• Des constructions et objets incroyables datant de milliers d'années

     

    Des constructions et des objets incroyables datant de plusieurs centaines de milliers d'années

     

     

    Un chantier de construction vieux de 300 millions d’années  

     De grands travaux d’extraction eurent lieu dans la carrière de calcaire voisine d’Aix-en-Provence, de 1786 à 1788, en vue de la reconstruction du Palais de Justice. Dans cette carrière, entre les strates de roche étaient intercalées des couches de sable et d’argile. Lorsque les ouvriers eurent extrait 11 étages de calcaire, ils se trouvèrent à une profondeur de 12 à 15 m au-dessous de la surface. Au dessous de la 11e strate de calcaire, ils rencontrèrent un nouveau lit de sable, qu’ils entreprirent d’enlever, pour arriver à la strate de roche suivante. Mais, dans ce sable, ils découvrirent des bases de pilier en pierre et des éléments de construction inachevés, dégrossis dans le même calcaire que celui qu’ils extrayaient. En creusant encore, ils trouvèrent à leur immense surprise, des monnaies, des manches de marteau et d’autres morceaux d’outil en bois pétrifié. Ils exhumèrent enfin une grande planche de plus de 2 m de long. Comme les outils, elle s’était pétrifiée en une sorte d’agate et brisée en morceaux. Lorsque les morceaux furent remis en place, les ouvriers eurent sous les yeux, reconstituée, une planche de carrier exactement semblable à celles dont ils se servaient, et usée comme les leurs, avec des bords arrondis et irréguliers.

     Comment un chantier de construction, équipé des mêmes outils que ceux en usage en France à la fin du 18e siècle, pouvait-il se trouver sous 15 m de strates de sable et de calcaire vieilles de 300 millions d’années ? C’est une énigme encore plus incompréhensible de nos jours, car nous savons maintenant, grâce à nos méthodes de datation géologique et anthropologique, que la chose est rigoureusement impossible.

     Source : http://www.dinosoria.com/insolite_chantier.htm

     

    Une découverte faite à MyInfield en Ecosse, au milieu du XIXe siècle, en 1845, dans un bloc de pierre de la carrière de Kingoodie, d'un clou en fer et un marteau inséré dans la roche. La tête du clou mesurait 2,5 centimètres. Elle était en contact avec une couche de gravier et légèrement corrodée, alors que le reste du clou était prisonnier de la roche. Le marteau est inséré dans un bloque d'Arenaria.



     

    L'Arenaria, datée par le docteur à W. Med du Centre de Recherche Géologiques Britannique, remonte à une période comprise entre les 360 et les 460 millions d'années.

     Les preuves de l’existence et activité technologique importante sur Terre depuis plusieurs millions d’années, voire milliards d’années, de plusieurs civilisations ou ethnies « terrestres » ou « extraterrestres » sont de plus en plus « probables », et ce de par la présence surprenante de ces artefacts dont personne ne désire parler et encore moins étudier, analyser scientifiquement parlant… Il faut aussi ajouter à ces données un autre élément très important d’ordre historique et préhistorique, à savoir que le dossier UFO ne remonte pas dans l’histoire moderne de la Terre seulement au niveau des années 40 de notre ère, les traces laissées par l’homme lui-même de la présence dans nos cieux de lumières étranges, de rencontres extraordinaires, remontent elles aussi à la nuit des temps.

    Des traces matérielles semblent exister partout à travers le monde, par exemple, il y a plus de 15 000 ans avant J.C., dans les grottes du sud-ouest de la France, des hommes préhistoriques ont dessiné tellement d'objets curieux, que les paléontologues ont dû dresser un catalogue des représentations au moment de leur découverte.

    Mais depuis que l'hypothèse d'une liaison avec la vision d'UFOs a été faite, plus personne n'en parle, sujet tabou !!!...

    source : http://sciencedelextreme.blogspot.com/2008/10/marteau-et-clou-de-fer-de-460-millions.html

     

     Nanotechnologie datant de 320 000 ans… !  

    A partir de 1991, des prospecteurs d'or, puis des expéditions scientifiques, mandatées par l'institut central de recherche scientifique de géologie et de prospection de métaux précieux et non-ferreux de Moscou, ont découvert des objets, métalliques, spiralés pour la plupart, dont la taille varie de 3 centimètres pour les plus gros à 3/1 000e de millimètre !



    Des milliers de ces artefacts ont été trouvés sur de nombreux sites dans la partie orientale des montagnes de l'Oural, sur les rives de plusieurs cours d'eau dans des couches sédimenteuses datant du pléistocène supérieur, à des profondeurs variant de 3 à 12 mètres.


    Ces objets ont été étudiés par l'Académie des Sciences russe de Syktyvka, Moscou et St Petersbourg, ainsi que par un institut scientifique d'Helsinki en Finlande :


    Les plus gros de ces objets sont en cuivre, tandis que les plus petits sont en tungstène ( point de fusion de 3410°c. ) ou en molybdène ( point de fusion de 2650°c. ).



    En fonction du site et de la profondeur où ils ont été trouvés, l'âge de ces objets est estimé entre 20 000 et 318 000 ans !!!

     

    L'Institut de Moscou a publié un rapport d'expertise n° 18/485 du 29/11/96 qui conclut : "Les données obtenues permettent d'envisager la possibilité d'une technologie d'origine extra-terrestre."
    Source :ldi5.

     

     

    des prospecteurs d'or, puis des expéditions scientifiques, mandatées par l'institut central de recherche scientifique de géologie et de prospection de métaux précieux et non-ferreux de Moscou, ont découvert des objets, métalliques, spiralés pour la plupart, dont la taille varie de 3 centimètres pour les plus gros à 3/1 000e de millimètre ! Des milliers de ces artefacts ont été trouvés sur de nombreux sites dans la partie orientale des montagnes de l'Oural, sur les rives de plusieurs cours d'eau dans des couches sédimenteuses datant du pléistocène supérieur, à des profondeurs variant de 3 à 12 mètres. Ces objets ont été étudiés par l'Académie des Sciences russe de Syktyvka, Moscou et St Petersbourg, ainsi que par un institut scientifique d'Helsinki en Finlande :

     Les plus gros de ces objets sont en cuivre, tandis que les plus petits sont en tungstène ( point de fusion de 3410°c. ) ou en molybdène ( point de fusion de 2650°c. ).

     En fonction du site et de la profondeur où ils ont été trouvés, l'âge de ces objets est estimé entre 20 000 et 318 000 ans !

     L'Institut de Moscou a publié un rapport d'expertise qui conclut : Les données obtenues permettent d'envisager la possibilité d'une technologie d'origine extra-terrestre .

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :