mon service dans l'armée. Je me suis engagé en 1970 et mon contrat a pris fin 3 ans plus tard en 1973. J'ai été affecté sur plusieurs bases militaires.

    Mon rang dans l'armée et mes autorisations ne sont pas liés à mon implication avec les aliens. Cela s’est produit à cause de mes contacts précédents quand j'étais enfant.

    J'ai pu observer l'extérieur d'un vaisseau stationné sur une base militaire. Mon autorisation d’entrer à l’intérieur est venue des aliens eux-mêmes, pas des militaires. D'ailleurs, malgré mon uniforme, ceux qui gardaient les accès aux alentours du vaisseau étaient méfiants à mon égard, nous ne nous parlions pas. Ils n'avaient pas accès au vaisseau quand il volait ; peut-être étaient-ils jaloux. Ce n'est pas une histoire banale ; il y a de bonnes raisons à ce que les gens n'en parlent pas.

    Mes entrées à bord d’un vaisseau se sont toujours produites loin des bases militaires. Chaque fois, je me suis retrouvé comme projeté à l'intérieur ; c'est tout. Je n'y ai jamais accédé en voiture ni en marchant, j'y ai toujours été ''emporté''.

    005

    Jamais les militaires ne m'ont donné d'autorisation pour entrer dans un vaisseau, même quand le vaisseau était sur la base ; ce n'était pas à eux de le faire, et ils acceptaient cela. Ils ne contrôlent pas plus ceux qui y rentrent que ceux qui en sortent ; c'est pourquoi je n'ai jamais été "briefé" ni "débriefé" par l'armée, parce que je ne suis jamais entré à bord sur leur propre demande ni celle du gouvernement. L'armée n'avait rien à autoriser. D’après ce que j’ai vu, ils étaient toujours d’accord avec ce que les aliens voulaient.
     
    L'armée américaine doit sa puissance à la technologie alien. Les militaires reçoivent de grandes quantités d'informations de leur part, mais ils sont très peu à comprendre comment ce savoir leur est transmis. Les aliens ne remettent jamais de documents. Jamais ils ne prononcent des phrases telles que : « Allez-y, suivez les instructions indiquées sur ce plan de montage. »  Non. L'information est principalement transférée par télépathie, comme un téléchargement de fichier sur un ordinateur où l’impulsion de la pensée remplacerait le clic de la souris pour lancer le téléchargement.

    Les aliens ne veulent pas créer de panique dans l'armée, ils essaient d'être diplomates. Ils font savoir aux militaires quelles personnes les intéressent ; ils sont d’ailleurs traités un peu comme des diplomates : ils ont l'immunité et bénéficient d’un statut hors normes.

    Certains hauts responsables en savent beaucoup plus que moi. Ils savent aussi à quel point ils sont impuissants devant les aliens. Le pire, c'est que de nombreux aliens viennent les visiter sans qu’ils ne se rendent compte de rien. Les militaires ont hâte d'en savoir le plus possible, comme tout le monde, mais ils n'arrivent pas à appréhender réellement les aliens, et c'est ça qui leur file une peur bleue.

    L'armée et l'Air Force possèdent toutes les deux quelques débris de vaisseaux extraterrestres qu'elles ont récupérés sur des lieux d'accidents ; mais c'est de la camelote inutilisable. C’est pour cela que les ETs les ont laissées faire. Mais tout ce qui doit rester protégé reste protégé. C’est pour cette raison que personne ne dispose de photos prises à l'intérieur des vaisseaux ; le niveau énergétique y est trop élevé et génère des perturbations bizarres, l'image ne se forme sur aucun matériau connu et les appareils numériques ne font pas exception.

    L'équipement photographique le plus avancé sur la Terre est le cerveau humain, et vous voyez combien il est difficile pour ceux qui ont été enlevés de se souvenir de leurs expériences à bord d’un vaisseau. Il y en a qui se souviennent, mais ce sont les ETs qui établissent les règles.

    En fait, le "pilotage" d’un vaisseau est relativement simple par rapport à celui d'un avion humain ; il n'y a pas des centaines de voyants à surveiller, mais il faut avoir l'esprit discipliné parce que c'est là, dans le cerveau, que se trouve le dispositif de pilotage. Dans les vaisseaux où j’ai pénétré, il n'y avait pas d'instruments, ce sont les ondes cérébrales qui le faisaient bouger. En comparaison de notre monde, le leur est totalement magique !

    À l'intérieur des vaisseaux, le métabolisme est suspendu, la consistance du corps est maintenue grâce à un champ d'énergie, comme une brume dans une atmosphère artificielle.

    Les instruments et les objets des vaisseaux ont la même sorte de conscience que nos animaux de compagnie et ils ont le même genre de fonctionnalité que peuvent avoir les chiens d'aveugle ou les chevaux de trait.

    Les aliens utilisent des androïdes, des sortes de robots biologiques dotés d’une mémoire équivalente à celle de plusieurs super-ordinateurs et d’une force comparable à celle de plusieurs douzaines d'hommes, et peut-être plus. Ces androïdes ont un côté effrayant car ils sont à la fois plus petits que nous et bien plus puissants. Ils font le travail manuel, fastidieux et crasseux. Ils s'occupent également des humains abductés comme des infirmières prendraient votre température et votre pression artérielle avant le passage du médecin. Et comme certaines infirmières, ils font peur à ceux dont ils s'occupent.

    La machine humaine est une exception conçue spécifiquement pour une âme. La plupart des corps physiques non-humains n'ont pas d'âme et opèrent à un niveau d'intelligence élevée qu'on appelle l'intelligence artificielle ou l'instinct - C'est la même chose en réalité.

    C’est parce que nous possédons une âme que les aliens nous aident à développer de nouvelles technologies. Les nanotechnologies nous ont été transmises par des aliens.Tout a commencé lorsque nous sommes passés de la voiture à cheval au début du XXème siècle aux voitures et aux avions dans la même décennie. Pendant que les humains en recevaient les lauriers et acceptaient d’être récompensés pour leur ingéniosité, ce sont des ETs qui faisaient tout le travail dans l’ombre, sachant qu’ils n’en retireraient jamais aucun bénéfice.

    L'électricité qui allait tout révolutionner et emmener l'humanité dans le XXIème siècle fut lentement introduite grâce à Edison et Tesla. Mais là encore, les ETs ont donné un petit coup de pouce. Les idées novatrices d’Edison et de Tesla n’ont pas atterri dans leur cerveau par hasard ! Les ETs ont des millions d'années d’avance technologique sur les humains. Ce sont eux qui insufflent de nouvelles connaissances aux humains de la Terre aux moments qu’ils jugent opportuns et cela continuera longtemps. En comparaison du niveau qu’ils ont atteint, nous en sommes toujours au stade du bac à sable avec des petits seaux et des petites pelles.

    Mais des trucs bien plus importants sont désormais prévus pour nous sur la chaîne de montage de l’évolution. C’est pourquoi les nouvelles technologies continuent d'affluer. Les plus exotiques sont pour les militaires et leurs fournisseurs parce que Monsieur Tout Le Monde n'a aucune raison de se balader avec des matériaux dangereux que seuls, des scientifiques et des physiciens choisis et "agréés" par des aliens, peuvent utiliser.

    Les militaires font désormais joujou avec des vaisseaux volants qui laisseraient tout un chacun rêveur si c'était connu. Des nouveaux jouets fantastiques sont désormais entre les mains de certains gouvernements.

    La principale branche d’activité soutenue par les efforts des ETs est désormais celle des nanotechnologies. La nanotechnologie est le seuil d'un grand bond en avant dans l’avancée technologique qui ouvrira de nombreuses portes à travers tout l'éventail du savoir humain et des capacités humaines.

    Quand une étape est contournée comme ce fut le cas avec l'énergie nucléaire, le progrès est ralenti. Avant que nous n'arrivions à la prochaine grande étape dans la révolution énergétique, le problème du détournement du nucléaire devra être réglé. De même, les humains vont essayer de détourner la technologie pour allonger la durée de leur vie terrestre. Mais ils ne réussiront pas. Car ce n’est pas autorisé.

    Le cerveau humain est un récepteur pour le savoir ; les humains n'ont pas créé le cerveau et ne comprennent toujours pas comment il fonctionne. Ce sont des aliens qui ont créé notre cerveau et ils y téléchargent les logiciels que nous utilisons pour développer de nouvelles technologies. Tant que les logiciels ne sont pas téléchargés et installés, nous ne pouvons rien entreprendre.

    La Nouvelle Ère verra le retour de l’homme à la nature, mais pas à l’âge des cavernes. Ce sera une Ère de haute technologie.Les humains ne pourront cependant pas explorer l’univers au-delà de notre système solaire. Nous avons besoin de la technologie ET pour en sortir et ils ont décidé de ne pas nous la transmettre. Nous aurons néanmoins l’occasion d’explorer la totalité du système solaire au cours du prochain millénaire, et au cours des millénaires suivants, nous construirons des villes sur différentes planètes de ce système.

    006

    Il y a actuellement de fausses idées qui circulent sur ce que les ETs veulent faire et vont faire. Ce qui est certain, c’est uniquement ce qu'ils ne feront pas, c'est-à-dire transformer notre façon de vivre en leur façon de vivre en un jour, une année, une décennie ou un siècle. »

     Extraits de différents forums
    rassemblés par Olivier de Rouvroy

    Juillet 2011

    Sources : Le Blog de Lou Baldin et Compilation PDF de différents textes de Lou Baldin 

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le programme génétique alien : une tromperie ?

     

     

     


    Karla Turner

    Traduction française : Maat

    Le travail fructueux de Budd Hopkins a le premier montré les procédures reproductrices récurrentes réalisées sur les abductés à bord d'ovnis ou dans des installations aliens. Et puisque les récits collectés par les chercheurs suivants ont confirmé ces données, c'est devenu une « évidence » - un fait de l'ufologie, que l'objectif premier du contact alien est de croiser ou d'hybrider une nouvelle
    version soit des aliens eux-mêmes, soit de nous.
    Mais est-ce un fait solide, une hypothèse sûre ? Les preuves sur lesquelles cette hypothèse se base sont triples.
    Premièrement, les récits disent que des matériaux génétiques et reproducteurs sont
    prélevés sur les abductés. Deuxièmement, les abductés disent que des foetus ont été implantés en eux puis ont été ensuite retirés. Pour finir, les récits comprennent des scénarios impliquant une « nursery de foetus » et la présentation de bébés ou d'enfants à l'apparence hybride à l'abducté, généralement avec des affirmations que le bébé est la descendance de l'abucté.
    Toutes ces preuves proviennent des récits d'enlèvement, remémorés à la fois consciemment et sous hypnose régressive. A ce jour, cependant, il n'y a pas de vrai enfant hybride sous garde humaine donc le « fait » dans son entier est basé seulement sur les récits de rencontre. L'exactitude de ces récits est discutable étant donné la nature du scénario d'enlèvement. Dans chaque rencontre, tous le système perceptif de l'humain est contrôlé et fréquemment altéré, facilement manipulé pour donner
    à l'humain un événement « créé » à se rappeler et un ensemble programmé de réponses tactiles, émotionnelles et intellectuelles. Cela signifie que ce que nous, abductés, pensons et ce dont nous nous souvenons des rencontres peut ne pas refléter exactement les évènements réels de la rencontre.
    Cependant, certains chercheurs insistent pour prendre les récits d'enlèvement pour argent comptant mais même si nous admettons la véracité des récits, il y a toujours des problèmes pour accepter le « fait » d'un programme d'hybridation. Il y a d'autre explications vraisemblables aux données utilisées pour soutenir la théorie de l'hybridation qui doivent être considérées.
    Tout d'abord, le matériel génétique prélevé sur les abductés peut être destiné à certains autres usages qu'une espèce alien améliorée. Par exemple, des clones totalement humains, généralement nus ou inertes et inactifs, sont relatés par les abductés. Le matériel génétique pourrait être utilisé pour leur production.

    Une autre possibilité est que, comme certains abductés racontent qu'on leur a dit ou montré, les « ouvriers » petits Gris sont des robots androïdes produits en série, pas des individus ayant une âme et donc pas « vivants » tel que nous comprenons le terme. Les Gris présentent une forte physiologie foetale, comme l'ont affirmé de nombreuses descriptions. Et avec une maîtrise suffisante de la génétique, le matériel reproducteur humain pourrait être altéré de façon à ce que son apparence ressemble au type Gris, bien que strictement humain en composition, plutôt qu'un mélange humainalien.
    Les Gris, en effet, pourraient être des corps humains grossièrement modifiés, dénués de ce que nous appelons âme et programmés mentalement comme un ordinateur dédié.
    De façon similaire, les foetus dont on parle pourraient être destinés à des objectifs de non hybridation, notamment les mêmes qu'on vient d'évoquer. Souvenez-vous, il n'y a pas de preuve tangible que les foetus sont réellement faits à partir d'une combinaison alien-humain, seulement une supposition basée sur des apparences externes et les déclarations des aliens.

    A ce propos, les récits d'implantations foetales temporaires chez les abductés sont reproductivement étranges, c'est le moins qu'on puisse dire. Il y a des récits d'hommes abductés recevant des implants foetaux, un dans l'abdomen et l'autre par voie rectale. Les deux implants furent retirés plus tard, tout comme dans les cas de femmes enlevées. On rapporte même des cas d'enfants prépubères ayant reçus des implants foetaux.
    Il y a aussi des preuves que les foetus, quelle que soit leur origine, ne sont pas toujours traités comme s'ils étaient des expériences précieuses vitales pour la survie soit de notre race, soit de celle des aliens. Dans quelques cas, les abductés relatent avoir observé des aliens détruisant délibérément des foetus dans le scénario de « nursery foetale ». Dans un cas, on a dit à l'abductée qu'elle ne devait pas être bouleversée parce que le foetus n'était pas vraiment vivant et que tout son matériel physique serait utilisé, pas gâché. Dans un autre cas, on a dit en fait à l'abducté que le travail
    reproducteur et les foetus étaient utilisés pour la fabrication des ouvriers Gris. On lui a aussi dit que les aliens préparaient des « ouvriers » pour un temps de destruction à venir parce qu'ils auraient besoin d'ouvriers dépourvus d'émotion.
    Et les « présentations de bébé » ont d'autres interprétations possibles que les soins à la descendance hybride, ce qui est ce que les aliens prétendent généralement. Cela pourrait, en effet, être un événement réel mais le bébé pourrait être un produit strictement humain, pas un hybride. L'objectif ici pourrait ne pas être un processus d'attachement puisque de nombreuses abductées disent qu'elles ne ressentent aucun lien maternel pour les bébés. Une femme a dit qu'elle ne croyait pas du tout que
    l'évènement avait pour but pour l'attachement mais était plutôt un processus de torture destiné à être émotionnellement traumatique pour le « parent » en tant que partie d'un certain plan de programmation.

    D'un autre côté, la présentation pourrait ne pas être réelle du tout. Cela pourrait être un scénario de réalité virtuelle. Dans un tel cas, le bébé pourrait être entièrement quelque chose d'autre ou purement une image projetée sans réalité physique. L'évènement pourrait être conçu pour nous désinformer, nous tromper sur la vraie nature de leur programme génétique, et en effet, sur la vraie nature de nos relations et de notre valeur pour les aliens. Si le plan nous semblait répréhensible, cela répondrait à leurs objectifs de nous en maintenir ignorant et de nous fournir à la place une « histoire
    de couverture » plus acceptable.

    Pour semer encore davantage la confusion, les aliens ont indiqué quatre explications contradictoires à leurs travaux génétiques. Tout d'abord, ils ont dit que cela était nécessaire pour améliorer leur race en déclin. Ils ont aussi dit que c'était nécessaire pour modifier l'espèce humaine afin qu'elle puisse survivre à un scénario de destruction future. Troisièmement, ils ont dit à certains abductés qu'ils
    servaient le plan de Dieu en préparant de « nouveaux corps » pour la résurrection à venir et le retour du Christ. Et pour finir, ils ont dit qu'ils fabriquaient des clones de certains individus par lesquels ces individus pourraient être remplacés.

    Étant donné les explications alternatives possibles et le large corps de données contrerévélatrices, ainsi que les explications contradictoires fournies par les aliens, pouvons-nous de façon sûre admettre l'hybridation comme objectif premier au coeur du plan des aliens ? Ou devrions-nous être plus sceptiques sur leurs intentions avouées ?
    Les preuves montrent que les aliens exploitent vraiment beaucoup de nous de nombreuses manières, émotionnellement et énergiquement de même que physiquement. On rapporte même des scénarios d'installations dans lesquelles des corps humains sont « conditionnés » et nombre de ces rapports émanent de gens qui ne connaissent pas la littérature ufologique.

    En effet, si nous sommes une ressource polyvalente pour les aliens, une qu'ils veulent continuer à utiliser, pourraient-ils accomplir des procédures génétiques/reproductrices afin de réaliser des modifications de leur « bétail » qui servent mieux aux usages pour lesquels nous sommes exploités ? Une telle possibilité ne devrait pas être exclue. Il y a des raisons hypothétiques à pourquoi ces modifications peuvent être nécessaires à cette époque spécifique.
    Si les aliens savent par exemple que des catastrophes prochaines ou des changements terrestres décimeront leur troupeau en grand nombre, ils pourraient oeuvrer furieusement pour accumuler des provisions avant la pénurie et aussi peut-être essayer de produire une variante humaine plus apte à la survie dans un certain nouvel environnement sur cette planète. En fait, les aliens aiment bien faire
    des prédictions de changements terrestres catastrophiques bien qu'ils insistent généralement sur le fait que leurs intrusions génétiques sont altruistes, pour notre bénéfice.
    Considérez ceci : et si les aliens réalisaient que leur troupeau montre des signes de changements qu'ils ne voulaient pas et n'appréciaient pas ? Ils pourraient travailler avec acharnement à enrayer ce processus de transformation. Ils peuvent craindre que le troupeau se réveille, acquiert de nouvelles capacités perceptives et apprennent que son but n'est rien de plus que d'être du bétail. Après tout, le troupeau pourrait être si mécontent de la situation qu'il pourrait décider d'y résister. Quelle serait la
    réponse des aliens à une telle situation ? Si tout le bétail que nous utilisons sur cette planète se réveillait soudainement et décidait qu'il ne veut plus « servir l'homme », acquiescerions-nous tranquillement et deviendrions-nous végétariens ?

    Sources :
    KarlaTurner.org
    http://www.infos-paranormal.net

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique